Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

19 octobre 2021

Étudiant du Cégep à Joliette - reservationweb@lexismedia.ca

L’ultimatum en santé : une erreur

Lettre ouverte

Québec reporte au 15 novembre la vaccination obligatoire des employés de la santé et ce, quelques jours avant la date préalablement déterminée. Une décision de dernière minute, mais inévitable vu le manque d’employés déjà considérable. 

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a réalisé que le risque était trop élevé. Selon les plus récentes données fournies par Québec, le réseau aurait suspendu 22 446 travailleurs de la santé dans l’ensemble de la province le 15 octobre. Selon moi, il est inconcevable de congédier autant de travailleurs dans ce domaine. La majorité des urgences sont déjà à pleine capacité et on veut empirer la situation ? Peut-on vraiment se passer des services d’autant d’employés, en pleine pandémie mondiale, dans un système déjà à bout de souffle? Il ne faut surtout pas oublier que ce sont ces mêmes travailleurs essentiels, déjà sous pression, à qui l’on exige, entre autres, des heures supplémentaires obligatoires. Malgré le fait que la COVID-19 reste un enjeu important, Québec ne peut tout simplement pas se permettre une telle décision, car une rupture de services serait lourde de conséquences.

À mon avis, oui, le vaccin est la solution la plus efficace contre la maladie. Je suis tout à fait consciente que les employés non vaccinés peuvent mettre des personnes vulnérables à risque en travaillant sans être adéquatement protégés.  En contrepartie, n’est-il pas exagéré de mettre leur emploi en péril s’ils n’obtempèrent pas? Une mesure un peu trop draconienne, si vous voulez mon avis. Dans l’optique où le respect et la liberté sont des valeurs privilégiées et essentielles au cœur de notre société québécoise, l’ultimatum lancé par le ministre Dubé n’est-il pas ici une forme de chantage, voire une « menace »? Selon moi, cette mesure est inacceptable, brimant des valeurs primordiales à la base même de notre système. Une erreur qui ne peut que fragiliser un système déjà malade. 

Bien que Québec reporte au 15 novembre la date butoir de la vaccination obligatoire chez les soignants, la situation aura-t-elle réellement évolué dans un mois? Le vaccin, bien que nécessaire, doit demeurer un choix, peu importe ton métier. 

Léa Malo

Étudiante en sciences humaines au Cégep régional de Lanaudière à Joliette

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média