Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

09 mai 2022

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

Des syndiqués à l’Assemblée nationale pour présenter un projet de loi

Briseurs de grève

Projet de loi

©Photo gracieuseté - L'Action

Des représentants du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la COOP Lanaudière CSN se sont rendus à l’Assemblée nationale pour assister au dépôt du projet de loi.

Les grévistes du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la COOP Lanaudière CSN se sont déplacés à l’Assemblée nationale pour assister, le 4 mai 2022, au dépôt d’un projet de loi privé. Celui-ci vise à ce que la notion d’établissement s’étende à tous les lieux où sont remplies les fonctions de salariés en grève en précisant que ces derniers incluent le télétravail.

Ce projet de loi, porté par Alexandre Leduc, porte-parole du deuxième groupe de l’opposition en matière de travail et député de la circonscription de Hochelaga-Maisonneuve, visait donc à actualiser la notion d’établissement dans le but de mettre fin aux activités de briseurs de grève.

Cette démarche s’inscrit à la suite de celles initiées par la députée de Joliette, Véronique Hivon, qui avait elle-même interpellé en chambre le ministre du Travail sur la question. Le 3 mai, la députée de Joliette est revenue à la charge en demandant au ministre de changer la loi en ce sens. Bien que le ministre se soit dit sensible à la question, il a néanmoins refusé de s’engager à changer la loi. Il faut rappeler que tout récemment, le Tribunal administratif du Travail a rendu deux décisions reconnaissant le travail de briseur de grève dans le cadre du télétravail. Une première à la cimenterie de Joliette, en lock-out depuis près d’un an, et une seconde à la COOP Lanaudière CSN dont les salariés sont à la rue depuis plus de sept mois.

« Nos grévistes de la COOP Lanaudière et nos consœurs et confrères de la cimenterie à Joliette sont des exemples très contemporains des limites actuelles de la loi interdisant l’utilisation de briseurs de grève dans le cadre du télétravail. Cette situation déséquilibre le rapport de forces entre les parties, contribue à la judiciarisation des négociations et ne fait qu’éterniser les conflits de travail. Le ministre doit agir et rapidement », souligne Patricia Rivest, présidente du conseil central de Lanaudière – CSN.

« Nous sommes extrêmement heureux du soutien de Mme Yvon pour notre cause et nous sommes particulièrement heureux également que les élus de l’Assemblée nationale se préoccupent de notre conflit de travail. Nous souhaitons maintenant que Novago se préoccupe de l’intérêt de nos membres qui sont à la rue depuis plus de sept mois », conclut Nicole Lambert, présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses de la COOP Lanaudière CSN.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média