Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

03 janvier 2023

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Le dévouement et l’audace de deux enseignants font rayonner l’art et la région

Culture

Crazy Quebecers

©(Photo L'Action- Mélissa Blouin)

Patrick Léveillé et Yves Thibault sont enseignants de français et d’arts plastiques à l’école secondaire Barthélemy-Joliette.

À travers leurs différents projets, les deux membres des Crazy Quebecers Patrick Léveillé et Yves Thibault ont comme objectifs de promouvoir la culture et de faire rayonner la région. En 2022, ils ont notamment représenté Joliette lors d’un symposium de sculptures de neige à Edmonton, puis se sont envolés vers l’Italie afin de participer à leur premier événement de sculptures de paille et foin. En plus de dédier la majeure partie de leur temps à leur école, les enseignants passionnés travaillent aussi sur de grandes initiatives afin de rendre l’art encore plus accessible aux Lanaudois.

« Cette année a été particulière pour nous, car nous avons reçu beaucoup de signaux qui nous démontrent que notre travail est apprécié et que nous ne devons pas lâcher! Nous ne sommes pas des Picasso, mais juste des gens qui veulent propager l’art, donc d’avoir cette reconnaissance et d’être nommés personnalités de l’année ça fait chaud au cœur et c’est motivant», ont commenté les enseignants de Barthélemy-Joliette en entrevue avec L’Action.  

Ces derniers tentent constamment de relever de nouveaux défis et c’est ce qu’ils ont fait, une fois de plus, cette année. En juillet dernier, ils se sont lancés dans la sculpture de paille et foin et ont participé au festival Fen Art à Pontebba en Italie. Ils étaient les seuls de tout le continent américain à avoir été invités à cet événement international.  

« Il y avait des gens de l’Ukraine, de la République tchèque, de l’Allemagne, de l’Italie et de la Croatie! Tous les soirs, on se rassemblait et c’était vraiment intéressant d’échanger, de poser des questions et de faire de nouvelles rencontres », a commenté celui qui est enseignant en arts plastiques depuis plus de trente ans, Yves Thibault. C’est notamment cet aspect de collégialité qui a fait en sorte que ce voyage en Italie a été l’un des plus beaux moments de l’année des deux Crazy Quebecers. 

L’apprentissage était aussi au cœur de cette expérience, puisqu’il s’agissait seulement de leur deuxième sculpture de paille et foin. Ils avaient fait une pratique au vignoble de Saint-Thomas avant de partir, mais tout était encore nouveau. « Il a fallu se réajuster! Habituellement, en sculpture de neige, nous enlevons de la matière, mais là, c’était le contraire, il fallait partir de rien et ajouter de la paille pour habiller notre structure. »  

Leur œuvre était inspirée de L’homme qui plantait des arbres de Frédéric Back et faisait une dizaine de pieds de hauteur. « Le squelette du personnage était fait de bois et nous l’avons recouvert de broche pour ensuite le remplir de paille et foin. C’était très beau et nous étions super contents, mais nous avons beaucoup appris et allons faire certaines choses différemment à l’avenir! »  

Ils ont ajouté que les organisateurs du festival de l’Italie avaient aussi beaucoup apprécié leur œuvre, ainsi que leur dynamisme et leur folie. Si bien, qu’ils ont été invités à y retourner lors de la prochaine édition. « Notre objectif quand nous allons à l’étranger est vraiment de valoriser notre région! Quand nous repartons, nous voulons que les gens sachent où est le Québec et où est Joliette. Je crois que nous sommes de bons ambassadeurs », a rigolé Patrick Léveillé, qui, lui, enseigne le français depuis plus de 25 ans. 

Des exemples de persévérance 

Il s’agissait d’une deuxième expérience à l’international pour les Crazy Quebecers qui avaient déjà participé à un événement de sculptures de neige en Russie en 2017. Pour les enseignants, ces aventures outremer représentent de grands défis, mais aussi une belle façon de montrer aux élèves qu’il est important d’aller jusqu’au bout de leurs passions.   

« Les élèves nous trouvaient fous de nous inscrire en Russie ou en Italie, et lorsqu’ils ont su que nous avions été acceptés, ils sont tombés sur le derrière! Ça leur démontre que si nous n’avions pas pris le risque de nous inscrire ou que nous n’avions pas fait l’effort, nous n’y serions jamais allés », a ajouté M. Léveillé.  

Son collègue a renchéri qu’ils démontrent aussi aux jeunes qu’en s’impliquant, ils obtiennent un résultat et qu’en ayant un résultat, ils ont une satisfaction. D’ailleurs, les enseignants sont tous les deux grandement impliqués au sein de leur école et c'est pourquoi ils sont toujours aussi passionnés par leur métier. « Que ce soit d’organiser des voyages, de faire de la musique, des pièces de théâtre ou d’être engagés dans d’autres comités, c’est ce qui fait qu’un sentiment d’appartenance se développe! »  

Une présence remarquée à Edmonton 

En début d’année, les Crazy Quebecers ont aussi été invités au symposium Silver Skate à Edmonton. Malgré des conditions très chaudes, les Lanaudois ont réalisé une sculpture de neige impressionnante et ont terminé deuxièmes, presque exæquo avec la première position, lors du vote du public.  

« Nous étions vraiment contents de cette reconnaissance! En plus, il y avait beaucoup de médias francophones qui voulaient faire des entrevues avec nous. C’était plaisant de voir que nous suscitions un intérêt! Nous avons établi des contacts et cela nous amènera peut-être à aller encore plus loin dans l’Ouest! » Lors de cet événement, ils étaient les trois membres fondateurs des Crazy Quebecers, soit Yves Thibault, Patrick Léveillé et Frederic Tremblay.  

Cette année, deux autres membres se sont ajoutées au groupe, les enseignantes Mélanie Sauvageau et Odile Mandeville. Mélanie a d’ailleurs pris part à sa première compétition en février dernier à Saint-Jean-Port-Joli avec Patrick et Frederic, alors qu’Yves supervisait une équipe d’étudiants qui participait au volet relève. 

Une fois la saison de sculptures de neige terminée, les Crazy Quebecers ont renouvelé l’une de leurs traditions, qui perdure depuis maintenant quatre ans, celle de transformer un banc de neige de la région en œuvre d’art. Au départ, ils ont entamé cette initiative pour propager l’art éphémère et pour créer un effet de surprise, mais depuis deux ans, ils donnent aussi des significations à leur œuvre. L’an dernier, ils ont rendu hommage au personnel de la santé en faisant un cœur près de l’hôpital et en 2022, ils ont remercié le personnel enseignant en transformant un banc de neige en pomme devant une école.  

Une plus grande visibilité  

Les Crazy Quebecers ont plusieurs autres projets en tête pour faire rayonner la région. Depuis leur retour d’Italie, ils travaillent activement sur l’élaboration d’un festival de sculptures de paille et foin dans la région. « Ce serait innovateur, car il n’y a pas d’événement récurrent de ce type au Québec. De plus, avec les contacts que nous avons, le festival pourrait rapidement devenir international, puisque nous savons que des gens de l’extérieur seraient intéressés d'y participer. » 

Le public pourrait voir les artistes construire leurs œuvres lors de cet événement qui serait conçu pour les Lanaudois, mais qui attirerait aussi des gens d’ailleurs. « Ce serait une belle raison pour venir visiter la région! Nous aimerions mettre cela en place rapidement, mais nous sommes un peu à la remorque des partenaires et des subventions! » 

En parallèle, Patrick et Yves travaillent également sur le développement de leur organisme à but non lucratif (OBNL), Édifice C. Celui-ci existe depuis bientôt deux ans, mais les enseignants sont maintenant à la recherche d’un bâtiment, de partenaires et de subventions pour lui permettre de prendre de l’ampleur.  

L’objectif de l’organisme est de rassembler des artistes de la région dans un même bâtiment afin de leur donner une visibilité et pour que le public puisse venir à leur rencontre. « Il y aurait une salle d’exposition et chaque artiste aurait son local. Toutefois, si tu viens t’installer à Édifice C, il faut que tu donnes un accès au public, pour qu’il te voie travailler et puisse te poser des questions, c’est vraiment ça le concept!»  

Crazy Quebecers

©(Photo gracieuseté)

Yves Thibault et Patrick Léveillé ont agi comme ambassadeurs du Québec et de Joliette au festival Fen Art à Pontebba en Italie.

Finalistes culturels 

La formation lanaudoise le Vent du Nord a célébré cette année ses 20 ans de carrière dans le milieu du trad.

Pour l’occasion, le groupe formé de Simon Beaudry, de Nicolas Boulerice, d’André Brunet, de Réjean Brunet et d’Olivier Demers a lancé un 11e album intitulé 20 printemps.

Ce dernier a d’ailleurs été récompensé lors du Premier Gala de l’ADISQ en remportant le Félix Album de l’année.

Le lancement international de l’album s’est déroulé en février dernier à Boston et le groupe a ensuite entamé une tournée aux États-Unis et au Royaume-Uni avant de revenir au Québec. 

Le Vent du Nord

©Photo gracieuseté - Studio Photoman – Stéphane Najman - L'Action

Rainbow

©(Photo gracieuseté- Jean-Sébastien Sénécal)

En plus d’avoir produit un méga spectacle de Noël au Centre culturel Desjardins,

Frédérick Sylvestre, qui incarne la drag queen Rainbow, s’investit pour rendre l’art de la drag accessible en région.

Il a d’ailleurs fait venir à Joliette, pour une toute première fois, la reine Mado Lamotte.

Celui qui est originaire de Notre-Dame-des-Prairies a également contribué au développement de sa région natale cette année

en prenant part à des levées de fonds comme celle pour l’Académie Antoine-Manseau et celle pour la Fondation pour la Santé du Nord de Lanaudière.    

Coordonnatrice à la bibliothèque de Saint-Zénon, Élodie Bernier se dédie au bien-être de sa communauté et de celui des aînés.

Elle a abordé le sujet de la démence et de la thérapie par l’art.

Elle peint d’ailleurs avec son père, atteint de troubles cognitifs, afin de garder un lien de proximité avec ce dernier et a présenté, au cours de l’année, l’exposition « Peindre de père en fille ».

Mme Bernier est également membre du comité Municipalité amie des aînés et elle instaure des projets avec les aînés de la Haute-Matawinie, en plus de publier une chronique, dans la revue de la Chambre de commerce, sur ses rencontres avec ceux-ci.  

Élodie Bernier web

©Photo gracieuseté - L'Action

Croyez-vous que les cliniques d’IPS sont une bonne solution aux problèmes d’accès à des soins de santé?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média