Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

21 mars 2023

Mélissa Blouin - mblouin@medialo.ca

Florence Saint-Yves rayonne à travers la province

Micropousses

Florence Saint-Yves

©(Photo gracieuseté- Julie Pilon)

La jeune entrepreneure de Sainte-Béatrix Florence Saint-Yves a récemment été nommée, par la Famille du lait, comme l’une des 15 jeunes essentiels du Québec. Elle a été sélectionnée parmi les visages du progrès grâce à son projet de production de micropousses. En plus d’avoir un impact positif sur la collectivité, cette entreprise, qui prend de l’ampleur chaque année, permet à Florence de s’épanouir et de développer une tonne de compétences, comme l’autonomie.

« J’étais super impressionnée d’avoir été choisie, c’était excitant! L’autre jour, je regardais une émission à Télé-Québec et pendant les annonces, ils montraient les 15 jeunes essentiels du Québec et je me suis vue à la télé, j’ai crié « wouah, c’est moi! », c’était vraiment cool! », s’est rappelé la jeune femme de 17 ans avec beaucoup de fierté. 

L’entreprise Les petites pousses de Florence a vu le jour il y a environ six ans dans l’objectif de permettre à la jeune fille, née avec la trisomie 21, d’intégrer plus facilement le monde des adultes et de pouvoir aspirer à une éventuelle autonomie financière. Avec le soutien de ses parents, le projet permet aussi à Florence de se valoriser et de se familiariser avec les différents volets de la gestion entrepreneuriale.   

«C’est mon père qui a eu l’idée pour qu’un jour, je sois capable de faire des pousses toute seule! C’est comme mon rêve, je m’imagine dans ma petite maison, tranquille, avec ma musique, en train de faire des plateaux et des sacs! Et je veux être assez bonne pour faire les livraisons à vélo, mais pas en voiture, je ne veux pas conduire!» 

Au cœur de l’entreprise, Florence et sa famille font la production de micropousses de verdures de différentes variétés comme de pois, de radis, de tournesol et de roquette. Celles-ci servent à rehausser le goût et la valeur nutritive des aliments. Florence a expliqué que les pousses sont un super aliment et qu’elles peuvent être ajoutées à n’importe quel plat. De son côté, elle aime particulièrement les mettre dans des salades, des sandwichs, sur des omelettes ou de la pizza.  

Florence Saint-Yves

©(Photo gracieuseté)

En tout, Florence consacre environ de 6 à 8 heures par semaine à son entreprise. Elle doit d’abord peser la bonne mesure de graines et les étaler dans des plateaux qu’elle a préalablement remplis de terre. La famille utilise d’ailleurs seulement de la terre et des graines biologiques. Florence doit ensuite récolter les pousses et en mettre la quantité adéquate dans les sacs. Elle est maintenant capable de préparer une cinquantaine de sacs par elle-même chaque semaine. « Parfois, ma mère s’en va avec papa et quand elle revient, elle est impressionnée de voir tout ce que j’ai eu le temps de faire! » 

Finalement, la dernière étape est de mettre les étiquettes sur les sacs et d’en faire la livraison. Les quelque cent sacs sont distribués, chaque semaine, dans plusieurs commerces locaux, chez des traiteurs et des restaurateurs. L’entreprise a notamment fait des collaborations avec le bistro de l’Abbaye Val Notre-Dame, le bistro du Bal Maski et l’Hôtel Delta de Trois-Rivières qui avaient incorporé les pousses à leur menu.  

Au début, Florence était timide d’aller à la rencontre de tous ces gens, mais elle s’est vite dégênée, « j'aime ça être en public et je suis super contente de faire connaissance avec de nouvelles personnes! » 

Florence Saint-Yves

©(Photo gracieuseté- Julie Pilon)

Florence participe également à des événements comme la Fête des récoltes de Sainte-Mélanie et le Festival des artisans de Sainte-Marcelline.

Un projet d’éducation et d’apprentissages 

L’entreprise a également été créée comme projet d’éducation lorsque les parents de Florence ont commencé à faire l’école à la maison. « Ça se passait quand même bien à son école primaire, mais à un certain point c’était devenu très stressant pour elle, car il y avait des standards de réussite qu’elle ne pouvait pas atteindre et elle subissait de l’intimidation », a expliqué la mère de Florence, Julie Pilon.  

Elle a ajouté que les chiffres ont toujours représenté un concept plus difficile pour Florence et que c’est pour l’aider avec ses mathématiques que son père, Pierre-Alexandre Saint-Yves, a eu l'idée du projet. Il a sélectionné les pousses les plus simples à cultiver et a choisi des variétés qui prenaient la même vitesse à pousser (environ dix jours) pour faciliter la tâche. « C’était vraiment une bonne idée! J’étais super intéressée et j’ai tout de suite embarqué », a ajouté Florence.  

Florence Saint-Yves

©(Photo gracieuseté)

Cette dernière a avoué qu’au commencement, elle aimait moins jouer dans la terre, mais que cela a rapidement changé, « je suis rendue bonne, j’ai de la terre partout et j’adore me salir! Je n’ai pas peur des vers de terre non plus! » 

Le projet a bien fonctionné et une belle amélioration a été constatée en mathématiques, mais aussi du côté de la motricité fine, de la précision et de l’autonomie. Ses parents ont également construit une mini maison sur leur terrain pour que la jeune femme, qui fêtera ses 18 ans en octobre, puisse s’y établir lorsqu’elle sera prête.  

De plus, l’entreprise a permis à Florence de développer son assurance et sa confiance. Sa mère a d’ailleurs mentionné qu’il n’y a pas si longtemps, sa fille n’aurait pas été autant volubile et en contrôle lors d’une entrevue journalistique. « C’est l’entreprise qui a amené cette façon d’être si à l’aise avec les gens. » 

Florence a même donné des ateliers à des classes du primaire de Saint-Jean-de-Matha sur les pousses. Elle s’est aussi rendue dans son ancienne école pour rencontrer des jeunes et répondre à leurs interrogations. « Ils avaient beaucoup de questions sur mon projet et sur la trisomie 21. C’était facile de répondre aux questions sur les pousses, mais c’était plus dur pour la trisomie. C’est difficile pour moi de l’expliquer, car je n’arrive pas à trouver les mots et ça m’empêche de parler avec mon cœur! »  

Florence Saint-Yves

©(Photo gracieuseté)

« Mon papa est aussi devenu mon meilleur ami! »

Rien n’est impossible 

C’est en fait la présence d’un chromosome supplémentaire qui cause la trisomie 21, mais celle-ci n’a jamais empêché Florence de voir grand ou de réaliser ses objectifs. Toutefois, cela lui a amené certains défis supplémentaires. Lorsqu’elle était plus jeune, elle avait de la difficulté au niveau de l’élocution. Son père a agi comme professeur et a réalisé un grand travail d’orthophonie avec elle. « Mon papa est aussi devenu mon meilleur ami! J’ai appris et compris plusieurs choses de la vie avec lui! » 

Il lui a notamment enseigné à lire et à écrire. « J’écris beaucoup de choses dans des cahiers, je suis même rendue à écrire des livres et des raps! » Comme son père, Florence adore la musique et comme sa mère, elle se passionne pour la danse. La jeune femme a d’ailleurs déclaré avec fierté qu’elle serait bientôt capable de faire du breakdance.  

« Florence est très tenace et a beaucoup de volonté quand elle veut apprendre quelque chose! Elle est persévérante et elle va se rendre au bout de ses objectifs», a souligné Mme Pilon. La jeune femme a récemment démontré cette grande ténacité en réalisant, sans gêne, une prestation de rap au micro ouvert du Bal Maski.  

Florence aime aussi faire du trampoline et du skate « je veux être folle, je veux faire plein de sauts! » En plus de se passionner pour les animaux et les voyages. Elle traversera d’ailleurs le Canada, à l’été 2024, avec sa famille lors d’un voyage de cinq mois.  

Pour elle, d’avoir ce chromosome supplémentaire ne fait donc pas une grosse différence dans sa vie remplie de projets, « c’est vraiment cool avoir la trisomie 21! » Les seuls désavantages qu’elle y voit sont sa croissance qui se fait plus tranquillement, et qui fait en sorte qu’elle est plus petite, et également sa difficulté à bâtir des amitiés durables.   

Pour l’avenir, la jeune femme, qui a la réplique facile, une mémoire impressionnante et qui déborde d’humour, pense s’inscrire dans une agence de casting. Elle souhaite aussi continuer à développer son entreprise. Toutefois, il est bien important pour elle et sa famille que le projet ne prenne pas trop d’ampleur, « c’est pour son évolution avant tout et c’est important que cela demeure modeste et à échelle humaine», a terminé sa mère.  

Vous pouvez vous procurer les produits de Les petites pousses de Florence dans les points de vente uniquement, soit la ferme Régis, le marché Brandon, les Délices de la Terre, la Coop Au bout du rang et le Marché du Rang 4. 

©(Photo gracieuseté)

©(Photo gracieuseté)

©(Photo gracieuseté- Pierre-Alexandre Saint-Yves))

Prenez-vous part au Défi Pissenlits?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

22 mars 2023

Danielle Lapointe

Bravo Florence! Tu es très inspirante

24 mars 2023

Germaine

Belle Florence, poursuit tes rêves ! Tes parents sont formidables et la < pomme n’est pas tombé loin de l’arbre> ????????????

27 mars 2023

Lisette Beloin

Tu as déjà la fibre entrepreneuriale! Les projets futurs ne manquent pas. C'est une belle reconnaissance de La famille du lait. Ces jeunes nous inspire! Continue Florence, tu seras à la hauteur de tes rêves.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média