Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

22 mai 2023

Élise Brouillette - ebrouillette@medialo.ca

« Ce sont les efforts collectifs qui créent la magie » - Delphine Brodeur

Ressources humaines

Delphine Brodeur

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Delphine Brodeur a parlé de l’importance du respect des rôles de chacun au sein d’une organisation.

La présidente-directrice générale de la Fondation CHU Sainte-Justine, Delphine Brodeur, était la conférencière invitée lors du récent dîner-conférence de la Chambre de commerce du Grand Joliette. Cette dernière est venue parler de l’importance d’une culture forte et de l’alignement stratégique des ressources, qui ont joué un rôle déterminant dans la performance de la fondation.

« L’univers du travail a plus changé en cinq ans qu’au cours des vingt dernières années. Il faut prendre soin de nos ressources humaines », a déclaré Delphine Brodeur. Elle a expliqué que les rôles de chacun doivent être clairs si les organisations veulent accomplir les plus grandes ambitions.

Afin d’illustrer son propos, la PDG a abordé trois moments phares de la Fondation CHU Sainte-Justine. 

L’un des moments où la fondation a eu à se repositionner s’est présenté en 2018. « On venait de clore une campagne de financement qui avait pour objectif 155 M$ avec un résultat final de 255 M$. C’était phénoménal, ce fut un jalon marquant dans l’histoire de Sainte-Justine. C’était porteur d’espoir pour l’ensemble des familles en province. Mais encore, qu’est-ce qui vient après? »

Delphine Brodeur a expliqué que la fondation a alors dû se demander comment rester pertinente sur le marché. « On a revu notre logo qui datait de plus de 35 ans pour représenter l’adulte et l’enfant. Mais surtout, on a revu notre raison d’être, nos valeurs et notre vision. Notre ADN. Et ce fut quelque chose de porteur. »

La présidente-directrice générale a ajouté que la fondation a voulu briser la philosophie du silo et travailler sur le parcours intégré du donateur à Sainte-Justine. « On a impliqué chacune des parties prenantes de notre équipe et ça a eu un effet mobilisateur incroyable. Les gens se sont exprimés, ils ont travaillé ensemble et on savait qu’on allait dans la bonne direction. »

La vision commune de la fondation lui a ensuite permis d’affronter la pandémie, alors que les donateurs ont remis les équipes en question concernant leur pertinence pendant cette crise. « Il a fallu trouver ensemble la façon de démontrer rapidement notre pertinence dans cette crise-là. Notre travail d’arrimage nous a permis de réagir rapidement. »

Le dernier moment marquant relaté par la PDG fut l’octroi à la Fondation du CHU Sainte-Justine d’un don privé de 40 M$, un engagement historique. « Jamais un centre hospitalier francophone au Québec n’avait reçu un tel engagement. » Delphine Brodeur a raconté l’histoire de ce don sans précédent qui est en grande partie le résultat de l’alignement des équipes de la fondation, alors que les donateurs hésitaient entre trois centres hospitaliers de Montréal. « Ce sont les efforts collectifs qui créent la magie. »

Mme Brodeur a souligné que des dons de cette importance peuvent prendre des années à se concrétiser, mais que dans ce cas-ci, ce fut très rapide, le temps d’un été. « On voyait l’importance de chacun des joueurs de la fondation, tout le monde a été impliqué. »

Delphine Brodeur a insisté sur le fait que Sainte-Justine est venue briser le plafond de verre de la philanthropie au Québec.

« Un moment donné, je me suis dit : que ça fonctionne ou pas, on est gagnant. Dans un court laps de temps, on s’est tous alignés, un derrière l’autre. Une soixantaine d’intervenants se sont passé le bâton du pèlerin en respectant les rôles et les responsabilités de chacun. On avait un discours qui était cohérent et une vision commune. »

La PDG a souligné que les donateurs ont justement signé avec Sainte-Justine car ils ont été témoins de l’alignement de chacun des joueurs. « Ils ont eu confiance, car on avait le même message et qu’on se respectait les uns les autres. »

Delphine Brodeur a conclu sa conférence sur l’importance d’écouter les membres de son équipe ainsi que de comprendre les dits et les non-dits. « Il faut faire vivre notre vision et nos valeurs et être capable de les questionner. Il faut s’assurer qu’il y a une compréhension transversale des rôles de chacune des équipes, célébrer les bons coups et voir grand. »

Avez-vous déjà été touché par un trouble d’apprentissage?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média