Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

22 juin 2022

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

La construction de six immeubles inquiète des résidents

Carrefour du Vieux-Moulin

Projet rue Roland-Gauvreau

©Jason Joly - L'Action

Guy Chaîné apprécie la vue et la quiétude qu’apporte le boisé qui borde son domicile.

Alors qu’un règlement de zonage est sur le point d'être modifié pour permettre la construction d’immeubles de 24 logements, les résidents de la rue Roland-Gauvreau dans le Carrefour du Vieux-Moulin à Joliette s’inquiètent de l’impact que ce projet aura sur leur milieu de vie. Pour Guy Chaîné, qui est l’un de ces citoyens, l’apparition de ce « quartier dans un quartier » est une menace pour le grand boisé qui oxygène le secteur.

Ayant déménagé de Montréal pour s’installer à Joliette en 2018, M. Chaîné dit avoir été charmé par la nature et le boisé qui enveloppe le quartier situé à la frontière avec la Municipalité de Saint-Paul. Chaque matin, sa conjointe et lui déjeunent en admirant la forêt qui s’étend derrière leur résidence.

Au début juin, ils ont été informés qu’un important projet de construction d’immeubles était susceptible de se dérouler dans une grande partie du terrain entre la rue Roland-Gauvreau et la rue St-Pierre Sud. Lors d’une consultation publique le 13 juin, le directeur adjoint au service de l'Aménagement du territoire, Paskal Guilban, le conseiller du Carrefour du Vieux-Moulin Ouest, Patrick Lasalle, et Sylvain Gagnon, directeur de l’Aménagement, en ont fait la présentation.

Plan Roland-Gauvreau

©Photo gracieuseté - L'Action

Le plan du terrain destiné à la construction des immeubles par Plateau Boréal inc.

Le promoteur du projet, Plateau Boréal inc, compte bâtir plusieurs immeubles nécessitant un changement au niveau du règlement de zonage 79-440. La nouvelle réglementation permettra d’implanter des projets intégrés résidentiels. De plus, les édifices pourront accueillir jusqu’à 24 logements, alors que l’ancienne limite était de 12. Le nombre d’étages restera toutefois le même, soit des immeubles de deux à quatre étages. Pour l’instant, le promoteur n’a pas précisé son intention à savoir si les logements seront disponibles pour la location ou pour l’achat, mais il a précisé vouloir bâtir six immeubles en tout.

Pour ce projet, la Ville soutient qu’aucune rue ne sera fondée dans le secteur. Seuls des allées et des stationnements seront aménagés. Paskal Guilban a voulu rassurer les citoyens présents à la consultation en leur mentionnant que la zone sera soumise au règlement des plans d’implantation et d’intégration architecturale (P.I.I.A). « Le promoteur doit déposer des plans qui respectent l’architecture et les espaces verts. Il devra présenter l’ensemble de son projet devant le conseil municipal », a expliqué le directeur adjoint à l’Aménagement.

Conserver la nature

Une dizaine de résidents consternés se sont déplacés pour assister à la consultation publique. Guy Chaîné s’est joint à ses voisins pour partager ses craintes de voir tout le boisé derrière son domicile disparaitre : « C’est un quartier tranquille. Les gens s’y sont installés pour ça. Mais la vocation de notre secteur va complètement changer. » M. Chaîné s’inquiète de voir la qualité du quartier grandement régresser et croit également que plusieurs résidents risquent de quitter le secteur pour cette raison. « Ma propriété va être dévaluée à cause de ce projet! », a affirmé Carole, l’une des citoyennes, durant l’assemblée publique. « Le projet nuit à l’identité du quartier. Ne laissez pas le promoteur construire un monstre comme cela! », s’est également insurgée Nicole, une autre résidente.

L’argument de la conservation des arbres et de la protection de l’environnement est le plus important pour le voisinage. Il souhaite que la forêt soit adéquatement conservée et se préoccupe de la voir complètement rasée à cause de ce projet. « Lorsque nous avons acheté en 2017, on nous a dit qu’il était impossible de construire dans le boisé puisque le territoire est très humide et qu’il y a un endroit où il y a beaucoup d’eau », a déclaré Monique, qui a posé beaucoup de questions sur les stratégies de préservation de la nature qui seront mises en application au cours du projet. « Tout le secteur est homogène. Nous avons tous des propriétés qui ont des dimensions similaires. Puis, on nous arrive avec un complexe sans arbre? C’est un peu absurde », a ensuite enchéri son mari, Jean-Maurice, en s’adressant aux représentants de la Ville.

Boisé Roland-Gauvreau

©Photo gracieuseté - Guy Chaîné - L'Action

La Ville de Joliette veut conserver 63% d'espaces verts en place sur la zone visée par le projet.

En réponse à ces critiques, Paskal Guilban a reconnu qu’une bande de 15 pieds de verdure serait conservée aux limites des terrains des résidents qui bordent celui visé par le promoteur. La Ville de Joliette a également précisé que plus de la moitié du terrain serait conservée en espaces verts, soit environ 63%. Guy Chaîné reste septique à cette idée puisqu’il se questionne sur la définition d’espaces verts : « Est-ce qu’ils vont vraiment conserver des arbres ou ce ne seront que des espaces gazonnés? »

En constatant que ces explications n’avaient pas calmé la grogne des résidents, Sylvain Gagnon a terminé la consultation publique en reconnaissant que si les résidents votaient contre le nouveau règlement permettant la construction de 24 logements, le promoteur serait alors dans l’obligation de bâtir de plus petits immeubles, mais en plus grande quantité. Pour la suite, M. Chaîné indique que ses voisins et lui sont motivés à faire les démarches menant à la tenue d’un registre. Ils se mettront donc à la tâche pour récolter le nombre de signatures nécessaires pour s’opposer à ce projet afin de conserver la quiétude de leur quartier qu’ils apprécient tant.

Commentaires

22 juin 2022

Noëlla Lussier

A quand,,ce projet

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média