Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

13 avril 2021

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Les normes des programmes d’aide laissent deux couples sans recours

Leur chalet déplacé par les glaces

Inondation chalet

©(Photo gracieuseté)

Le chalet a été déplacé sur près de 75 pieds et a effectué une rotation de plus de 90 degrés.

Deux couples se retrouvent sans ressources et sans accès à des programmes d’aide après que leur chalet de Notre-Dame-de-Lourdes, qu’ils avaient acheté en 2020, ait été déplacé par les glaces de la rivière L’Assomption le 27 mars dernier. 

«Depuis que cela s’est produit, nous sommes laissés à nous-mêmes et nous n’avons pas de recours, puisqu’il s’agit d’une résidence secondaire. S’il y avait eu une location à long terme, nous aurions pu être indemnisés par des programmes, mais là, il semble qu’il y ait un vide», a commenté Julien Héon, l’un des propriétaires du chalet.  

Il avait fait l’acquisition de celui-ci avec sa conjointe et un couple d’amies en juin 2020 au prix de 230 000$. Il s’agit d’une résidence, située sur le Chemin de la Vallée-des-Pins en bordure de la rivière L’Assomption, qui avait été construite en 1968, mais qui a été complètement rénovée en 2016 dans le cadre de la première saison de l’émission Tous pour un chalet.  

M. Héon évoque que dans les premiers épisodes de cette émission, il est expliqué que le chalet a été construit sur des pieux, afin qu’il soit plus haut, puisqu’il est en zone inondable.  

«Après le visionnement de l’émission, et après avoir vu le certificat de localisation, nous savions donc qu’il y avait une possibilité d’inondation et c’est pourquoi nous avons pris une assurance qui couvrait jusqu’à 50 000 $. Avec celle-ci, nous nous disions que nous allions pouvoir nous remettre sur pied s’il y avait des problèmes, mais jamais nous n’aurions pu penser que le chalet serait déplacé!» 

M. Héon a ajouté que depuis cette rénovation, en 2016, le chalet n’avait jamais subi de dommages causés par les inondations. C’est en matinée du 27 mars que le chalet a été inondé. Puis, en fin d’après-midi, il a été déplacé sur près de 75 pieds et a effectué une rotation de plus de 90 degrés.  

L’entrepreneur mandaté par les assurances n’a pas pu entrer, puisque le chalet était entouré par les glaces, mais il aurait laissé comprendre aux propriétaires qu’il s’agissait d’une perte totale.  

«Partout où nous appelons, nous nous faisons fermer des portes et les différents programmes d’aide ne s’appliquent pas pour nous. Nous ne voulons pas récupérer tout notre argent ou faire du profit, mais seulement sauver les familles impliquées et limiter les dégâts. Nous sommes deux couples avec de jeunes enfants…» 

Depuis l’événement, les propriétaires ont réussi à enlever quelques meubles et à ouvrir les murs pour éviter les risques de moisissure. Ils ont ensuite reçu la confirmation du Ministère de la Sécurité publique que leur demande d’aide avait été rejetée.  

Ils ont également contacté leur caisse, qui n’avait jamais vu un cas pareil en près de 30 ans, la Municipalité, ainsi que le bureau de la députée Véronique Hivon.  

«Ils ont vraiment été à l’écoute et suivent notre dossier de près, mais ils ne savent pas, eux non plus, s’ils vont pouvoir nous aider. Nous sommes vraiment dans le flou!» 

La Municipalité a confirmé qu’elle effectuait le suivi de ce dossier et qu’elle était en contact avec la députée Véronique Hivon concernant ce dernier. Toutefois, il s’agit de règles et de mesures établies par la Sécurité publique.  

Une année particulièrement intense 

Ce n’est pas la première fois que ce secteur de Notre-Dame-de-Lourdes est confronté à des inondations, mais la directrice générale par intérim Véronique Laporte a terminé en affirmant que cette année a été particulièrement intense. « Cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu une année comme cela. Des gens ont dû être évacués et il y avait des glaces partout dans les rues. » 

©(Photo gracieuseté)

©(Photo gracieuseté)

©(Photo gracieuseté)

©(Photo gracieuseté)

©(Photo gracieuseté)

©(Photo gracieuseté)

Croyez-vous que l’emplacement du club de tir puisse nuire à la sécurité des citoyens?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

17 avril 2021

roch amyotte

En 2019, des milliers de résidences ont été déclarés pertes totales. Seuls les propriétaires occupants ont été indemnisés. Les autres: gros gens comme devant.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média