Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

02 avril 2019

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Reprendre…c’est aussi entreprendre

Vincent Lecorne

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Vincent Lecorne lors du dîner de la Chambre de commerce du Grand Joliette.

AFFAIRES.  C’est Vincent Lecorne,  président-directeur général du Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ), qui était le conférencier du dernier dîner-conférence de la Chambre de commerce du Grand Joliette. Il est venu parler du « repreneuriat », soit la reprise d’entreprise.

M. Lecorne a affirmé : « Le repreneuriat est peut-être la partie la moins connue de l’entrepreneuriat, mais aussi peut-être celle qui est la plus en demande. Reprendre, c’est aussi entreprendre. »

Il a expliqué que le transfert d’entreprise est une réalité qui a été mise en lumière il y a une vingtaine d’années.

« La courbe démographique a un impact majeur. L’enjeu est de garder les entreprises en activité, mais aussi conserver les emplois et le savoir-faire. »

Publicité

Défiler pour continuer

Le Centre de transfert d’entreprise du Québec a été mandaté en 2015 afin d’offrir un service d’aide gratuit aux entrepreneurs, autant aux cédants qu’aux repreneurs.

« Nous ne prenons pas partie. Nous agissons pour la pérennité des entreprises et pour conserver les emplois. Nous voulons nous assurer que les entrepreneurs soient bien entourés. »

Le CTEQ a pour mandat la sensibilisation et faire connaître l’enjeu du repreneuriat, la formation, la coordination, le référencement et le maillage.

« L’acheteur peut être d’une autre région du Québec. »

Le Centre a donc créé une banque et cédants, repreneurs et professionnels peuvent s’y faire connaître. À ce jour, cette banque contient plus de 4090 inscriptions (2885 reprenants, 530 cédants et 675 experts).

Vincent Lecorne a déclaré que le secteur du tourisme avec les entreprises en hébergement et en restauration fait particulièrement face à une pénurie de repreneurs. Cette industrie représente 32 000 entreprises au Québec et 9 % des emplois de la province.

« Même si on a de belles entreprises, l’enjeu n’est pas de « vendre le Québec » mais d’avoir des entrepreneurs. »

En plus du transfert interne, externe ou mixte, la reprise collective et la mise en place d’une coopérative est parfois l’une des solutions au transfert d’entreprise.  « Ce n’est pas plus long comme transfert, l’approche est juste différente. »

Vincent Lecorne a affirmé que l’équipe du CTEQ est à maturité et en mesure de répondre à l’enjeu du transfert d’entreprise en collaboration avec l’ensemble de ses partenaires.

Il a insisté sur l’importante de toute la démarche psychologique qui entoure le repreneuriat. « Il faut d’abord savoir comment on voit les choses. C’est un sujet sensible et délicat. »

Le conférencier a conclu sur l’importance de ne pas se prendre à la dernière minute. Selon lui, dix ans sont nécessaires pour bien se préparer à un transfert d’entreprise.

Le CTEQ

7183 entreprises sensibilisées

670 maillages initiés

73 transferts complétés

435 entreprises accompagnées en phase de transfert

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média