Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

25 août 2021

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

Le projet Beaulieu-sur-lac inquiète des citoyens

Saint-Jean-de-Matha et Saint-Damien

Beaulieu-sur-lac

©Photo gracieuseté - L'Action

L’un des projets de Beaulieu-sur-lac serait de construire un grand développement domiciliaire à Saint-Jean-de-Matha en amont du lac Mondor.

Un projet de développement résidentiel inquiète plusieurs associations citoyennes tout comme des résidents de Saint-Jean-de-Matha et de Saint-Damien. Ceux-ci craignent que la construction du projet, appelé Beaulieu-sur-lac, ait des effets néfastes sur le lac Mondor et sur le lac Noir.

« Un projet domiciliaire d’exception »

D’après son site internet, le projet Beaulieu-sur-lac comporte deux développements domiciliaires, le premier en amont du lac Mondor dans Saint-Jean-de-Matha et l’autre, près du lac Noir dans Saint-Damien. Les différents quartiers des développements offrent une vingtaine de lots chacun, mais le nombre total reste à déterminer.

 En plus des habitations, le promoteur prévoit installer des écoparcs et des sentiers pédestres. Marina Longpré, directrice du service et du développement de Beaulieu-sur-lac, annonce que toutes les informations en lien avec le projet, soit le nombre d’habitations disponibles ou les études environnementales qui ont été faites, seront énoncées durant une séance d’information le 8 septembre à Saint-Jean-de-Matha à laquelle les citoyens pourront assister.

Préoccupations environnementales

Le projet ne fait pas l’unanimité, autant du côté de Saint-Damien que du côté de Saint-Jean-de-Matha. Pour Bertrand Loiselle, résident mathalois et membre de l’Association de protection du Lac Mondor, la construction d’un développement de ce genre est très risquée surtout pour le lac. Il affirme que ce projet serait aménagé « sur une mine d’or de ruisseaux et de marécages ».

M. Loiselle indique que les Mathalois ont de grandes inquiétudes à propos des impacts que Beaulieu-sur-lac aura sur le lac, mais aussi sur le bassin versant. De plus, le lac Mondor étant en amont de la zone Bayonne, un ensemble de nombreux bassins versants, de lacs et de rivières, il y aurait un certain risque de pollution en chaine. « Dans la mesure ou le lac Mondor est moindrement contaminé, il contamine tout le reste », souligne M. Loiselle.

Ainsi, les citoyens et les membres de l’Association de protection du lac Mondor s’inquiètent des effets environnementaux du projet. Questionnée sur les études qui ont été faites, Marina Longpré réitère que toutes les explications seront apportées par « [leur] urbaniste, [leurs] hydrologues et [leurs] biologistes » lors de la rencontre du 8 septembre.

Des citoyens de Saint-Damien sont aussi craintifs des impacts écologiques du projet sur le lac Noir. Toutefois, à la suite de discussions avec le promoteur et l’urbaniste de Beaulieu-sur-lac, le conseil municipal de Saint-Damien a accepté le projet. « C’est sûr que les gens sont inquiets. Nous aussi au début, les élus. Alors, nous avons posé sensiblement les mêmes questions que les gens. L’urbaniste a très bien répondu à toutes nos questions », révèle Daniel Monette, maire de la municipalité.

Toutefois, les citoyens de Saint-Damien ne semblent pas tous rassurés. Une pétition réunissant environ 50 signatures a été écrite pour s’opposer au projet et à la décision de la Municipalité. Le président de l’Association pour la protection de l’environnement du lac Noir et de la rivière Noire, Jean-Pierre Ménard, assure que les citoyens de Saint-Damien sont toujours consternés par ce projet. « La principale préoccupation que nous avons, c’est la protection de l’environnement, c’est ce qui nous inquiète. » M. Ménard attend donc la rencontre du 8 septembre afin d’avoir des réponses de la part du promoteur.

Beaulieu-sur-lac

©Photo gracieuseté - Association de protection du Lac Mondor - L'Action

Lors de la séance du conseil du 9 août, environ soixante citoyens se sont réunis pour faire part de leurs préoccupations.

Règlement contesté

La Municipalité de Saint-Jean-de-Matha, pour sa part, n’a pas accepté le projet. À la base, le maire Martin Rondeau indique ne pas avoir été mis au courant de Beaulieu-sur-lac. « Des citoyens sont venus nous voir avec beaucoup d’inquiétudes », avoue-t-il. Le conseil municipal a décidé d’agir pour rassurer la population.

Le règlement de zonage 502-77 a donc été modifié. Celui-ci permet de « régir les projets intégrés ainsi que les établissements d'hébergement touristique au sein d'une résidence principale ou secondaire ». En d’autres mots, ce règlement limite l’instauration d’agglomérations ou de « noyaux » de résidences au même endroit. « Il y a peut-être des bons côtés [à cette façon de faire], mais compte tenu de l’incertitude des gens, ça nous permettait de voir [les projets] et de les analyser. »

En réponse à ce règlement, une mise en demeure a été envoyée à la Municipalité. De plus, le promoteur est parvenu à amasser environ 60 signatures de résidents du secteur pour défendre son projet. Pour déterminer si celui-ci allait être accordé, un référendum aura lieu, ce qui enthousiasme M. Rondeau : « C’est pour ça que le conseil municipal préfère aller en référendum. Parce que c’est la meilleure façon d’avoir le pouls de la population. »

Le 9 août dernier, lors d’une séance réunissant le conseil municipal, un représentant du projet et une soixantaine de citoyens, le référendum a été officiellement annoncé, la date du vote étant le 26 septembre si rien ne change. Lors de la séance, les citoyens ont pu poser leurs questions. « Pendant toutes ces questions, jamais la Municipalité n’a diminué l’importance du projet de l’entrepreneur. Les deux parties ont le droit d’être entendues soit l’entrepreneur et les [citoyens] », précise Martin Rondeau.

La Municipalité compte également rencontrer les promoteurs pour en savoir plus sur celui-ci. Ainsi, lors de la séance informative du 8 septembre, le maire indique qu’il aura beaucoup plus de connaissances afin de bien répondre aux interrogations des citoyens : « Ça va nous permettre de faire une présentation encore plus objective parce que nous allons avoir de l’information […] des deux côtés. »

Mais M. Rondeau veut tout de même rassurer les citoyens qui s’inquiètent de l’impact environnemental du projet. Des règlements d’urbanisme obligent les résidences à respecter une certaine distance pour éviter un glissement de terrain ou pour rester loin d’une zone humide par exemple. « Il y a beaucoup de craintes, mais nous avons beaucoup d’outils pour s’assurer que ce soit respecté », conclut M. Rondeau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média