Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

24 avril 2019

Communiqué L'Action - infolanaudiere@lexismedia.ca

Favoriser une plus grande justice climatique

Environnement et Jour de la terre

Défi climatique

©Gracieuseté

Selon la Table des partenaires du développement social, l’impact des changements climatiques sur la pauvreté et les crises humanitaires n’est plus à démontrer et il s’intensifiera dans les prochaines années.

COMMUNAUTÉ. La Table des partenaires du développement social a comme mission de mobiliser des acteurs du développement social autour d’une vision qui favorise des actions pour améliorer la qualité de vie de la population lanaudoise, la réduction des inégalités sociales et la participation citoyenne dans une perspective de développement durable.  

Pour bien des gens, et même si c’est bien plus large que cela, le développement social rime avec lutte à la pauvreté. Mais qu’en est-il du développement durable? Le développement durable, c’est l’interdépendance entre le social, l’économique et l’environnement.  

L’impact des changements climatiques sur la pauvreté et les crises humanitaires n’est plus à démontrer et il s’intensifiera dans les prochaines années. Pensons aux événements météorologiques extrêmes, comme la foudre et les feux de forêt, les inondations, les glissements de terrain, le froid ou la chaleur intense, les précipitations hivernales ou estivales, les ouragans, les tornades et les sécheresses.  

Selon l’Observatoire des situations de déplacement interne, ces catastrophes amèneront 250 millions de réfugiés climatiques d’ici 2050 si aucune mesure n’est prise, c’est un sacré défi pour le développement social et la lutte contre la pauvreté. Au Québec, les experts en santé évaluent également que les risques liés aux vagues de chaleur causeront une augmentation de 0.5 à 3.5 % du nombre de décès d’ici 2080.  

Les effets en cause sont notamment les îlots de chaleur urbains, le smog et les rayons UV, responsables de l’augmentation des cas de cancers de la peau de 4 % à 6 % chaque année. Ajoutons à cela les risques de favoriser la croissance de l’aire de répartition des insectes, ce qui augmentera les risques d’infections telles que la maladie de Lyme ou le virus du Nil. 

Dans Lanaudière, les acteurs initient de nouvelles façons de créer la sécurité alimentaire par le jardinage et la transformation alimentaire. D’autres encore mettent en place des systèmes de transport en covoiturage. D’autres sensibilisent à la consommation d’eau municipale plutôt que l’achat de bouteilles. Il est important de revoir notre mode de consommation et de production puisque celui-là même a un impact sur ces changements climatiques. Comme le chante si bien Diane Dufresne : « Ne tuons pas la beauté du monde, faisons de la terre un grand jardin pour ceux qui viendront après nous ». 

Bien que le portrait puisse sembler déprimant, il est primordial de travailler main dans la main avec la nouvelle génération de jeunes qui réclament plus de justice climatique pour eux et les générations qui les suivront. Inspirés par Greta Thunberg, les jeunes nous ont récemment montré qu’ils sont inquiets pour cette Terre qui leur permettra de se créer un avenir. Nous leur devons de rester à leurs côtés et d’y travailler activement et dès maintenant. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média