Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 octobre 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Un regroupement de citoyens voit le jour à Saint-Ambroise-de-Kildare

Protection de la rue Principale

Presbytère

©Photo gracieuseté - L'Action

La situation du presbytère soulève des questionnements au sein du regroupement.

Devant la nécessité et l’urgence de protéger la rue Principale, des citoyens de Saint-Ambroise-de-Kildare annoncent la création du « Groupe de la Principale à SAK ».

Par voie de communiqué, le groupe, qui réunit notamment des résidents de cette même rue, explique qu’une succession d’événements survenus dans le village a suscité une levée de boucliers de la part de nombreux citoyens. « Notre village comporte un bel éventail de maisons anciennes et un cadre paysager qui en font un des villages les plus intéressants du nord de Lanaudière. Toutefois, la Municipalité est en train de dégrader sérieusement le paysage architectural de la rue Principale. En effet, la Municipalité préfère « revitaliser » le village en laissant la voie libre aux promoteurs et à leurs projets de multilogements en leur permettant des changements de zonage et autres dérogations. »

Johanne Saulnier, porte-parole du Groupe de la Principale à SAK, dénonce en entrevue avec L’Action le sort réservé à la maison Laporte du 421 rue Principale. « C’est une maison très symbolique, qui a marqué l’histoire du village. Le premier maire provenait de cette fratrie. Ça nous atteint beaucoup, ça nous fait beaucoup de peine. »

Le regroupement dénonce notamment un changement de zonage survenu en juin 2019 permettant la construction de multilogements à l’endroit où est située la résidence.

« La maison Laporte devra être démolie pour céder sa place à deux immeubles de 12 logements, un réel mur donnant sur la rue Principale. Le tout, fait sans aucune consultation auprès de la population », dénonce le groupe.

Mme Saulnier remarque que la pandémie actuelle et les séances du conseil municipal à huis clos qui en découlent n’aident en rien à la transparence dans ce dossier. D’ailleurs, des demandes en vertu de la loi sur l’accès à l’information ont été effectuées. « Avec la pandémie, c’est plus difficile de défendre cette maison. »

Elle explique aussi qu’une solution autre que le déménagement a été proposée au promoteur par les citoyens, soit le fait de revendre la maison à la famille pour le montant de l’achat. « On nous a répondu que cette option ne tient pas compte des investissements et des opportunités. Mais nous avons offert une solution qui aurait pu rendre les gens heureux. C’est une maison symbolique depuis 120 ans, si elle était déménagée, c’est le village qui serait perdant. »

Johanne Saulnier confie que si la maison Laporte tombe, ce sera un grand deuil. « C’est un dossier désolant. Mais tant qu’elle est debout, on croit qu’elle peut être sauvée. »

 

La crainte, pour le Groupe de la Principale à SAK, c’est que derrière chaque maison vendue au cœur du village se cache un immeuble à logements.

Le regroupement dénonce aussi d’autres situations qui, selon lui, démontrent l’absence de règles élémentaires d’urbanisme et de protection du caractère villageois de la rue Principale.

Parmi celles-ci, on mentionne la construction de deux maisons semi-détachées en fond de cour assorties d’un énorme stationnement ; la construction d’un bâtiment commercial à l’intersection de la route 343 dont l’architecture détonne dans le contexte de la rue Principale et qui est à moitié vide et l’abattage d’un arbre mature et d’une haie bordant une maison ancienne afin d’élargir la rue donnant accès à un nouveau développement.

Johanne Saulnier précise que l’un des dossiers qui tient à cœur au Groupe de la Principale à SAK, c’est le cas du presbytère, propriété de la Municipalité qui ne semble pas voir l’intérêt de l’entretenir. « On apprend toutes sortes de choses entre les branches, on aimerait de la transparence. On veut savoir ce qui arrive avec le presbytère et il y a d’autres maisons susceptibles de tomber. »

Le groupe demande aussi à la Municipalité d’adopter des règles claires qui démontrent que le conseil municipal tient à conserver le cachet de la rue Principale. « Il faut une volonté, on veut embellir la rue Principale. On veut une vision de la part de la Municipalité. »

Le Groupe de la Principale à SAK invite tous ceux qui ont à cœur la sauvegarde du village à se joindre à lui. Pour information laprincipalesak@hotmail.com ou la page Facebook : Protégeons la Principale de Saint Ambroise de Kildare.

Seriez-vous prêt à devenir famille d'accueil pour un chien d'assistance

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

15 octobre 2020

nelson chaput

TRISTE DE VOIR DISPARAÎTRE L'HISTOIRE AVEC CES BELLES MAISONS ...(CES BELLES D,AUTREFOIS )........

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média