Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

05 avril 2021

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Aller à la rencontre des gens…malgré le couvre-feu

Fenêtre de confinement

Miroslav Dufresne

©Photo gracieuseté - Miroslav Dufresne - L'Action

L'une des 18 photographies du projet.

Au cours des derniers mois, alors que les rues étaient désertes en soirée en raison du couvre-feu, le vidéaste et photographe joliettain Miroslav Dufresne a trouvé une façon créative d’aller à la rencontre des gens et de raconter leur histoire à sa manière. 

En entrevue avec L’Action, l’artiste présente l’histoire de son plus récent projet, Fenêtre de confinement. 

« Je fais de la photo de rue, à la candide, je fais du portrait et je commente en photo la vie de tous les jours dans les rues de Montréal. » 

S’il vivait assez bien avec les règles de confinement qui ont été mises en place depuis un an, il en fut autrement lors de l’imposition d’un couvre-feu en début d’année 2021. « J’ai senti que cette exacerbation des règles m’enlevait mon esprit créatif. Le confinement, c’était correct…mais le couvre-feu et le sentiment d’être chapeauté, ça m’a frappé. Mais ça m’a aussi donné un kick. » 

C’est ainsi que Miroslav Dufresne a soumis un projet de photographie à Urbania, qui a été accepté et qui lui a permis d’obtenir une autorisation de sortie après le couvre-feu. 

« Je me suis demandé ce que je pouvais faire. Je me promenais dans les rues de Montréal, je prenais des photos de l’espace et de l’environnement, mais je n’étais pas satisfait. »  

L’artiste a ensuite été inspiré par une photographe londonienne qui fait du photoreportage. Il a trouvé une façon d’aller à la rencontre des gens. 

« Les rues sont vides, mais la vie se passe à l’intérieur des maisons. J’ai commencé à zieuter par les fenêtres et à observer les gens et ça m’a totalement activé », confie Miroslav.  

Afin d’avoir accès au plus de gens possible sans être intrusif, le photographe a utilisé ses contacts et a lancé un appel sur les réseaux sociaux. « Les réponses ont afflué. Les gens voulaient participer et ça m’a surpris. Mais je pense que les gens, actuellement, veulent quelque chose pour connecter et être actifs. » 

Miroslav Dufresne souligne que ce sont véritablement les fenêtres qui ont décidé quelles candidatures il allait retenir pour son projet photo. « Je demandais aux gens une photo de leur fenêtre et aussi ce qu’ils faisaient après le couvre-feu. Mais ce qui était décisif, c’était la fenêtre et son potentiel esthétique. » 

Plusieurs Joliettains ont pris part au projet et aussi des personnalités telles que Mariana Mazza, Safia Nolin et King Melrose. 

Au total, son projet est constitué de 18 photos qui ont chacune nécessité quelque deux heures de travail. 

« Je fais de la photographie par passion et par amour et je voulais réaliser mes photos à l’argentique. Je voulais me poser, prendre mon temps. » Le photographe explique que derrière chaque photo, il y a 70 % de spontanéité et 30 % d’installation. 

« Quand j’arrivais, les gens étaient en train de prendre un verre de vin, de faire du lavage, de faire des biscuits ou d’écouter la télévision. Je leur demandais de continuer ce qu’ils faisaient le temps que je m’installe. » 

Son projet lui a permis des contacts humains, sans que cela nécessite de contact physique. 

Urbania a publié une partie du projet et Miroslav Dufresne l’a publié en intégralité sur Instagram et sur son site internet. Il aimerait aussi qu’éventuellement, ce dernier puisse vivre physiquement, lors d’une exposition par exemple. 

L’artiste souligne que la pandémie lui a donné plus de temps pour se consacrer à ses projets personnels et qu’il souhaite que la photographie prenne plus de place dans son travail. En tant que vidéaste indépendant, il espère aussi que les rapprochements ne seront pas trop difficiles à reprendre une fois la pandémie derrière nous. « J’espère que les gens ne seront pas peureux d’échanger sur le coin d’une rue. » 

Pour découvrir le projet https://miroslavfilm.com/ 

Miroslav Dufresne

©Photo gracieuseté - L'Action

Le vidéaste et photographe Miroslav Dufresne.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média