Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

12 octobre 2021

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Le cinéaste Guillaume Venne signe un premier long-métrage

Un rêve qui se réalise pour le Joliettain

Rêver ma vie

©Photo gracieuseté - L'Action

Guillaume Venne a produit et réalisé son premier long-métrage.

Certains cinéphiles ont peut-être récemment remarqué l’affiche du film Rêver ma vie, réalisé par Guillaume Venne, bien connu à Joliette pour être coprésident des Cinémas RGFM. En effet, en parallèle de sa carrière de diffuseur, ce dernier noue une véritable passion pour la réalisation et la production de films.

En entrevue avec L’Action, Guillaume Venne raconte que le désir de réaliser un long-métrage est omniprésent depuis longtemps.

Au cours des dernières années, Guillaume Venne, qui a fait des études en scénarisation et qui évolue comme artisan autodidacte, a réalisé deux courts-métrages qui ont obtenu beaucoup de succès. Il a eu l’opportunité de les présenter dans différents festivals et ces derniers ont reçu plusieurs distinctions.

Effroi est d’abord sorti en 2015. Guillaume Venne souligne d’ailleurs que l’horreur est un genre qu’il affectionne particulièrement.

Puis, en 2016, il a réalisé le court-métrage Rêver ma vie, qui a été présenté en 2017. Celui-ci, qui porte le même nom que le long-métrage qui sortira bientôt, est en quelque sorte une partie du film dans laquelle on voit l’enfance du personnage principal. « J’avais déjà en tête un plus gros projet et un scénario, mais j’ai voulu faire un court-métrage pour commencer. Le court-métrage et le film donnent chacun des informations complémentaires l’un sur l’autre, mais il n’est pas nécessaire de voir l’un pour comprendre l’autre. »

C’est en 2018 que Guillaume Venne s’attaque à son projet de film. Rêver ma vie raconte l’histoire de Philippe, un père trentenaire, qui subit un sévère AVC en conduisant et qui se retrouve impliqué dans un accident d'auto qui aurait pu lui être fatal.

Il sera par la suite paralysé du côté droit et sera atteint d’aphasie. En raison de cette nouvelle réalité de réadaptation et de ses problèmes quotidiens, Philippe va s'enfuir dans sa tête en écoutant de la musique, où il va rencontrer Samuel, un ami avec qui il vivra des aventures dans lesquelles il se sent heureux et utile.

« Philippe va réagir à sa nouvelle réalité et s’imaginer tout un monde pour fuir. Dans le film, on retrouve toutes les étapes d’un deuil. »

Philippe devra toutefois faire face à la réalité et vivre son deuil ainsi que s'accepter comme nouvelle personne pour redevenir le père et le conjoint qu'il était.

Un risque calculé

Le cinéaste souligne qu’il s’agit d’une histoire fictive, mais pour laquelle il a effectué de nombreuses recherches afin que tant les émotions ressenties que les séquelles vécues par le personnage principal soient réalistes.

« J’ai fait de nombreuses recherches, je suis allé rencontrer des personnes qui ont été victimes d’AVC et je leur ai aussi fait lire le scénario. Je voulais que ce soit crédible. »

Guillaume Venne mentionne avoir eu envie de raconter cette histoire parce que ce sujet, celui de l’AVC, est peu exploité au cinéma et dans les arts visuels. Certains problèmes de santé dans son entourage l’ont aussi sensibilisé à cette réalité. Il voulait mettre de l’avant l’histoire d’un homme ordinaire qui subit des épreuves et des difficultés.

Le long-métrage a été tourné à Sorel-Tracy, là où Guillaume et son frère Frédéric opèrent également un cinéma.

« C’était important pour moi que l’histoire se déroule en région, on voit les parcs, le fleuve. Ça fait aussi écho à tous les cinémas de la famille qui sont justement dans des milieux de proximité. »

Rêver ma vie est une autoproduction pour laquelle Guillaume a été appuyé par son frère Frédéric, qui est aussi son partenaire d’affaires, et par ses parents Réjane Angers et Marcel Venne, fondateurs des Cinémas RGFM. Il s’agit de la première production de la famille Venne. 

Le réalisateur confie que pour lui, investir dans son rêve représentait un risque calculé. « C’était un projet d’accomplissement personnel au même titre que d’autres font des voyages. J’ai autofinancé mon film, mais il y a d’autres choses que je n'ai pas faites. Et tout ce que je fais seul, comme la postproduction, aide au budget. Je n’aurais jamais mis en danger ma famille ou mon entreprise. »

Le long-métrage a nécessité vingt jours de tournage à l’été 2018 en compagnie d’une petite équipe. Depuis, Guillaume travaille sur la postproduction.

« Dans le milieu du cinéma, la pandémie a été notre plus gros défi à vie, mais elle m’a donné des mois pour travailler sur mon projet. »

L’occasion de faire sa marque

Le film met en vedette des acteurs tels que Frédéric Gagnon, Danièle Belley, Yannick Chapdelaine, Danie-Marie Racicot, Adam Turcotte-Vallée, JiCi Lauzon, Carole Chatel, Fabien Dupuis, Elyse Aussant, Vicky Bertrand et Maxime de Cotret.

« Le défi avec un premier film autofinancé, c’est de réussir à convaincre les acteurs que ce sera une œuvre intéressante. Mais le film n’est même pas sorti que je vois déjà les effets positifs. C’est l’occasion de faire ma marque. »

Le cinéaste souligne qu’il essaie d’écrire et de monter ses films en se mettant dans la peau des spectateurs, mais il est conscient qu’il ne pourra plaire à tout le monde. « Il doit y avoir un juste milieu entre faire un film qui sera apprécié et respecter son côté créatif. »

Rêver ma vie prendra l’affiche cet automne ou après les Fêtes dans les Cinémas RGFM mais Guillaume Venne travaille pour le faire connaître et que d’autres diffuseurs soient intéressés à le présenter.

« Juste d’avoir fait le film, pour moi, c’est déjà un succès et mission accomplie. Mais si ça fonctionne en salle, je vais être super content. »

Guillaume Venne a déjà d’autres projets sur la table qui seront annoncés ultérieurement.

« Ce sont deux autres projets qui me parlent beaucoup. C’est motivant de créer quelque chose par moi-même et ce sont des projets qui viennent compléter notre mission. »

Il est possible de s’informer au sujet du film et de voir la bande-annonce sur revermavie.com.

©Photo gracieuseté - L'Action

Guillaume Venne a produit et réalisé son premier long-métrage.

©Photo gracieuseté - L'Action

Guillaume Venne a produit et réalisé son premier long-métrage.

©Photo gracieuseté - L'Action

Guillaume Venne a produit et réalisé son premier long-métrage.

©Photo gracieuseté - L'Action

Guillaume Venne a produit et réalisé son premier long-métrage.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média