Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

30 octobre 2018

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

La fin d’une riche tradition à L’Érablière

La concentration volleyball en voie de s’éteindre

Il s’agissait de la seule concentration du Grand Joliette qui accueillait du volleyball masculin.

VOLLEYBALL. Pour la première fois depuis 17 ans, trop peu d’élèves se sont inscrits à la concentration volleyball de l’Érablière pour que la concentration puisse se donner. Une vive déception pour le fondateur du programme, Martin Brunelle. « Mon deuil a été dur à faire, car je suis un grand passionné, mais je me dis que c’est moi qui l’ai mis au monde et que c’est moi qui vais l’enterrer…»

Selon lui, cette perte d’étudiants sportifs est liée à des éléments bien précis, dont l’ajout de 20 programmes de sports dans les écoles secondaires publiques de Joliette depuis les deux dernières années. « Avant, chaque école avait sa couleur, mais avec ces 20 nouvelles options tout est centralisé à Joliette. »  

M. Brunelle croit que la Commission scolaire des Samares aurait dû prévoir les impacts de ces nouveaux programmes sur les écoles en périphéries de Joliette. « Je n’accuse personne, mais on aurait pu en jaser tous ensemble et l’Érablière aurait pu être intéressée à avoir l’option judo par exemple, mais en ayant accordé tout au même endroit, les autres écoles font face à un constat flagrant, elles sont en train de se vider.»   

Ce sont 20 élèves athlètes de secondaire 1 que l’Érablière a perdus cette année pour Joliette. « Ils sont dynamiques et disciplinés et sont un modèle. Quand les jeunes gagnent un championnat canadien ça crée un sentiment d’appartenance et un exemple de réussite dans l’école. C’est toute cette atmosphère que nous allons perdre et une autre école de région est en train de perdre son programme de football».  

Par le passé, il y a eu des années où l’achalandage était plus bas, mais les jeunes étaient au rendez-vous l’année suivante. Cependant, depuis deux ans la situation a changé. L’année dernière, M. Brunelle a réussi à maintenir son programme en jumelant les secondaires un et deux, mais cette année il y avait seulement 12 jeunes inscrits.  

« C’était la première fois depuis 17 ans que je n’étais pas aux portes ouvertes pour présenter ma concentration. Cela veut dire qu’il me reste trois ans de cohorte et qu’après ce sera la fin. Il y a 50 bannières dans l’école, c’est une tradition qui est présente depuis des années et c’est vraiment une déception de ne pas pouvoir passer le flambeau et de ne pas pouvoir en faire profiter les prochaines générations. »  

Il est tout de même content que les jeunes puissent avoir autant de choix pour trouver leur passion et ainsi contrer le décrochage scolaire, mais il croit que pour des jeunes de Sainte-Mélanie ou de Sainte-Béatrix il est plaisant d’aller dans une école près de chez eux. « C’est beau ce qui se passe à Joliette, mais moi mon cœur il est à l’Érablière.» 

Maquette et transport 

Selon Martin Brunelle la maquette et l’horaire de l’école sont aussi des éléments qui nuisent à la concentration volleyball. Habituellement, dans une concentration, les jeunes ont six cours par neuf jours horaires. À l’Érablière, c’est 4 cours plus deux midis, mais à partir de secondaire 4 et 5, les élèves qui choisissent l’option sciences ne peuvent plus avoir leurs quatre cours de concentration, mais seulement deux.  

« Donc supposons que j’ai 24 élèves, je me ramasse avec tous mes élèves pendant deux cours et avec seulement 8 ou 9, ceux qui ne sont pas en sciences, deux autres cours, mais avec huit élèves ce n’est pas du volley, il faut être 12 sur un terrain.» 

M. Brunelle ne comprend pas pourquoi des écoles comme Thérèse-Martin ou Barthélemy-Joliette sont capables d’offrir trois après-midis de deux cours et pas eux. « C’et sûr que nous avons moins d’élèves, moins de groupes, mais quand même, nous sommes défavorisés par rapport à des écoles qui sont dans la même Commission scolaire. Pour un jeune qui a à choisir entre trois après-midis de deux cours ou deux midis et deux cours le choix est facile. » 

M. Brunelle a tenu à préciser qu’il y a de très belles choses qui se déroulent à l’Érablière comme le programme POM, des voyages, des activités de ski et de cinéma et des enseignants fabuleux, mais qu’au niveau du sport, il ne peut pas rivaliser avec la maquette de Joliette.   

Il a terminé en mentionnant qu’avant, il y avait un frais de transport pour les élèves qui allaient dans une école hors bassin, mais que maintenant c’est gratuit si c’est pour une concentration qui ne se donne pas dans l’école de leur territoire.   

Des beaux souvenirs 

L’histoire du volleyball à l’école secondaire l’Érablière de Saint-Félix-de-Valois est très riche et plusieurs succès ont été accumulés depuis la fondation de la concentration. Les différentes équipes qui ont évolué au cœur de celle-ci ont remporté 2 championnats canadiens, 11 provinciaux et 35 régionaux. Certaines équipes ont voyagé en Europe et en République Dominicaine pour aller en compétitions. « Ce sont des souvenirs inimaginables et des expériences uniques que nous avons fait vivre aux jeunes», mentionne Martin Brunelle. Il se souviendra toujours des titres de champions canadiens. « Nous étions en Nouvelle-Écosse avec des jeunes de 14 ans qui n’avaient jamais pris l’avion. Il y avait des équipes qui venaient de partout et c’est nous qui avons gagné! L’année suivante, c’était au Québec, devant toutes nos familles et nous avons répété l’exploit, c’était fou!» La concentration a également remporté plusieurs jeux du Québec et a formé des athlètes qui ont continué au niveau collégial et universitaire comme Charles St-Aubin. « Les sourires des jeunes, les amitiés qui se créent, ce sont toutes des choses que nous allons perdre. »  

Entraîneur de volleyball depuis 34 ans, Martin Brunelle a notamment été récompensé de l'Ordre du mérite de la FCSQ.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média