Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

08 octobre 2019

Steven Lafortune - slafortune@lexismedia.ca

La Meunerie Dalphond change de mains

Dalphond

©(Photo L'Action - Jessy Boucher)

C’est Julie Champagne-Lambert qui prendra désormais les rênes de la meunerie, après près de 100 ans de règne de la famille Dalphond.

AFFAIRES. Après près d’un siècle d’opérations, la famille Dalphond ne sera plus propriétaire de sa meunerie. Toutefois, Guy Dalphond se veut rassurant; même s’il a vendu à d’autres mains, il s’est assuré que la nouvelle garde conserverait sa philosophie, soit celle d’une entreprise où chaque employé est considéré comme un membre de la famille. 

« C’est un gros pincement au cœur. Il s’agit quand même de 35 ans de ma vie. Mais personne n’est éternel, il fallait faire quelque chose, que je laisse ma place à quelqu'un d'autre », a laissé entendre M. Dalphond lorsque joint par téléphone.  

À la retraite depuis deux ans, il dirigeait à distance les activités de la meunerie en compagnie de ses deux piliers, Nathalie et Sophie. Maintenant établi à Vancouver depuis l’an dernier, l’homme de 62 ans se disait physiquement et émotionnellement loin de l’entreprise. Il a ainsi pris la déchirante décision de vendre. 

Cinq offres sur la table 

L’engouement pour le rachat de l’entreprise a été important. Plusieurs personnes ont manifesté leur intérêt à reprendre le flambeau. Finalement, cinq offres étaient sérieuses aux yeux de Guy Dalphond.  

Après analyse, il s’est tourné vers celle de Julie Champagne-Lambert. La raison était fort simple; il était certain qu’elle garderait la même vision. « Elle n’était pas la plus chère, mais avec elle, je savais qu’elle continuerait dans la lignée de notre famille. De plus, Julie est une jeune femme dynamique qui avait déjà travaillé avec nous alors qu’elle était étudiante. Elle connaissait donc le fonctionnement de l’entreprise, ses valeurs, ses façons de faire. C’était la meilleure offre pour mon cœur », a-t-il fait savoir, ajoutant qu’un autre point ayant penché en faveur de la jeune femme est que la vingtaine d’employés œuvrant au sein de la meunerie demeuraient en poste.  

À présent, le sexagénaire a de nombreux projets pour l’avenir. Il désire réinvestir dans des compagnies vancouvéroises. « J’aimerais trouver quelque chose qui me permettrait de m’occuper et de voyager », conclut-il. L’Australie, l’Asie et Iran seraient d’ailleurs dans sa mire. 

Fondée par Albert Dalphond en 1920, la Meunerie Dalphond était située à l’époque au Village Saint-Pierre. La famille s’est portée acquéreuse du bâtiment aux coins des rues Richard et Saint-Charles-Borromée Nord en 1981 et ce n’est que quelques années plus tard que toutes les opérations s’y retrouveront. C’est en 2001 que Guy Dalphond en devient le propriétaire. Son père Philippe l’était avant lui. 

Un rêve de jeunesse 

Quant à la nouvelle propriétaire, elle a révélé être emballée d’écrire un nouveau chapitre dans sa carrière. « C’est un rêve de jeunesse qui devient réalité pour moi. Dalphond, c’est une institution à Joliette et déjà plus jeune, je désirais un jour pouvoir travailler dans ce domaine. J’adore les animaux et l’entrepreneuriat. » 

De plus, elle ne sera pas seule dans cette aventure. Son conjoint a également décidé de prendre part aux activités de l’entreprise afin de l’épauler dans ses fonctions. 

Que ferez-vous le soir de l'Halloween ?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

11 octobre 2019

Martin Forest

Félicitation Julie

11 octobre 2019

Francois Boucher

Félicitation Julie

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média