Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

17 avril 2022

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Plusieurs crises et pas de solutions dans le budget, selon le Bloc Québécois

Centralisateur et arrogant

Perron Yves

©gracieuseté - L'Action

Le député Yves Perron.

Le dernier budget fédéral est loin de plaire au Bloc Québécois (BQ). Son chef, Yves-François Blanchet, et Yves Perron, député de Berthier-Maskinongé, en parle comme d’un budget centralisateur et arrogant qui n’offre aucune réponse aux crises en matière de financement des soins de santé, de climat et de coût de la vie.

De plus, ils affirment que ce budget ne répond pas à quatre (hausse des transferts en santé, hausse de la pension de la vieillesse, virage concret en matière de finance verte, solution à la hausse du coût de la vie pour les Québécois et les entreprises) des cinq demandes inconditionnelles du Bloc Québécois, qui votera contre.

Point de vue

MM. Blanchet et Perron soulignent que le gouvernement Trudeau annonce qu’il n’augmentera pas les transferts en santé jusqu’en 2027 et qu’il rejette le dialogue avec le Québec et les provinces à ce sujet.

«Le Québec et les provinces demandaient des transferts sans conditions; le budget impose des conditions sans transferts. C’est à la fois un rejet total des besoins exprimés par le Québec et les provinces, en plus d’une fin de non-recevoir à la saine discussion également réclamée la semaine dernière par les travailleurs de la santé de toutes les professions», disent-ils.

En matière de transition verte, ils mettent en lumière que le gouvernement a annoncé un crédit d’impôt de 2,6 milliards $ pour l’investissement en captage, utilisation et stockage de carbone. «Au lendemain de l’approbation de Bay du Nord, la principale nouvelle mesure concrète en matière d’environnement, c’est une autre subvention aux pétrolières. Elle a pour seul effet potentiel d’atténuer les effets désastreux de l’augmentation de la production d’énergies fossiles. Bref, c’est un plan pour produire plus de pétrole, pas une transition verte», explique M. Perron.

Plus localement, ce dernier déplore que rien n’est prévu pour la protection des berges du fleuve Saint-Laurent. «C’est avec déception qu’on constate qu’il n’y a toujours rien pour le rétablissement d’un programme de protection des berges. Cela démontre la nécessité de la mobilisation qui se crée dans la région. Nous allons poursuivre la bataille», signale-t-il.

Sous un autre angle, porte-parole en agriculture, agroalimentaire et gestion de l’offre, il souligne deux déceptions majeures à l’égard de questions incontournables pour les producteurs agricoles québécois.

«Non seulement les compensations pour l’ACEUM sont encore reportées à plus tard, mais on menace la relève agricole. Dans les faits, l’intention clairement annoncée du gouvernement d’altérer la loi adoptée démocratiquement dans le dernier parlement maintient l’incertitude pour le transfert des entreprises agricoles. Ne sachant pas à quoi s’attendre, les transferts sont bloqués! On veillera à ce que la loi sur le transfert des fermes ne soit pas dénaturée», mentionne-t-il.

Le Bloc Québécois déplore également le manque de mesures offrant un répit concret aux Québécois affectés par les impacts quotidiens de l’inflation.

«C’est un budget qui ne répond tout simplement pas aux attentes que nous ont exprimées les Québécois. De plus, ce premier exercice financier sous l’entente entre Libéraux et NPQ ne témoigne d’aucune vision structurante. Il révèle finalement que cette coalition n’a pas d’ambition pour l’avenir ou pour le Québec, seulement pour ses deux signataires», résume M. Perron.

Où passerez-vous vos vacances?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média