Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

10 juin 2019

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Une première visite à Manawan pour le projet Déchets-D’œuvres

CréaSon

©Photo gracieuseté - Elie Moore - L'Action

Sylvain Grenier (à droite) et Alain Quirion sont allés vivre le projet Déchets-d’œuvres avec les jeunes de la communauté atikamekw de Manawan.

MUSIQUE. Le projet Déchets-D’œuvres de CréaSon vient de visiter plusieurs écoles au cours des dernières semaines. Il a été présenté pour la toute première fois à Manawan, ce qui remplit de fierté le musicien-concepteur Sylvain Grenier.

« Manawan, c’est exceptionnel d’y être allé », confie Sylvain Grenier. Dès qu’il a contacté la direction de l’école, celle-ci s’est montrée intéressée à accueillir le projet.

Il raconte que le défi fut d’abord de se rendre. « En mai, les ruisseaux débordent, le chemin était difficile et hasardeux. » Particularité de cette visite, les musiciens ont dormi sur place, à l’Auberge Manawan.

Sylvain Grenier souligne que les élèves, qui n’ont pas souvent accès à de tels spectacles à leur école, ont beaucoup apprécié. Les artistes ont toutefois dû s’adapter au fait que les étudiants ne sont pas nécessairement habitués au décorum traditionnel du spectacle : « Ils se levaient, ils venaient nous rejoindre en avant, ils s’approchaient pour écouter. C’est une toute autre façon de vivre le spectacle, je n’avais jamais vu ça. Le spectacle se veut interactif, mais si j’y retourne, sachant cela, il sera encore plus participatif. »

« Je suis heureux d’avoir visité Manawan, je suis fier d’avoir partagé de la culture avec les gens là-bas et j’espère y retourner », insiste-t-il.

Sylvain Grenier remercie ceux qui ont permis au projet de se concrétiser à Manawan, soit l’enseignante et responsable Hélène Picard, le directeur Guy Niquay, Céline Quitich, adjointe à la direction et superviseur pédagogique et Jean-Hugues (Tommy), professeur d’éducation physique, guitariste-chanteur et aide aux images.

Des idées inspirantes

Ce printemps, en plus de Manawan, Sylvain Grenier a visité plusieurs autres écoles, soit celles de Saint-Calixte, de Saint-Alexis, de Saint-Esprit, de La Seigneurie à Mascouche, de Notre-Dame-de-la-Merci, d’Entrelacs, de Saint-Michel-des-Saints et de Saint-Zénon.

C’était l’un de ses objectifs de visiter des villages plus éloignés des centres urbains où le transport pour les activités est plus difficile.

L’atelier Déchets-D’œuvres invite les étudiants du primaire à réaliser leurs propres instruments de musique à partir d’objets de récupération. Ils sont ainsi éveillés et sensibilisés à la créativité musicale par le recyclage et l’invention.

Tout au long des ateliers, les participants sont en contact direct avec l’artiste qui leur suggère des trucs, essaie leurs prototypes et les encourage.

Ensuite, le spectacle Déchets-D'œuvres se veut participatif et les jeunes apportent les instruments qu’ils ont fabriqués afin d’improviser des sons et de faire partie prenante de la fête musicale. Les élèves peuvent aussi voir et entendre les instruments professionnels des musiciens chevronnés Sylvain Grenier et Alain Quirion.

Sylvain Grenier cumule 28 ans de carrière et sa créativité est infinie. Il vient de perfectionner sa guitare et il planche aussi sur un projet de mappe monde éclairée faite à partir de bouchons.

Il se dit souvent inspiré par les étudiants qui lui donnent des idées. « Par exemple, un étudiant a fait un gazou avec des bâtons de popsicle et des élastiques et c’est une idée que j’aimerais bien reprendre ! »

Il a aussi été impressionné de la grande implication de la trentaine d’élèves de Saint-Zénon qui avaient réalisé des batteries avec des couvercles de chaudrons qui produisaient un large éventail de sons différents. « Ils avaient creusé beaucoup et trippé sur le projet ! »

De plus en plus conscientisés

Au fil des années, Sylvain Grenier est un témoin privilégié de la conscientisation des jeunes à la récupération et à l’écologie. « Ils sont conscientisés, peut-être même plus que les adultes. Ils embarquent énormément dans mon rap écologique. »

La vie fait parfois de heureux hasards. Lors du passage de CréaSon à Manawan, la communauté était en pleine corvée de nettoyage et venait d’ouvrir un écocentre.

©Photo gracieuseté - Elie Moore - L'Action

©Photo gracieuseté - Elie Moore - L'Action

©Photo gracieuseté - Elie Moore - L'Action

©Photo gracieuseté - Elie Moore - L'Action

©Photo gracieuseté - Elie Moore - L'Action

Commentaires

1 juillet 2019

maroua loussaif

je suis une artiste dans le domaine du recyclage artistique et j,ai mes propres idées et j,aimerais savoir comment améliorer mes idées innovées avec vous et m,en allait en avant pour innover des autres idées.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média