Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

15 mars 2019

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Des ateliers rassembleurs qui éveillent la curiosité et l’ouverture

Les musiques du monde de Daniel Prenoveau

©(Photo Mélissa Blouin)

Les élèves et Daniel Prenoveau formaient ensemble un petit orchestre international.

DÉCOUVERTES. Quand les élèves voient Daniel Prenoveau avec sa trentaine d’instruments du monde dans leur classe de musique, ils savent qu’ils s’apprêtent à vivre un voyage culturel enrichissant et rassembleur. Du désert du Sahara jusqu’à la jungle du nord de la Thaïlande, en passant par les villages les plus isolés du Burkina Faso, M. Prenoveau a déniché des instruments hors du commun et il se fait un plaisir de partager ses découvertes avec les élèves et de créer des orchestres du monde. 

« J’ai visité plus de 40 pays pour trouver ces instruments», a déclaré le Lanaudois qui en a plus d’une centaine dans sa collection. Avec ceux-ci, il parcourt, la région, le pays, mais aussi le monde pour donner des ateliers et des spectacles. L’Action a profité de son passage à l’école La Passerelle (Pavillon Vert-Demain) de Saint-Paul pour assister à l’un de ses ateliers avec des élèves de quatrième année.

« Ça leur fait du bien de sortir de leur contexte, car nous sommes en fin d’étape et il y a plein d’évaluations. Je les sens ailleurs, je sens vraiment qu’ils s’amusent, je le vois dans leur visage, ça les libère et ils sont vraiment à l’écoute», a commenté l’enseignante.

Dès le début de l’atelier, M. Prenoveau a invité les élèves à s’installer derrière un instrument et ensemble ils ont fait un petit jam bien rythmé. Le résultat était impressionnant et c’est ce qui fait la force de ces ateliers. Même si le jeune touche à un instrument pour la première fois, M. Prenoveau est aussi un excellent pédagogue et il fera en sorte que le résultat soit beau et harmonieux.

« Chaque fois, je réussis à les faire s’exprimer par la musique. Même les plus timides qui n’osaient pas toucher à un instrument oublient leur gêne et se laissent aller à un certain point», a-t-il ajouté. Les élèves ont notamment pu essayer la collection de tambours de M. Prenoveau, en plus du Balafon du Burkina Faso, une sorte de xylophone fait avec du bois, du cuir et des calebasses, des tambourins d’Égypte, des grenouilles en bois de la Thaïlande et des bâtons de pluie de l’Indonésie.

« Je veux qu’ils soient en action, qu’ils vivent une expérience et qu’ils fassent ressortir leur créativité. Il y a certains élèves que je rencontre des années plus tard et qui se souviennent encore de l’instrument qu’ils avaient joué», a commenté le voyageur.

Une ouverture d’esprit

«Maintenant, je t’amène dans le désert du Sahara, l’une de mes régions préférées», a-t-il déclaré avant de présenter l’Assakakolo, un instrument fait de calebasses et d’eau. Cet instrument simplement fabriqué a donné envie aux élèves de faire des expériences à la maison et de fabriquer leur propre instrument. Il s’agissait d’ailleurs de l’instrument préféré du jeune Ryan Mcenroe qui a aussi eu envie, après l’atelier, d’en connaître plus sur les autres pays.

Daniel Prenoveau a confié à L’Action que c’est le principal objectif de son atelier, « je veux travailler l’ouverture d’esprit sur le monde. Tout ce qu’ils voient à la télé sur des endroits comme l’Afrique c’est du négatif, des guerres, des maladies de la pauvreté, alors ces instruments donnent un nouveau regard et aident à défaire certains préjugés.»  

Au-delà de la musique et du loisir, ces instruments ont souvent un sens spécial pour les peuples, comme les poteries mayas. «Ce sont des peuples qui croient en les âmes et ils jouent dans des cérémonies, pour célébrer quelque chose et tout le monde participe. C’est un aspect que nous avons un peu perdu ici, l’effet rassembleur. Chez nous, il y a plus un aspect de spectacle. Nous ne faisons pas autant partie de l’événement. »

Il souhaite également ramener les élèves aux sources en leur mettant dans les mains des objets concrets et simplement fabriqués. Il leur a d’ailleurs présenté l’une des plus anciennes guitares qui contient qu’une seule corde, le Berimbau du Brésil. Un instrument très complexe à jouer et de voir à quel point M. Prenoveau maîtrise ses instruments est assez impressionnant. Juste l’entendre jouer transporte aussitôt son auditoire dans une ambiance exotique et donne envie de se déhancher. 

Même s’il donne des ateliers dans les écoles depuis plus de quinze ans, de se présenter devant un nouveau groupe d’élèves est toujours un défi pour lui. « Ils sont constamment devant leurs écrans et moi j’arrive avec des cossins creusés dans le bois et des fruits séchés», a-t-il rigolé. Mais M. Prenoveau réussit toujours à captiver son auditoire et à retenir l’écoute des élèves jusqu’à la toute fin.

©(Photo Mélissa Blouin)

Un homme en demande

Depuis décembre, Daniel Prenoveau reçoit des tonnes d’invitations de la part de plusieurs écoles primaires qu’il se voit obligé de refuser en raison de son horaire chargé. En plus de la dizaine d’écoles de la région qu’il va visiter cette année, comme celle de Saint-Paul, de Saint-Côme, de Saint-Cuthbert, de Saint-Norbert et de Saint-Barthélemy, l’explorateur s’implique aussi beaucoup dans le réseau culturel de l’Ontario. Il travaille également avec certains hôtels tout inclus où il va faire des animations et des spectacles et tout cela, en plus de ses voyages d’exploration. 

©(Photo Mélissa Blouin)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média