Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

18 décembre 2019

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Retour à la maison pour Aline Lévesque

« La mort et moi »

Aline Lévesque

©Photo gracieuseté - L'Action

Aline Lévesque lors de son lancement à Rawdon.

Aline Lévesque, auteure de sept livres sur la psychologie et la spiritualité, était récemment à Rawdon afin de procéder au lancement de son huitième ouvrage « La mort et moi ».

Pour Aline Lévesque, il s’agissait d’un retour chez elle puisque le lancement a eu lieu au Miyoko Sushi, qui est aussi l’ancien salon funéraire Viateur Lévesque et fils où elle a passé son enfance.

Mme Lévesque est coach de vie depuis 30 ans. Elle détient un MBA et a œuvré dans le monde des affaires notamment en tant que consultante, formatrice et conférencière.

Elle a quitté le milieu du travail pour se consacrer à ses deux passions qui sont l’écriture et la peinture. Si elle écrit de la poésie depuis l’adolescence, c’est à l’âge de 60 ans qu’elle s’est mise à la peinture. « Je n’avais jamais touché un pinceau de ma vie, mais j’ai toujours eu le sens des couleurs », explique-t-elle en entrevue avec L’Action.

Si elle a essentiellement écrit des essais sur l’estime de soi et le développement personnel, « La mort et moi » propose des anecdotes savoureuses sur la vie d’Aline Lévesque au salon funéraire et des réflexions sur le deuil.

Il s’agit, pour une première fois, d’une autoédition. En effet, l’auteure raconte qu’elle a œuvré comme consultante dans le monde de l’édition et que ça lui a permis d’en apprendre sur les dessous de l’édition, soit le graphisme, la révision et la mise en marché. « Produire le livre moi-même fut un autre plaisir. »

Malgré qu’elle ait passé son enfance à côtoyer la mort, « entre la vie et la mort il n’y avait que le mur de la cuisine », image-t-elle, jamais jusqu’à maintenant Aline Lévesque n’avait songé à écrire sur le sujet.

Puis, elle a vécu de multiples situations difficiles telles que sinistre, déménagement et perte d’un droit de pratique en psycho-kinésiologue en raison d’un changement législatif. « Mon corps a pris les coups, tout s’est détraqué, des cheveux aux pieds. Les coups se sont accumulés, mais je n’avais pas réalisé que j’étais en deuil, que c’était des pertes », raconte-t-elle.

Elle a donc été inspirée et, en participant à des ateliers d’écriture, elle a eu envie d’aborder la mort et les multiples deuils que l’on peut vivre de manière humoristique et imagée. « C’était un appel de l’âme. La mort, c’est tellement tabou. J’ai envie qu’on puisse parler de la mort un peu comme on parle de la température. Le livre est simple, facile d’approche, drôle…mais il est aussi doux et il fait cheminer. »

Aline Lévesque était très heureuse d’avoir pu présenter son livre à Rawdon. « Le livre possède tout un côté familial, historique et patrimonial. »

Elle confie qu’avoir ainsi vécu à côté de la mort lui a permis d’apprécier la vie. Elle affirme aussi que puisqu’elle a été élevée dans ce milieu, elle a développé un grand respect envers la mort, accompagnant même deux de ses proches dans les derniers moments.

Les toiles d’Aline Lévesque son exposées au Bistro 360 (3353, rue Ontario Est, Montréal) jusqu’à la mi-février. Il est possible de se procurer son livre et de découvrir l’auteure via www.alinelevesque.com.

Aline Lévesque

©Photo gracieuseté - L'Action

Aline Lévesque lors de son lancement à Rawdon.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média