Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

10 mars 2023

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Visite à l’urgence : Les Lanaudois attendent plus longtemps

Le CISSS de Lanaudière au bas du classement

urgence

©Photo archives

Dans les deux hôpitaux du CISSS de Lanaudière, le temps d’attente médian à l’urgence est de 6 h 49 minutes.

À l’exception de l’année 2020-2021, la durée médiane d’une visite à l’urgence au Québec est en augmentation depuis quatre ans, étant passée de 4 heures et 31 minutes en 2018 à 5 heures et 11 minutes l’an dernier. Cependant, les Lanaudois doivent user d’encore plus de patience puisque la durée de visite médiane est plus élevée encore, soit 6 h 49 minutes. Avec ce résultat, la région se classe au 2e rang, derrière les Laurentides, des pires établissements de soins en termes de temps d’attente pour voir un médecin.

C’est ce que démontrent les conclusions de l’étude au sujet de l’attente aux urgences publiée par l’Institut économique de Montréal (IEDM) le 9 mars. Les nouvelles données récoltées pour la région de Lanaudière font état d’une élévation du temps d’attente de l’ordre de 11,75 % par rapport à 2018. Des deux hôpitaux du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière, l’Hôpital Pierre-Le Gardeur gagne le titre du pire centre de la région. Les usagers qui s’y présentent doivent s’attendre à une durée médiane de séjour de 7 h 56 minutes.

« Le fait qu’une visite aux urgences prenne désormais plus de cinq heures montre bien que notre système ne fonctionne plus », évoque l’auteure de l’étude et économiste à l’IEDM, Emmanuelle B. Faubert.

L’étude mentionne par ailleurs que lorsqu’on considère plutôt la moyenne, les chiffres sont encore plus alarmants, avec une durée moyenne de visite de 9 h 1 minute, c’est-à-dire, 1 h 39 minutes de plus qu’il y a quatre ans. « L’augmentation des durées moyenne et médiane de visite indique que la visite type prend un peu plus de temps, et que les cas de très longues attentes sont de plus en plus communs, » explique Mme Faubert.

Plus de 24 h

Par ailleurs, l’étude révèle que la proportion de patients sur civière qui attendent plus de 24 h a aussi bondi de manière considérable. Ce serait le cas de tout près d’un patient sur quatre, soit environ 210 000 patients à l’échelle de la province en 2022. Il s’agit d’une augmentation de près de 50 %. La proportion de patients ayant passé plus de 48 heures aux urgences a quant à elle augmenté de plus de 200 %.

« Plus que jamais, les Québécois et Québécoises méritent que le gouvernement essaie de nouvelles façons de faire, parce que le modèle du “tout-à-l’État” nous a montré ses limites », conclut Mme Faubert.

Elle souligne à tout le moins que la création du guichet d’accès à la première ligne pour les patients orphelins, la télémédecine et le projet de mini-hôpitaux privés du gouvernement Legault constituent un pas dans la bonne direction afin de désengorger les urgences et d’améliorer l’état de situation.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média