Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 novembre 2019

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

Le Conseil central de Lanaudière présente ses revendications

Secteur public

Revendications CSN

©(Photo l'Action - Christian Belhumeur-Gross) - L'Action

Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière-CSN, Rémi Lépine, secrétaire-trésorier, Syndicat des employés d'entretien de la Commission scolaire des Samares (CSN), Simon Deschênes, secrétaire, Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS de Lanaudière – CSN, Guillaume Granger, président, Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette (FNEEQ-CSN), Sébastien Janvier, président, Syndicat du personnel de soutien du Cégep régional de Lanaudière – CSN.

En vue des prochaines négociations dans le secteur public, le Conseil central de la CSN Lanaudière a déposé ses revendications. Un ensemble de demandes communes et sectorielles ont été déposées le 30 octobre dernier au Conseil du trésor au nom des 6 500 travailleurs du secteur public affiliés à la CSN dans la région. Protection contre la hausse du coût de la vie et mesures pour améliorer les conditions de travail étaient au menu.

C’est le 4 novembre dernier, dans les locaux du Conseil central à Joliette, que les représentants des divers syndicats de la CSN oeuvrant dans le secteur public dans la région ont présenté un aperçu de leurs revendications. Selon Patricia Rivest, présidente du Conseil central Lanaudière-CSN, la négociation 2020 s’inscrit dans une conjoncture favorable vu les bonnes conditions économiques et les surplus budgétaires dans les coffres de l’État. « M. Legault dit haut et fort dans les médias que les surplus sont pour la population et non les syndicats. Nous, on a envie de lui dire que c’est quand même 500 000 travailleurs dans le secteur public qui font  également partie de la population et qui ont été touchés par les coupures du précédent gouvernement. Le gouvernement doit tenir compte que ces surplus appartiennent aussi aux travailleurs syndiqués » souligne-t-elle.  

Dans un premier temps, le Conseil central a présenté les revendications communes pour l’ensemble des syndiqués du secteur public. Ce dernier réclame notamment une augmentation salariale de 3$ l’heure la première année. Pour les deux années suivantes, on réclame 1$ l’heure ou 3% annuellement selon ce qui est le plus avantageux.  

Selon Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière-CSN,  ce montant représente une hausse significative pour l’ensemble des syndiqués tout en ayant un impact plus grand pour ceux qui gagnent actuellement moins. Le Conseil demande également une clause de protection contre l’inflation afin d’éviter l’appauvrissement des travailleurs.  

À ces demandes communes, les différents syndicats du secteur public ont également présenté une série de revendications sectorielles. Ces dernières s’orientent essentiellement sur les problèmes de rétention de la main-d’œuvre et du manque d’attractivité du secteur public. Ainsi, dans le milieu de la santé, des demandes visant à réduire la surcharge de travail ont été formulées alors que du côté de l’enseignement collégial, on demande à ce que des mesures soient envisagées pour réduire la précarité du personnel enseignant. Dans son cahier de négociation, le Conseil a d’ailleurs demandé à ce qu’une marge financière soit dégagée afin d’améliorer les conditions de pratique et de travail dans les différents milieux du secteur public et ainsi remédier à la situation de crise.  

Le syndicat a également formulé d’autres demandes à portée sociale dont la protection des lanceurs d’alerte.

Quel est votre lien avec Opération Nez rouge ?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média