Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Communauté

Retour

11 avril 2022

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

Quatre projets pour donner le goût d’entreprendre autrement

Carrefour jeunesse-emploi D’Autray-Joliette

Quatre projets

©Jason Joly - L'Action

Le Carrefour jeunesse-emploi de D’Autray-Joliette a réuni ses partenaires pour présenter quatre projets d’entrepreneuriat lors d’une conférence le 7 avril.

Pour faire vivre des expériences concrètes dans le milieu de l’entrepreneuriat aux jeunes des MRC de Joliette et de D’Autray, le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) de ces territoires a élaboré quatre projets en ce sens. Lors d’une conférence tenue le 7 avril, le directeur général de l’organisme, Bruno Ayotte, a résumé ces initiatives qui permettent aux jeunes participants de « développer leur plein potentiel ».

Les projets touchent à différents milieux et s’adressent à des jeunes d’âges divers. Le premier d’entre eux s’intitule DEP inc. M. Ayotte indique que même si quelques étudiants parviennent à démarrer leur entreprise après avoir obtenu un Diplôme d’études professionnelles, « il n’y a malheureusement pas tout le temps des cours d’entrepreneuriat dans leur cursus scolaire ». Ainsi, grâce à ce projet, des jeunes du primaire et du secondaire ont l’occasion de vivre étape par étape la création d’une entreprise à travers des activités. Celles-ci sont exécutées à l’intérieur des centres de formation professionnelle du Centre multiservice des Samares.

Le directeur général du CJE a également introduit Textilab, qui met en marche des projets d’entrepreneuriat écoresponsables dans les écoles secondaires, mais aussi dans les établissements destinés aux adultes. Les activités s’articulent en grande partie autour de la récupération, la réparation et la mise en valeur des vêtements. « La partie écoresponsable, les jeunes sont très touchés par cela », remarque Bruno Ayotte.

Le troisième projet présenté par le CJE se nomme Impact et permet aux élèves du Joliette High School et de l’école secondaire de la Rive à Lavaltrie de découvrir le domaine de l’entrepreneuriat de façon plus concrète. Bientôt, les élèves des écoles Pierre-de-Lestage et Bermon pourront également participer à cette initiative. Les jeunes sont invités à effectuer des tâches de production pour des compagnies partenaires, et ce, en sous-traitance. M. Ayotte explique que cinq étudiants ont travaillé durant l’été 2021 avec l’entreprise de fabrication de remorques Hélio. « Les jeunes n’ont pas travaillé pour Hélio parce qu’ils avaient leur propre entreprise », précise le directeur. Ainsi, les cinq étudiants ont été leur propre patron et ont dû gérer toutes sortes de situations comme des coupures de services au niveau de la main-d’œuvre ou de l’approvisionnement.

Le dernier programme est Équipe mentorale Lanaudière qui consiste en un service de mentorat disponible partout dans la région pour assurer le développement de l’expertise locale. Ce programme s’adresse donc principalement aux adultes. Aidé par la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) Matawinie, le service de mentorat Dyade travaille en ce moment à mettre en place une cellule de mentorat dans la MRC de Matawinie.

Encourager la persévérance scolaire

Bruno Ayotte remarque que les projets présentés ont tous contribué à donner un intérêt à l’école pour les jeunes participants, comme ceux s’étant impliqués dans le projet Impact en 2021. « Parmi ces cinq jeunes, deux d’entre eux avaient laissé tomber l’école. Après avoir fait Impact, ils sont retournés aux études », raconte fièrement le directeur général.

Lors de sa conférence, le CJE a d’ailleurs présenté des témoignages d’élèves. « Ça m’encourage à venir et à persévérer à l’école », indique Michaël, qui a participé à l’un des différents projets. Krystelle-Rose est une autre étudiante qui s’est impliquée dans Impact afin « d’avoir du temps en dehors de l’école » et d’acquérir plus de connaissances. Deux étudiantes du projet DEP inc., Marilou et Perle, ont aussi expliqué que cette formation permettait de « donner une meilleure valeur » à leur travail. « Ça nous a montré ce dont nous allons avoir besoin pour notre future entreprise », ajoute Perle.

L’enseignant-responsable du volet DEP inc. au centre de formation de Berthier, Stéphane Archambault, se dit aussi très satisfait de cette initiative : « DEP inc. est une bonne entrée en matière pour créer une entreprise. Si on avait eu ça il y a 20 ans, cela aurait été un plus. Il faut que ça continue! ».

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média