Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Monographies

Retour

23 mai 2019

Donald Brouillette - infolanaudiere@lexismedia.ca

Une présence irlandaise qui s’est peu à peu effacée

St-Ambroise

©Photo gracieuseté - L'Action

HISTOIRE. Il reste bien peu de traces aujourd’hui de l’occupation d’une partie du territoire de Saint-Ambroise-de-Kildare par des Irlandais, dans la première moitié du 19e siècle. Quelques rares patronymes subsistent (McManiman, Stafford) et un petit cimetière anglican sur le rang Kildare, à l’est de la route 343, où reposent les descendants des pionniers.

« La municipalité date de 1832 au niveau de la Fabrique, 1855 pour la Municipalité. Ça s’est créé dans la vallée Kildare au début, le tiers par des Irlandais et les deux tiers de Canadiens-Français. Le paysage de la vallée Kildare ressemble à l’Irlande et c’est pour ça que les Irlandais sont allés s’implanter là. Il y a même eu un plan de ville, avant Joliette. Un plan de ville avec une prison et plusieurs institutions prévues. Mais finalement le projet est tombé à l’eau », résume l’actuel maire François Desrochers.

Le nord de Saint-Ambroise était anglophone et anglican, souligne le maire. Aussi l’appellation du Lac des Français aurait été donnée par les Irlandais, pour désigner le lac dont les bords étaient occupés par les Canadiens-Français.

Dans les archives municipales, on retrouve des patronymes anglophones au début de la municipalité lors de la composition du conseil de ville. Les mariages entre les membres des deux communautés francophone et anglophone et l’émigration vers l’extérieur de la région ont finalement eu raison du caractère irlandais de Saint-Ambroise.

Il faut tout de même rappeler que le nom Kildare vient de cette souche irlandaise de la municipalité et signifie « église de chêne ou près du chêne ». Kildare désigne aussi un comté d’Irlande et une ville près de Dublin.

D’hier à aujourd’hui

Dix-sept maires seulement ont occupé la fonction, depuis 1855 à aujourd’hui, ce qui confirme la stabilité politique de la municipalité et le fait que Saint-Ambroise ne soit pas une « municipalité à élections », pour reprendre l’expression du maire actuel.

Pendant la même période, treize personnes ont rempli la fonction de secrétaire-trésorier de la municipalité.

Pendant que le projet de « Nouvelle Irlande » stagnait dans le nord du territoire, les francophones se sont donnés les institutions municipales et religieuses semblables aux municipalités environnantes.

Construction de l’église à partir de 1850 et d’une salle publique en 1905, celle-ci sera agrandie en 1934. En 1966, on construit une salle municipale au 750 rue Principale, on l’agrandit en 1972 pour y installer une caserne et un bureau municipal. Enfin, en 2006 la Municipalité fait l’acquisition du 850, rue Principale et y déménage ses bureaux et y installe la bibliothèque. À cet endroit où l’on trouve aujourd’hui le bureau de la municipalité s’élevait le Couvent des Sœurs de Sainte-Anne, détruit par les flammes en 1926.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média