Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

02 février 2022

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Audrey McManiman aux Jeux olympiques de Beijing

Sa persévérance est sa plus grande fierté

Audrey McManiman

©(Photo gracieuseté- Claudia Morin-Arbour)

Audrey McManiman est la première athlète de Saint-Ambroise à participer aux Jeux olympiques.

Au cours des dix dernières années, la planchiste de Saint-Ambroise-de-Kildare Audrey McManiman a dû surmonter plusieurs obstacles, mais elle n’a jamais perdu de vue son plus grand objectif, celui de participer aux Jeux olympiques. Après avoir vu ceux de 2014 et de 2018 lui échapper de peu, elle pourra enfin vivre cette expérience inoubliable, alors qu’elle a été sélectionnée pour les Jeux de Beijing.

« Ça fait tellement longtemps que je travaille pour y aller, c’est difficile de réaliser que cela arrive! Le fait de n’avoir jamais abandonné au cours des dernières années et de m’être relevée de mes blessures, je crois que c’est le plus bel accomplissement de ma carrière et que cela passe avant les médailles, c’est le plus beau défi que j’ai réussi », a commenté l’athlète de snowboard cross en entrevue avec L’Action.  

Elle a ajouté qu’il y a tellement de gens de son entourage qui convoitent ce rêve sans pouvoir l’atteindre, qu’elle ne peut faire autrement que de se sentir privilégiée, et ce, même si elle sait que son expérience sera un peu différente en raison de la pandémie. « D’habitude c’est une grande fête du sport, c’est l’occasion de rencontrer plein de gens de différents pays et de différentes disciplines! Ça ne sera pas nécessairement le cas cette année, mais je veux profiter de l’expérience au maximum! » 

L’athlète de 27 ans participera à la course des femmes le 9 février et aimerait aussi être sélectionnée pour la course en équipe mixte, une nouvelle discipline, qui se tiendra le 11 février. Côté performance, elle serait très heureuse de faire un top huit, mais son objectif est tout autre. «Je ne veux pas penser aux résultats, je veux faire ma routine et focusser sur chaque étape de celle-ci afin de réaliser la meilleure performance que je pourrai. » 

Au moment de l’entrevue, l’Ambroisienne devait effectuer une dernière Coupe du monde en Italie avant de quitter pour la Chine le 1er février. Comme elle sera logée dans le village olympique le plus loin de Beijing, elle ne pourra malheureusement pas participer à la cérémonie d’ouverture. Elle ne sera pas non plus de l’événement de clôture, puisqu’elle revient au Québec le 15 février.  

Audrey McManiman

©(Photo gracieuseté- Claudia Morin-Arbour)

Surmonter les défis  

C’est en 2012, après avoir remporté une médaille d’or en slopestyle aux Jeux olympiques de la jeunesse, qu’Audrey a commencé à croire en son rêve olympique. «Je me disais que si je mettais tous les efforts que je pouvais, ça allait fonctionner! » 

Deux ans plus tard, elle était tout près de participer aux Jeux de Sotchi, mais elle n’a pas été sélectionnée et a dû patienter encore quatre ans. Tout semblait s’enligner pour qu’elle puisse prendre part aux Jeux de 2018 et ses espoirs étaient grands, mais en 2016, elle a subi une importante commotion cérébrale qui a changé ses plans.  

Plutôt que de mettre fin à sa carrière, l’athlète a décidé de faire la transition du slopestyle au snowboard cross, un sport dans lequel les chutes sont généralement moins sévères. «C’est une discipline vraiment différente, j’ai donc dû réapprendre avec un nouvel équipement et une nouvelle technique. » 

À peine un an après avoir commencé les compétitions en snowboard cross, Audrey était déjà de retour avec l’équipe canadienne de développement et avait les titres de championne canadienne et nord-américaine. En 2018, elle était la cinquième Canadienne en lice pour les Jeux olympiques, mais seulement quatre ont été sélectionnées. « C’était dur à prendre, car depuis 2012 que je pensais à ces Jeux… » 

Puis, juste avant le début de la pandémie, la Lanaudoise a subi une autre commotion cérébrale lors de la Coupe du monde d’Espagne. «J’étais vraiment sur le point d’arrêter, mais les entraîneurs de l’équipe nationale m’ont dit que c’était certain que je serais sur la gate pour les Jeux de Beijing, alors je leur ai fait confiance! » 

L’athlète est passée de l’équipe nationale de développement à l’équipe nationale principale cette année. Ce qui a fait une bonne différence dans son évolution, puisqu’elle était mieux encadrée et qu’elle avait moins à se soucier de l’aspect financier.  

En février 2021, elle a terminé septième au classement général en Autriche. Audrey était donc déjà en bonne position pour les Jeux olympiques, mais c’est lors des deux dernières courses en Russie (8 et 9 janvier) que sa place a été confirmée. Elle a d’ailleurs obtenu le meilleur résultat de sa carrière en Coupe du monde de snowboard cross en terminant sixième lors de l’une de ces courses à Krasnoïarsk.  

«J’avais déjà remporté une médaille de bronze à cet endroit, dans le cadre des Universiades d’hiver de la FISU en 2019, alors j’avais confiance de bien faire malgré le calibre très élevé. J’ai bien appliqué ma routine et j’ai moi-même été surprise de mon exploit, ça m’a vraiment enlevé un gros stress pour la suite. » 

Le 18 janvier, elle a reçu le courriel de confirmation de sa sélection aux Jeux olympiques, mais c’est réellement le lendemain, lorsque ses réseaux sociaux ont explosé, qu’elle a vraiment compris que son rêve devenait réalité.  

L’impact de la région 

C’est vers l’âge de neuf ans qu’Audrey McManiman a commencé à pratiquer la planche à neige à la station de ski Val Saint-Côme. Elle se souvient avoir reçu de ses parents une session de cours pour son dixième anniversaire et que son parrain avait dû lui installer une lumière dans la cour arrière de chez elle, puisqu’elle passait toutes ses soirées à pelleter et à construire des sauts.  

Tout au long de son parcours, la jeune athlète a pratiqué plusieurs autres sports. « J’ai longtemps joué au kin-ball, qui est un sport super accessible, et j’ai aussi fait du hockey cosom, du flag/touch football et du soccer! Je voulais faire tous les sports parascolaires, j’aimais juste cela progresser et avoir du plaisir! » 

Du côté du snowboard, Audrey était tellement animée par le désir d’être meilleure que les garçons que sa progression a été très rapide. Elle a commencé les compétitions à l’âge de 15 ans. «C’est l’instructeur Charles-Antoine Bonin à Saint-Côme qui a été le premier à voir mon potentiel et qui m’a suggéré de commencer la compétition.» Elle a suivi les conseils de l’instructeur et un an plus tard, elle intégrait l’équipe du Québec.  

L’athlète a d’ailleurs mentionné à L’Action que chaque fois qu’elle revient à la maison, elle prend le temps d’aller à Val Saint-Côme. Lors de ses compétitions à l’étranger, elle sent aussi le soutien de sa famille puisque, peu importe l’heure et le décalage, elle sait que ses parents seront devant leur ordinateur pour la regarder performer en direct.  

Elle termine en évoquant que son parcours a été parsemé de sacrifices et de blessures, mais qu’elle a eu beaucoup d’aide autour d’elle pour les surmonter. Elle a d’ailleurs tenu à remercier ses commanditaires.  

Audrey McManiman

©(Photo gracieuseté- Claudia Morin-Arbour)

Commentaires

1 février 2022

Desroches Nicolas

Bravo, tu es une belle inspiration, amuse toi aux olympiques ????

2 février 2022

Vicky Blouin

Bravo AUDREY bonne chance aux olympiques

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média