Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

06 juillet 2021

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

Le dépanneur Michel Karam change de propriétaire

«La fin d’une époque »

Dépanneur Karam

©Photo gracieuseté - Steve Karam - L'Action

Steve Karam et sa fille Trycia ont décidé, le 1er juin dernier, de vendre le dépanneur familial.

Après presque 60 ans d’appartenance à la famille Karam, le dépanneur Michel Karam change de mains. Le 1er juin 2021, Steve Karam a vendu le commerce au nouveau propriétaire, Albert Sleiman, lui-même propriétaire de plusieurs magasins du même type. Le dépanneur continuera d’opérer sous le même nom, mais comme le dit Steve Karam, « c’est la fin d’une époque ». 

« Une décision familiale » 

L’idée de vendre germait depuis longtemps dans la tête de Steve Karam. Ni la pandémie ni le manque de main-d’œuvre n’ont pénalisé le roulement de l’entreprise puisque, étant un service essentiel, le commerce n’a jamais cessé d’opérer.   

L’une des raisons de la vente est surtout en lien avec le manque de relève à la direction du magasin. M. Karam raconte que sa fille, Trycia, et lui ont longtemps travaillé ensemble au dépanneur, mais qu’elle non plus ne voulait pas prendre les rênes de l’entreprise par la suite puisqu’elle espérait percer dans le domaine du marketing. « La seule façon que j’ai vu pour la faire travailler dans son domaine, c’était de vendre le magasin. » 

La proposition d’achat de M. Sleiman est arrivée à point nommé. Steve Karam souligne que peu de gens sont au courant de cette vente, mais que la nouvelle commence à circuler et à faire réagir la clientèle : « Les gens sont sous le choc parce qu’ils n’y voient plus de Karam. Il y en a même qui m’appelle. » 

Toutefois, l’ancien propriétaire précise que cette décision ne s’est pas prise en un jour et que tout son entourage est serein avec cela. « C’était une décision familiale. Ça a été discuté avec ma fille. Avant de prendre cette décision, j’y ai pensé longtemps. C’est le bébé de mon père. », ajoute-t-il. 

Dépanneur Karam

©Photo gracieuseté - Steve Karam - L'Action

Le dépanneur Michel Karam est au service de ses clients depuis 1962.

D’autres projets en tête 

Steve Karam dit ne pas être trop mécontent de la vente. Il s’imagine que si Trycia avait pris la relève, il aurait fait comme Michel Karam avait fait avec lui. Il aurait souvent aidé sa fille et aurait donc eu moins de temps à consacrer aux deux compagnies immobilières qu’il détient. « Je suis à la retraite du dépanneur, mais pas de [l’immobilier]. J’avais des projets sur la glace que je vais repartir. Je n’avais pas beaucoup de temps à consacrer entre autres pour développer le projet [de la Caisse Desjardins]. Maintenant, je travaille là-dessus. » 

L’ancien établissement de la caisse Desjardins, sur la rue Notre-Dame, a été acheté par l’entrepreneur. Ce dernier compte le démolir complètement et le rebâtir pour y établir de nouveaux commerces. Puisqu’il possède également le bâtiment de la SAQ, Steve Karam désire y instaurer des commerces qui seront « une continuité [des autres services] ». Il ignore quelle boutique s’y installera, mais il donne comme exemples un fleuriste, une boutique pour la nourriture en vrac ou un café. 

Il insiste sur le fait qu’il ne veut pas créer un marché public. Il vise surtout sur la proximité des commerces pour permettre aux citoyens de faire toutes leurs emplettes au même endroit. « Je veux ouvrir une boutique qui va faire complément à la boucherie, à la boulangerie, à la SAQ, au Proxim, au dépanneur et à la chocolaterie. » 

Loto

©Photo gracieuseté - Steve Karam - L'Action

En 2018, le dépanneur Michel Karam a reçu un montant de 70 000$ en commission pour avoir vendu un billet Loto 6/49 gagnant à l’un de leur client.

Un établissement bien connu 

Le dépanneur a été fondé en mars 1962 par Michel Karam. Son fils Steve a commencé à travailler officiellement avec lui à l’âge de 14 ans. Ce dernier se rappelle de bons souvenirs puisqu’il connaissait les clients depuis très longtemps. Selon M. Karam, ceux-ci étaient si fidèles qu’ils « passaient devant trois dépanneurs pour venir au magasin ». Cette relation entre les propriétaires et les clients était particulière et conduisait à une grande confiance. Steve Karam ajoute que c’est entre autres grâce à cette relation qu’il s’est toujours senti en sécurité et bien dans l’établissement. 

En 1991, Michel Karam, âgé à ce moment de 55 ans, a décidé de vendre son entreprise à son fils. Celui-ci venait tout juste de quitter l’université et s’est donc attardé à changer quelques petites choses dans le magasin. Steve Karam mentionne que son père achetait de grandes quantités de produits, ce qui ne faisait pas nécessairement augmenter le nombre de ventes: « Mon père était un vendeur né. Lui, l’important c’est qu’il vendait. Moi, j’ai rentabilisé le commerce avec ce que j’avais appris à l’université. » 

Malgré la prise en charge du magasin par Steve Karam, son père venait constamment au dépanneur pour s’assurer que tout était en ordre. « Mon père, sa vie c’était le dépanneur. Même après m’avoir vendu le dépanneur, il venait deux ou trois fois par jour », se rappelle Steve Karam. 

Sous sa gouvernance, ce dernier a lui aussi connu des surprises, des belles et des moins belles. Il se souvient qu’en août 2005, un incendie s’est déclenché près du dépanneur. Le magasin a subi des dommages et a dû fermer deux jours avant d’ouvrir de nouveau ses portes.  

Il se souvient aussi de juin 2018 où l’un de ses clients a remporté 7 millions de dollars avec son Loto 6/49. De plus, le dépanneur a reçu une plaque de Loto-Québec pour les féliciter d’avoir été les meilleurs vendeurs de billets Mise-O-jeu, et ce durant 7 semaines à l’échelle de la province. 

©Photo gracieuseté - Steve Karam - L'Action

Le fondateur du dépanneur, Michel Karam, et son fils, Steve, étaient très connus et appréciés auprès des clients.

©Photo gracieuseté - Steve Karam - L'Action

©Photo gracieuseté - Steve Karam - L'Action

©Photo gracieuseté - Steve Karam - L'Action

Commentaires

6 juillet 2021

Marcel Routhier

Bonne chance dans tes nouvelles aventures

26 juillet 2021

lacombe carole

et ne pas oublier vos tres bons employés freres Forest depuis plusieurs années a votre commerce ! et bonne chance a vos nouvelles entreprises commerciales

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média