Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

25 octobre 2021

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

« Une pause » pour les négociations à la cimenterie de Joliette

Syndicat Unifor

Suspension négos

©Jason Joly - L'Action

Les négociations entre la section locale 177 d’Unifor et Ash Grove ont été suspendues pour une période indéterminée.

Une action de solidarité a été organisée le 22 octobre devant la cimenterie Ash Grove de Joliette pour souligner le cinquième mois de lock-out des syndiqués de la section locale 177 d’Unifor. Le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné, annonce que les négociations ont été mises en pause par le ministère du Travail, mais que les syndiqués ne comptent pas fléchir.

Environ 150 membres d’Unifor et d’affiliés de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) se sont réunis pour appuyer les lock-outés qui se retrouvent à la rue depuis le 22 mai 2021. De plus, les syndiqués ont été mis au courant de l’interruption des négociations, décision qui a été prise la veille, soit le 21 octobre. Renaud Gagné, le directeur québécois d’Unifor, explique que le ministère du Travail a choisi « de suspendre les rencontres de négociation considérant l’écart important entre les positions des deux parties ».

La raison principale de cette impasse concerne la liste de rappel. Le Syndicat dénonce l’employeur de tout faire pour ne pas rappeler ses employés et de plutôt contacter des sous-traitants. « Il y a plusieurs exemples où l’employeur, au lieu de donner la chance aux employés de travailler, s’organise dans ses propositions pour recruter à l’externe », déclare M. Gagné. Il veut se départir de ses employés pendant qu’il en manque partout au Québec. Ça n’a aucun sens ce qu’il demande », déclare M. Gagné.

Le directeur québécois d’Unifor donne comme exemple la proposition qu’il appelle « la peine capitale ». Ash Grove voudrait renvoyer un employé dans le cas où celui-ci ne se présente pas au travail lorsqu’il est appelé, et ce, peu importe la raison. Cette mesure est grandement critiquée par le syndicat : « Si tu ne te présentes pas au travail, ça se peut que tu aies une mesure disciplinaire. Mais est-ce que tu vas être congédié? Est-ce que tu vas tout perdre pour cela? Non. »

Suspension négos

©Jason Joly - L'Action

L’Employeur peut penser que nos syndiqués sont à genoux et qu’ils vont fléchir, mais ça n’arrivera pas », promet M. Gagné.

Pour Daniel Boyer, président de la FTQ, ce désir de l’employeur de réduire son nombre d’employés est incompréhensible : « Ash Grove est le sixième plus grand fabricant de ciment en Amérique du Nord. Je ne comprends pas pourquoi il met ses employés dans la rue! ».

Le processus de négociation entre les deux parties est donc en arrêt, mais Unifor ignore quand le tout reprendra. Renaud Gagné soutient quand même que les syndiqués ne plieront pas : « L’Employeur peut penser que nos syndiqués sont à genoux et qu’ils vont fléchir, mais ça n’arrivera pas. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média