Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

25 mai 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Les Atikamekw rappellent que les droits des autochtones ne sont pas secondaires

Consultations du BAPE sur le projet minier Matawinie

Paul-Émile Ottawa

©(Photo L'Action - archives) - L'Action

Paul-Émile Ottawa, chef de la communauté de Manawan.

Alors que les consultations sur le projet minier Matawinie menées par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sont maintenant terminées, le Conseil de la Nation Atikamekw (CNA) et le Conseil des Atikamekw de Manawan (CDAM) craignent que le rapport qui doit être remis cette semaine au ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques ait été rédigé dans le désintérêt des droits des autochtones, les Atikamekw n'ayant pas bénéficié d'une tribune respectueuse, impartiale, équitable et vigilante pour partager leurs préoccupations sur les conséquences du projet.

Le CNA et le CDAM rappellent que les provinces ne sont pas dispensées de l'obligation constitutionnelle de consulter les nations autochtones concernées par l'exploitation envisagée d'une ressource naturelle sur les territoires ancestraux. Or, les audiences sur le projet minier Matawinie qui auraient dû avoir lieu fin février à Manawan n'ont pas été tenues et les tentatives du CDAM pour les reporter dans des conditions propices à des échanges constructifs entre le BAPE et la communauté de Manawan ont vraisemblablement échoué.

Alors que la pandémie de COVID-19 a forcé une gestion prioritaire de la crise sanitaire, le CNA et le CDAM s'étonnent ainsi que le gouvernement n'ait pas jugé opportun d'ajuster le calendrier des consultations sur le projet minier Matawinie alors que d'autres projets ont bénéficié d'un report conforme aux nécessités d'une situation exceptionnelle.

Selon le CNA et le CDAM, le BAPE ne peut se contenter d'audiences partielles pour un projet aussi déterminant sur les attributs environnementaux, sociaux, économiques et culturels du développement durable.

« Nos questionnements sont divers et nos préoccupations sur le respect des droits inhérents de notre nation restent entières. Les autorités ne doivent pas simplement nous consulter, elles sont aussi appelées à trouver notre consentement », a indiqué Paul-Émile Ottawa, chef de la communauté de Manawan.

« Il ne s'agit pas de s'opposer au développement économique. Il s'agit pour les Atikamekw d'occuper dans ces consultations la place qui est la leur sur un projet qui va exploiter l'espace de leur territoire ancestral », a souligné Constant Awashish, Grand Chef de la Nation Atikamekw.

Le CNA et le CDAM interpellent ainsi le gouvernement du Québec sur l'importance de prolonger les consultations du BAPE sur le projet minier Matawinie.

Si vous étiez témoin de négligence envers un enfant le signaleriez-vous?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

28 mai 2020

Claudejuniorleblanc

Il n ont pas le choix de mettre les autochtones au parfum parce qu'il vont creuser des territoires qu y leurs appartiennent

30 mai 2020

Pierre Champoux

L'entreprise a tout intérêt à impliquer les Atikameck qui pourront toujours être une ressource humaine de grande valeur, d'importantes connaissances et de tout utilité.

14 juin 2020

Michelle Pauzé

Il est très important d'agir avec la plus grande transparence dans ce projet d'envergure et qui représente des risques environnementaux. Les autochtones étaient là bien avant la minière et ont été respectueux de la nature, il faut considérer leurs droits sur ces terres et leur façon de voir les répercussions d'un tel projet.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média