Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

28 février 2023

Élise Brouillette - ebrouillette@medialo.ca

Quitter son emploi pour se dédier à l’écriture

Littérature

Cynthia Bleau

©Photo gracieuseté - L'Action

Cynthia Bleau a lancé son premier roman à l’Albion.

Cynthia Bleau a récemment décidé de quitter son emploi pour se consacrer à temps plein à sa passion et à son projet d’écriture. Quelques mois après avoir pris cette décision audacieuse, la Joliettaine a lancé son premier roman, un polar intitulé Les Écorchés

Native de Joliette, Cynthia Bleau s’est promenée un peu partout au Québec avant de revenir s’établir dans sa région natale. « J’ai réalisé mon parcours scolaire en littérature, j’ai travaillé en librairie et en bibliothèque et j’ai enseigné plus de dix ans au Cégep à Joliette. J’aimais transmettre mes connaissances, mais c’était difficile de concilier la famille et la précarité de l’enseignement… » 

Cette réalité lui a donc fait bifurquer d’emploi. En octobre dernier, au moment où elle a choisi de se dévouer entièrement à l’écriture, elle œuvrait en tant que formatrice en alphabétisation dans le milieu communautaire.  

« J’ai décidé que c’était maintenant que ça se passait. Je me suis lancée! » 

L’auteure souligne que quitter le milieu professionnel pour écrire était la solution pour mener à bien son projet. « Avec tout le travail, en plus des enfants et de la routine de vie, ça ne marchait pas. Je n’avais pas le temps. Je me suis dit, qu’est-ce que je dois faire si je veux vivre de mon métier? » 

L’auteure explique qu’elle a tout le temps été soutenue par son entourage, dont ses parents qui n’ont jamais manifesté de réserves quant à ses études en littérature. 

Cynthia Bleau a toujours écrit et elle a d’ailleurs réalisé une maîtrise en création littéraire jeunesse. « Je me suis toujours dit qu’un jour j’écrirais et je pensais que j’allais justement commencer par de la littérature pour les jeunes. » 

Et pourtant, c’est le roman noir de type polar qui s’est imposé à elle. Elle raconte que le livre est en fait né d’un rêve qui lui a donné l’élément déclencheur. « Je lis des polars, mais je ne pensais pas en écrire. Toutefois, c’est cette histoire qui m’est venue. » 

Mme Bleau ajoute qu’il y a un mythe en littérature selon lequel certaines formes d’écriture sont moins nobles. « Je voulais redonner ses lettres de noblesse au polar, montrer qu’on est capable d’avoir quelque chose de très bien! » 

L’auteure a aussi pris la décision de s’autoéditer, ce qui implique beaucoup de choix. « Il faut être multidisciplinaire, on fait tout, allant du graphisme à la publicité. Oui, il y a l’écriture, mais ce n’est que le point de départ, il y a aussi tout ce qui vient après. » 

Cynthia Bleau a fait appel à des amis policiers et à une thanatologue afin de rendre l’histoire de la manière la plus vraie possible. Elle a également demandé l’aide d’une réviseure. « Je voulais que les propos soient cohérents, que ça ait du sens et que ce soit vraisemblable. Je voulais être certaine de ne pas faire d’erreurs. C’était important pour moi que ce soit bien fait. » 

Elle a finalement sollicité l’avis de bêta-lecteurs avant la publication du livre et elle mentionne que tous ces commentaires l’ont énormément aidée. 

Les limites de la justice 

Les Écorchés s’adresse à un public averti de 18 ans et plus. Cynthia Bleau avoue qu’elle craignait un peu les jugements quant à l’avenue choisie. « Il ne faut pas confondre l’auteure et les personnages. Ce n’est pas parce que je l’écris, que je le vis…Mais il y a une belle communauté pour ce genre de roman qui provoque et qui fait réfléchir. Ce n’est pas de la violence gratuite. » 

« L‘histoire se déroule à Saint-Elzéor, un petit village paisible situé en Estrie. Un endroit sans histoire jusqu’au printemps 2020. Le cadavre d’un homme est trouvé dans les bois. Méconnaissable, la victime gît dans une position inusitée, nue et mutilée. De qui s’agit-il? Qu’a-t-il causé pour mériter un tel châtiment? La sergente-détective Frédérique Saint-Jean doit élucider ce crime ignoble. » 

L’auteure mentionne que c’est un roman qui aborde la question de la justice et de ses limites, qui parle de jusqu’où on est prêt à aller pour se faire justice. « C’est une réflexion sur l’être humain. » 

Cynthia Bleau annonce que le deuxième tome est déjà bien avancé. « Dans le tome un, la boucle de l’histoire est bouclée. Le tome deux reprendra les mêmes personnages, mais dans une toute nouvelle enquête. » Après, elle aimerait bien publier un roman pour adolescents. « J’ai plusieurs projets sur la table, je ne vais pas m’arrêter au style du polar. » Faire rayonner Lanaudière au cœur de tous ses projets est aussi, pour elle, une priorité. 

Les Écorchés est en vente sur Amazon en version papier ou numérique. Il est possible de s’informer sur la page Facebook de l’auteure, puisque plusieurs événements sont à venir au cours du printemps. Cynthia Bleau sera d’ailleurs au Salon du livre de Longueuil le 25 mars, à celui de Drummondville le 23 avril et à celui de Mirabel du 5 au 7 mai. 

Cynthia Bleau

©Photo gracieuseté - L'Action

Cynthia Bleau a lancé son premier roman à l’Albion.

Avez-vous déjà été touché par un trouble d’apprentissage?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média