Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Personnalités de l'année

Retour

04 janvier 2023

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Une Olympienne inspirante qui a su surmonter plusieurs années d’adversité

Sports

Audrey McManiman

©(Photo gracieuseté- Claudia Morin-Arbour)

Les obstacles et les sacrifices sont omniprésents au cœur d’une carrière sportive et Audrey McManiman n’a pas été épargnée par ceux-ci. Il y a environ trois ans, elle était sur le point de tout arrêter, mais a finalement choisi de persévérer. En 2022, ses efforts ont été récompensés. Elle est devenue la première athlète de Saint-Ambroise-de-Kildare à participer aux Jeux olympiques, en plus d’obtenir un premier podium en Coupe du Monde et de terminer sa saison de snowboard cross parmi le top 5 mondial. 

« Cette année a été marquante, car elle a vraiment été au-dessus de mes attentes. Elle m’a prouvé que j’avais ma place parmi le top 5 et que je suis une adversaire de taille pour le circuit international. Je suis vraiment fière de moi! Ça faisait longtemps que je travaillais pour et ça fait du bien que cela arrive enfin », a commenté celle qui a été nommée personnalité sportive de l’année 2022 par L’Action. 

Elle a été choisie pour sa persévérance, mais aussi pour son désir de constamment partager sa passion et d’inciter des jeunes à aller au bout de leurs rêves. « Ça fait encore un peu bizarre aujourd’hui de me dire que je suis une Olympienne! Je me rends compte que j’ai accompli quelque chose que peu de gens vont réaliser dans leur vie et j’espère juste que ça va inspirer d’autres athlètes qui viennent de petits villages à croire en eux! » 

L’année avait commencé de belle façon pour la planchiste qui avait enfin intégré l’équipe principale du Canada et qui avait été sélectionnée pour les Jeux de Beijing. « Ç’a toujours été un rêve pour moi de faire les Olympiques! Ça faisait deux fois, donc huit ans, que j’étais la première remplaçante pour y aller, que je passais proche, mais que ça ne marchait pas. Ça signifiait donc beaucoup. » 

Cet événement plus grand que nature ne s’est toutefois pas déroulé comme elle l’avait imaginé en raison de la Covid. « Ce n’étaient pas les Jeux olympiques que tout athlète rêve de vivre. Je ne pensais pas me sentir aussi seule. Il fallait limiter les contacts, mes parents n’ont pas pu venir et je n’ai pas pu participer aux festivités.» Elle évoque qu’elle a toutefois ressenti le soutien de tous les gens de la région lors de son expérience et que cela lui a vraiment fait du bien.  

Audrey McManiman

©(Photo gracieuseté)

Un premier podium 

Le moment le plus mémorable de son année s’est déroulé lors de la Coupe du Monde de Reiteralm en Autriche, en mars 2022. C’est à cette compétition qu’Audrey a obtenu son premier podium mondial en snowboard cross. Elle a terminé en troisième position, et ce, malgré une blessure à la cheville.  

« J’avais eu une entorse quelques jours plus tôt, j’étais sur les anti-inflammatoires et les traitements de physio. Je ne me sentais pas bien et je n’étais pas confiante, mais ça m’a juste prouvé que rien n’est joué d’avance et que peu importe comment tu te sens, ça peut bien aller si tu mets les efforts nécessaires! » 

Elle a ensuite obtenu une quatrième position en Suisse pour terminer sa saison au cinquième rang du classement général. « Mon objectif était d’avoir au moins un top 5 en Coupe du Monde, alors de le faire au cumulatif, c’était vraiment exceptionnel! » Ces résultats inespérés lui ont notamment permis d’avoir un meilleur soutien financier et de pouvoir vivre de sa passion. Ce qui vient toutefois avec une certaine pression.  

« Ma place sur l’équipe canadienne et mon salaire dépendent du chiffre qui est à côté de mon nom à la fin de la journée, alors parfois, il faut essayer de trouver des moyens pour se rappeler que c’est juste du snow. C’est le même sport que lorsque j’étais dans ma cour, ou à Val-Saint-Côme, et qu’il n’y avait pas de podium en bas de la pente! » Pour y arriver, elle travaille énormément ses techniques de préparation mentale et de respiration. Elle met également les mots « Breath », « Trust you » et « All out » sur sa planche, ainsi qu’un bonhomme sourire, afin de se rappeler l’essentiel.  

Surmonter les blessures 

Les blessures et les chutes sont également des éléments avec lesquels l’athlète doit composer. Elle a d’ailleurs terminé la dernière saison avec sa plus grosse chute, « je croyais que je m’étais cassé le bassin sur le coup!» Avec la fatigue et le stress accumulés, la récupération a été plus longue que prévu et Audrey a mis un bon mois pour se soigner. 

Au cours de sa carrière, la planchiste a aussi eu plusieurs commotions cérébrales et elle s’est ouverte sur le sujet pour une première fois cette année. « J’avais peur que les gens croient que je n’ai pas ma santé à cœur, puisque j’ai continué ma carrière quand même, mais c’est tout le contraire! » Celle qui étudie en kinésiologie évoque qu’elle s’intéresse tout particulièrement à la santé.   

Si elle a décidé d’en parler, c’est pour montrer à tous ceux qui vivent les mêmes défis, qu’il est possible de les surmonter. «Il ne faut vraiment pas prendre cela à la légère, mais si nous sommes alertes et que nous suivons les protocoles correctement, c’est loin de représenter la fin.» 

Bien sûr, le chemin pour se rendre où elle est n’a pas toujours été facile, mais d’être bien entourée a fait toute la différence. « Ça faisait longtemps que ça ne se passait pas comme je voulais, même si je redoublais d’efforts et quand j’ai arrêté de croire en moi, les autres eux y croyaient encore et ça a rallumé l’étincelle! » Elle se souvient que ses entraîneurs lui avaient dit, il y a presque trois ans, qu’elle serait des prochains Jeux olympiques et qu’elle avait du mal à y croire.   

« Je me suis dit que cela prendrait un miracle, mais je les ai crus et je me suis lancée. Je me suis concentrée, non pas sur les Olympiques, mais sur ma journée de demain et ainsi de suite. C’était vraiment de découper chaque année, chaque mois et chaque semaine pour me permettre d’avancer. » 

D’autres objectifs d’envergure 

Avant de reprendre sa nouvelle saison, Audrey a participé, cet été, à des préparations sur neige au Chili, en Italie et en Autriche. Lors de notre entrevue, elle se trouvait dans les Alpes et se préparait pour ses prochaines Coupes du Monde. Ses objectifs pour cette année sont de se classer de nouveau parmi les meilleures sur le circuit mondial. « J’aimerais terminer encore dans le top 5 et c’est possible! »  

Parmi ses projets, l’athlète aimerait également redonner à sa région en allant présenter des conférences dans les écoles. « J'en ai déjà une qui est planifiée ce printemps dans une école primaire! C’est un projet qui me tient à cœur, car quand je peux partager ma passion on dirait que ça donne tellement plus de valeur à ce que je fais! »  

Finalement, elle vise une participation aux Jeux d’Italie et est motivée par le désir de vivre la vraie expérience olympique. Toutefois, comme à son habitude, elle prend un jour à la fois.  

©(Photo gracieuseté)

©(Photo gracieuseté- Claudia Morin-Arbour)

Finalistes sportifs

Membre du club Jet Triathlon de Joliette, Robi Racine s’est grandement démarqué en 2022.

Il a notamment remporté deux médailles d’or aux Jeux du Québec

et a été désigné comme porte-drapeau de la région lors de ceux-ci.

Robi a également terminé sa saison de triathlon en étant champion Coupe du Québec 2022 chez les U15,

en plus d’être récompensé d’une bourse par la Fondation de l’athlète d’excellence pour ses performances et sa saison exceptionnelle.

Finalement, il a été nommé athlète de l'année jeunesse au Gala annuel de Triathlon Québec.  

Robi Racine

©(Photo gracieuseté)

Soccer Joliette

©(Photo L'Action- Mélissa Blouin)

Christophe Dutarte des Citadins et Maisha Kalonda.

Plusieurs Lanaudois ont joué un grand rôle dans le développement du soccer.

Maisha Kalonda a notamment fait beaucoup pour la création du Club de soccer Noir et Or de Lanaudière-Nord et pour son intégration au cœur de la Première ligue du Québec. Grâce à lui, les Citadins de l’UQAM sont également venus réaliser leur camp d’entraînement à Joliette.

De son côté, Daniel Coutu est impliqué pour le développement des jeunes depuis plus de 40 ans.

Quant à Marco Torrens, il a été l’initiateur d’un premier showcase collégial qui a permis aux jeunes de secondaire 5 de se faire remarquer par des entraîneurs de partout à travers la province.  

L’Association de basketball Persévérance a été créée en mai dernier afin de développer la pratique de ce sport dans la région du grand Joliette.

L’organisme sans but lucratif organise, depuis, plusieurs événements et compétitions

permettant aux jeunes passionnés de s’épanouir grâce à leur passion pour le sport.

L’Association veut également donner la chance et la possibilité aux jeunes de pratiquer le basketball dans les meilleures conditions possibles.

Un camp de perfectionnement pour les athlètes féminines du primaire s’est notamment déroulé cet été.  

Basketball persévérance

©(Photo gracieuseté)

Mathieu Lacoursière, responsable des équipes, Alexandre Racine, entraîneur-chef de l'équipe Cadette et Daniel Gérard, Paul, président de l'Association.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média