Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

07 juin 2020

Renée-Claude Doucet - rcdoucet@lexismedia.ca

De l’alcool pour produire du gel désinfectant plutôt que des spiritueux

Une première production pour la distillerie Grand Dérangement

Distillerie Grand Dérangement

©Gracieuseté

La petite équipe de cinq partenaires ne chôme pas depuis les dernières semaines.

La distillerie établie à Saint-Jacques, Grand Dérangement, a été appelée à mettre les bouchées doubles afin de compléter l’aménagement nécessaire à sa première production qui voyait le jour en mai dernier. En effet, les cinq partenaires d’affaires ont lancé non pas une boisson spiritueuse, mais bien de l’alcool qui sera utilisé dans la création de gel désinfectant.

L’alcool en question en est une éthylique à 90%, soit l’ingrédient de base utilisé pour la production de gel désinfectant pour les mains. La première livraison effectuée par Grand Dérangement a permis d’expédier 12 barils de 200 litres à Galenova, une entreprise située à Saint-Hyacinthe, spécialisée dans la distribution de produits et d’équipement pharmaceutiques.

 

Trois autres livraisons sont prévues pour le moment. Par la suite, Grand Dérangement aimerait poursuivre son association avec l’entreprise Galenova et ainsi continuer à l’approvisionner. 

 

Distillerie Grand Dérangement

©Gracieuseté

L’alcool en question en est une éthylique à 90%, soit l’ingrédient de base utilisé pour la production de gel désinfectant pour les mains.

À plein régime

 

On peut dire que la petite équipe de cinq partenaires derrière ce projet ne chôme pas. Elle travaille d’ailleurs à relais jour et nuit afin de remplir son mandat. L’équipement neuf est utilisé à plein régime. Quoiqu’inattendue, cette expérience permet à l’équipe de faire ses classes et de mettre l’équipement à sa main.

 

« Depuis le 17 avril, ce sont plusieurs milliers de litres de moût qui ont fermenté dans les cuves de la distillerie. Le tout doit être ensuite distillé deux fois dans l’alambic, afin de produire un alcool de qualité, qui titre à 95 % d’alcool par volume et qui est ensuite dilué à 90 % », explique Jean-Benoît Landry, directeur communication marketing.

 

De plus, les entrepreneurs sont fiers de proposer un produit créé à partir de maïs du Québec. Ainsi, le produit final se veut 100 % québécois.

 

Distillerie Grand Dérangement

©Gracieuseté

Les entrepreneurs lançaient officiellement leur projet de distillerie il y a près de deux ans.

Les spiritueux seront pour plus tard

 

Si l’équipe de la distillerie prévoyait commercialiser un premier spiritueux cet été, elle a rapidement changé ses plans à cause de la COVID-19. « En cette période de Grand Dérangement, nous croyons que c’est important de faire notre part et nous sommes fiers de contribuer à l’effort collectif pour améliorer la situation », mentionne Marcel Mailhot, vice-président de la distillerie.

 

La production et la commercialisation du premier spiritueux de la distillerie est donc repoussées à plus tard. « Nous avons très hâte de faire goûter notre premier spiritueux et nous espérons pouvoir le faire cet automne », poursuit Jean-Philippe Rail, président de l’entreprise et initiateur du projet. Une fois la crise de la COVID-19 passée, l’équipe souhaite se remettre au travail en ce sens.

 

Les travailleurs étant de retour sur le chantier, les travaux de la salle de dégustation de la distillerie peuvent reprendre. Rappelons qu’éventuellement, il sera possible de visiter la distillerie et d’acheter des spiritueux sur place.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média