Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

07 mars 2019

« Son amateurisme pourrait nous faire perdre des milliers d’emplois »

- Gabriel Ste-Marie

Gabriel Ste-Marie

©Photo gracieuseté - Denis Trudeau - L'Action

POLITIQUE. Gabriel Ste-Marie, porte-parole du Bloc québécois en matière de finances, a dénoncé l’amateurisme de Justin Trudeau qui menace des milliers d’emplois au Québec, à la suite de la déclaration du premier ministre concernant l’affaire SNC-Lavalin ce matin.

« En pleine crise politique, Justin Trudeau s’excuse de ne pas être au courant de ce qui se passe dans son gouvernement et se sauve dans le Grand Nord. Pour quelqu’un qui prétend vouloir sauver les emplois des travailleurs de SNC-Lavalin, il y a un sacré manque de leadership dans sa gestion du dossier », a déclaré M. Ste-Marie.

Le premier ministre livrait ce matin sa réplique tant attendue au témoignage de l’ex-procureure générale du Canada et ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, qui a accusé M. Trudeau et son entourage de pressions indues pour qu’elle renverse sa décision de ne pas intervenir en faveur d’un accord de poursuite suspendue avec SNC-Lavalin. Le premier ministre a admis avoir discuté de l’enjeu avec Mme Wilson-Raybould, mais a nié avoir fait de telles pressions. Il a plutôt parlé d’une « érosion de confiance » entre son bureau et l’ex-procureure générale, dont il n’était pas au courant. Il a également affirmé ne pas être au courant que la décision de Mme Wilson-Raybould était finale.

« Justin Trudeau n’était au courant de rien de ce qui se passe dans son propre bureau et il faudrait lui faire confiance pour diriger un pays ? Son amateurisme pourrait nous faire perdre des milliers d’emplois », a réagi Gabriel Ste-Marie.

Le premier ministre a dit avoir tenu ces discussions avec Mme Wilson-Raybould afin de protéger les emplois chez SNC-Lavalin. Il a également proposé que « des experts » analysent les processus internes de son bureau quant à la gestion de ce dossier, ce qui ne rassure pas le Bloc québécois.

« Justin Trudeau a dit qu’il fallait faire mieux à l’avenir, sauf que pour les travailleurs, l’avenir, c’est tout de suite. SNC-Lavalin a perdu 1,6 milliard depuis le début de cette crise. Ce n’est pas le moment de consulter des experts, c’est le temps d’agir pour éviter la perte de 3 500 emplois au Québec », a conclu le porte-parole du Bloc québécois en matière de finances.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média