Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Communauté

Retour

24 novembre 2021

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

En mission pour aider les vétérans de Lanaudière

Légion Royale canadienne

Jour du souvenir

©Photo gracieuseté - Alexandra Contré - L'Action

Lors de la commémoration du jour du Souvenir, des vétérans sont venus déposer leur coquelicot sur le cénotaphe du parc Lajoie.

Alors que la cérémonie du jour du Souvenir a permis de rendre hommage aux soldats tombés sur le champ de bataille, la Légion Royale Canadienne filiale de Lanaudière No 83 est toujours en service pour soutenir les vétérans. En tant qu’officier d’entraide et ayant personnellement été déployé à Chypre en 1979, Robert Contré s’est entretenu avec L’Action afin de lever le voile sur les besoins des vétérans de la région.

Suivant l’exemple de membres de sa famille, M. Contré est devenu militaire pour le Royal 22e Régiment. Il a été enrôlé en 1979 au sein des Nations unies en mission de paix à Chypre. Pendant six mois, l’homme, qui n’avait que 18 ans à l’époque, devait s’assurer que le cessez-le-feu entre les Grecs et les Turcs soit respecté. Il avoue que l’ambiance y était plutôt calme : « Quand je parle à mes confrères qui ont servi en Bosnie, au Koweït ou en Afghanistan, j’étais en vacances comparativement à eux. Même si j’en suis revenu changé, je n’ai pas vécu de choses aussi horribles. »

Robert Contré

©Photo gracieuseté - Alexandra Contré - L'Action

Robert Contré a été enrôlé par le Royal 22e Régiment en 1979.

À son retour, Robert Contré et sa copine de l’époque ont remarqué un changement dans son comportement, comme s’il avait vieilli de façon précoce. Il raconte que pour beaucoup de vétérans, le retour à la vie civile produit un grand choc. D’abord, les soldats se côtoyant à toute heure de la journée, des liens forts se forment entre eux. « Beaucoup de soldats se sont connus à partir du moment où ils sont entrés dans l’armée. Puis, ils prennent leur retraite et ne se voient plus. Ils n’ont pas de repères dans la vie civile parce qu’ils ont toujours été encadrés », explique M. Contré. Le président de la Légion Royale Canadienne filiale No 83, Sylvain Tétreault, ajoute que le quotidien d’un soldat demande beaucoup plus de discipline que la plupart des civils : « Tout est contrôlé dans l’armée. Ton horaire est programmé. Tu sais que tu dois manger et faire ton lavage entre telle et telle heure. Alors, quand les soldats reviennent à la vie civile, ils sont complètement perdus. »

Selon lui, les vétérans ont aussi de la difficulté à parler de ce qu’ils ont vécu sur le champ de bataille, et ce, même à leurs proches. La Légion Royale Canadienne désire être en relation avec le plus de vétérans possible pour les informer des différents programmes de soutien qu’elle offre et aussi pour permettre à ces anciens militaires de parler avec d’autres personnes qui comprennent leur situation. Cette mission est très importante pour M. Tétreault qui considère que « l’isolement est un gros fléau ».

Les vétérans à l’honneur

La cérémonie du jour du Souvenir est aussi un moment pour les vétérans de se retrouver entre eux. Un plus grand nombre de personnes ont pu y assister cette année. Tous se sont regroupés près du cénotaphe dans le parc Lajoie pour honorer les combattants canadiens qui ont perdu la vie au combat. Le président de la Légion Royale Canadienne filiale No 83 s’est dit très satisfait de la cérémonie : « Tout le monde était content. Les vétérans se sont sentis plus mis à l’honneur, plus appréciés de la population. »

Plusieurs députés, maires et autres donateurs ont contribué à acheter une couronne qu’ils ont pu déposer à la base du cénotaphe en compagnie d’un vétéran. En tout, 28 couronnes ont été offertes. « Il y a eu une bonne participation. Ces couronnes permettent vraiment à la Légion de survivre », souligne M. Tétreault.

Aide en tout genre

La Légion met plusieurs gammes de services à la disposition des vétérans. Elle peut donner des coupons d’épicerie à ceux dans le besoin et même des bourses d’études aux proches d’anciens soldats. De plus, pour les vétérans devant se rendre à l’hôpital, le déplacement en ambulance ou le billet de stationnement peuvent être couverts par l’association. Robert Contré va d’ailleurs souvent à la rencontre des anciens combattants qui sont hospitalisés pour prendre de leurs nouvelles : « L’année dernière, je suis allé à l’hôpital et des hommes sont venus me voir pour savoir si j’avais besoin d’aide. Donc, aujourd’hui, j’essaye de donner au suivant. »

Selon lui, la Légion n’a pas de difficultés à soutenir les vétérans, mais plutôt à les rejoindre et à leur faire connaître les programmes qui leur sont offerts. « Ayant connu le programme d’aide aux bourses d’études avant, j’aurais pu aider mes filles lorsqu’elles ont été admises au Cégep, mais je ne le connaissais pas et il existait pourtant! Ce sont des programmes que nos vétérans doivent connaître », reconnait-il.

La Légion précise que tous les vétérans peuvent recevoir son aide, même ceux qui n’en sont pas membres. Elle les invite à venir visiter son local qui se trouve à l’arrière de la cathédrale à Joliette ou à communiquer avec elle au 450 404-8209.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média