Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

21 janvier 2022

Communiqué L'Action - infolanaudiere@lexismedia.ca

Gabriel Ste-Marie et Yves Perron dénoncent la situation dans la région

Des prestataires pris en otage par la lenteur d’Emploi Canada

Gabriel Ste-Marie

©Photo gracieuseté - L'Action

Le député de Joliette, Gabriel Ste-Marie.

Les députés fédéraux de Joliette et de Berthier-Maskinongé, Gabriel Ste-Marie et Yves Perron, à l’instar de la porte-parole du Bloc Québécois en matière de Travail, Emploi, Développement de la main-d’oeuvre et Inclusion des personnes en situation de handicap, Louise Chabot, s’inquiètent des délais affectant les prestations d’assurance-emploi pour les citoyens visés par une alerte de fraude et exigent de revoir ce processus de vérification.

« Nous avons pris connaissance de nombreux cas où, à cause des délais de vérification, les gens sont forcés d’attendre plusieurs mois leurs prestations. Emploi Canada doit cesser de prendre en otage la santé financière de nos travailleurs, notamment ceux de l’industrie saisonnière, qui doivent pouvoir accéder rapidement aux prestations en hiver. Le trou noir de l’assurance-emploi est déjà assez stressant comme ça », a déclaré Louise Chabot.

« Nous demandons qu’Emploi Canada procède à ces vérifications simultanément à l’octroi des prestations d’assurance-emploi. Ainsi, la grande majorité des citoyens irréprochables ne seront pas pénalisés inutilement. Une fois la vérification terminée, Emploi Canada pourra exiger aux prestataires fautifs de rendre des comptes. En attendant que le gouvernement procède à la nécessaire réforme globale de l’assurance-emploi que nous demandons depuis longtemps, c’est la chose à faire », a précisé Gabriel Ste-Marie

« Il est inconcevable que nos gens doivent patienter plusieurs semaines avant de recevoir leurs prestations parce qu’ils sont injustement présumés fraudeurs. Emploi Canada doit faire preuve de compréhension et effectuer les changements nécessaires afin d’éliminer ces situations anxiogènes, quitte à engager davantage de ressources », a fait valoir Yves Perron.

Les députés de Joliette et de Berthier-Maskinongé confirment que les demandes d’aide ont explosé dans leur bureau de circonscription. Ils déplorent que les citoyens ne sachent plus vers qui se tourner après avoir attendu des heures au téléphone pour finalement se faire dire que quelqu’un les rappellerait plus tard.

Au bureau de circonscription de Gabriel Ste-Marie à Joliette, près d’un cas sur deux est présentement de la fraude. Plusieurs citoyens attendent leurs prestations d’assurance-emploi et n’ont pas de suivi de leurs dossiers. C’est pourquoi ils décident de se tourner vers le bureau de leur député afin de mieux comprendre la situation. Ceux-ci ont une double crainte, puisqu’ils ne savent pas ce qui se passe avec leurs dossiers et n’ont pas accès à leurs prestations.

« Si vous vivez une telle situation en déposant une demande et que les délais sont anormaux, je vous invite à communiquer avec mon bureau pour connaître le développement de votre dossier. Il peut y avoir une possibilité de fraude. Nous sommes présents pour accompagner les citoyens et trouver réponse à leurs questions, puis interpeller Emploi Canada sur le traitement des dossiers », indique le député fédéral de Joliette.

Dans Berthier-Maskinongé, le constat de lenteur dans le traitement des demandes par Emploi Canada est généralisé. Dans les cas rapportés par le bureau du député Yves Perron, on estime à un sur trois ceux concernés par de la fraude. Le député invite les citoyens de sa circonscription à la vigilance : « J’invite les citoyens de Berthier-Maskinongé à contacter notre bureau s’ils constatent des délais inhabituels. En plus de prendre en otage les prestataires honnêtes, Emploi Canada leur demande, pour prioriser leur dossier, de prouver qu’ils ne sont plus en mesure de payer leurs factures. C’est tout simplement inacceptable et insensible. La solution que nous proposons pourrait éviter bien des maux de tête et nous veillerons à ce que le gouvernement l’applique rapidement », a conclu Yves Perron.

Craignez-vous un recul des droits des femmes au Canada?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média