Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

28 janvier 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

« On veut que les enfants du Grand Joliette aient chaud »

Elles tricotent pour donner au suivant

Tricoteuses

©Photo Élise Brouillette - L'Action

À l’avant : Isabelle Beaulieu, Huguette Ménard et Suzanne Labrecque. À l’arrière : Jeannine Belleau, Gilberthe Généreux et Marcelle Gauthier.

Depuis près de deux ans, une dizaine de tricoteuses des Habitations Bordeleau (résidence du 150, rue Roméo-Gaudreault) ont décidé de venir en aide aux enfants et aux plus démunis du Grand Joliette en leur offrant bas, foulards, mitaines et tuques qu’elles confectionnent avec amour.

Marcelle Gauthier fait partie du groupe qui se réunit chaque semaine. Elle souligne que des tricoteuses donnaient déjà des bonnets et des couvertures pour les nouveau-nés de l’Hôpital Sainte-Justine. Elles ont toutefois eu envie de venir en aider aux membres de leur propre communauté. C’est ainsi qu’une collaboration est née avec la Société Saint-Vincent-de-Paul de Joliette.

En effet, l’organisme fait le lien entre les tricoteuses et, notamment, les écoles du Grand Joliette. Plusieurs ensembles de mitaines-tuque-cache-cou sont remis à chaque école choisie par la SSVP. Ensuite, des demandes peuvent être faites par les établissements selon les besoins.

Des tuques, des bas et des pantoufles ont aussi été offerts aux enfants lors de la distribution des paniers de Noël. Les tricoteuses offrent également des foulards pour les plus démunis lors de la Nuit des sans abri.

« C’est difficile à croire qu’il y a autant d’enfants démunis chez nous », confie Marcelle Gauthier. D’ailleurs, le nombre d’écoles soutenues a augmenté, passant de cinq à sept pour la deuxième année. Mme Gauthier souligne qu’en regard des besoins, elles tricoteront plus de mitaines et aussi plus de tailles pour les plus petits.

Michel Cloutier, président de la SSVP de Joliette pour le secteur de Notre-Dame-des-Prairies, confie en entrevue avec L’Action qu’il s’agit de la première fois qu’il établit une collaboration de cette ampleur. Il s’occupe, avec les autres représentants de l’organisme, de la distribution des tricots au sein des écoles et via les paniers de Noël. Pour plusieurs enfants, il s’agit d’une rare occasion de recevoir un cadeau neuf. « Les directions d’école étaient bien contentes et pour les paniers de Noël, on faisait choisir leurs tricots aux enfants. Ils étaient contents. »

Ce sont essentiellement les dons qu’elles reçoivent qui permettent ainsi aux résidentes des Habitations Bordeleau de donner au suivant. Elles ont également obtenu de l’aide de la SSVP afin de se procurer de la laine et d’égayer la palette de couleurs des tricots.

Certains membres du groupe, comme Jeannine Belleau, n’avaient jamais tricoté de leur vie. Aujourd’hui, cette dernière confectionne des foulards, des tuques, des cache-cous et des bas tubes. D’autres, comme Gisèle Champagne, arrivent à tricoter des foulards, malgré d’importants problèmes de vue.

Pour les femmes rencontrées, la séance de tricot hebdomadaire est une manière de vaincre l’isolement, tout en soutenant une belle cause. « C’est une occasion de faire du social! », déclare Huguette Ménard.

Les femmes, qui ne se connaissaient pas nécessairement, ont tissé des liens et se côtoient maintenant au sein d’autres activités comme le yoga et le club de marche.

« Le groupe s’est formé rapidement après l’ouverture de la résidence », raconte Marcelle Gauthier qui était aussi très étonnée que leur œuvre fasse parler d’elle.

Les résidentes partagent leurs idées et leurs modèles et s’amusent à créer ensemble.

« C’est valorisant que ce soit des enfants du Grand Joliette qui en profitent. On veut que les enfants aient chauds. »

Parmi les projets à venir du groupe de tricot, il y a celui de confectionner des chauffe épaules pour les résidentes qui sont en perte d’autonomie. Les femmes aimeraient aussi collaborer avec des tricoteuses d’une autre résidence des Habitations Bordeleau. « C’est un projet à long terme, il va toujours y avoir des besoins et on prend tous les dons! »

 

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Le groupe lors de sa rencontre hebdomadaire.

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Les séances de tricot permettent aux résidentes de socialiser.

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Les résidentes partagent modèles et connaissances.

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Ce sont les dons de laine qui leur permettent de donner au suivant.

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Ce sont de tels ensembles qui sont remis aux écoles.

Comptez-vous faire du bénévolat pendant la crise du coronavirus?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

28 janvier 2020

Odette Geoffroy

Félicitations , mes belles Dames!!!! C'est super de voir que vous êtes préoccupées des démunis. Continuez votre beau travail et n'oubliez pas d'avoir du plaisir!!! Félicitations pour les photos car vous avez l'air d'être un beau groupe!!!!

30 janvier 2020

renee quelos

quel bonheur de vous connaitre je suis une tricoteuse assidue et j aimerais trouver l equivalent a Grenoble!!! bravo pour votre enthousiasme

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média