Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

07 juillet 2020

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Apprendre au cœur de la forêt

Des parents rêvaient d’une éducation alternative

CALEFA

©(Photo gracieuseté- Jessica Lambert)

Le Centre s’adressera à des enfants entre 5 et 12 ans et s’organisera en groupe multiâge.

Dès septembre, le rêve d’un groupe de parents se concrétisera, alors que le centre d’apprentissage libre en forêt Arborescence (CALEFA) accueillera ses premiers jeunes. Ce dernier, situé à Saint-Jean-de-Matha, a pour objectif d’offrir une éducation alternative où le développement de l’enfant se fera en pleine harmonie avec la nature. Il s’agit d’une des premières initiatives de ce genre dans la province.

«Je crois qu’il faut de la diversité partout, incluant l’éducation. Si tous les enfants sont éduqués de la même façon, ils vont réfléchir de la même façon. En ayant une diversité, je veux développer le potentiel du plus grand nombre d’enfants possible pour l’avenir et surtout, je veux qu’ils soient en contact avec la nature», a expliqué l’initiatrice du projet, Milaine Brousseau Ouellette. 

Cette dernière a choisi l’école à la maison pour ses enfants et est propriétaire d’une garderie en milieu familial qui prône déjà cette idée de proximité avec la nature. «Avec la garderie, nous sommes toujours dans la forêt. On ne rentre pas dans la maison du temps des sucres jusqu’à l’Halloween et je voulais une continuité pour mes enfants. Je ne voulais pas les envoyer en dessous des néons pendant cinq heures de temps après ça, je voulais une éducation qui ressemble à nos valeurs», a ajouté la femme de 34 ans.  

Le Centre sera un outil complémentaire pour les enfants qui sont éduqués à la maison. Il n’est pas responsable des apprentissages académiques formels du ministère de l’Éducation du Québec, mais contribue à la consolidation des acquis. 

Il sera ouvert du mardi au jeudi de 8h à 17h, s’adressera à des enfants entre 5 et 12 ans et s’organisera en groupe multiâge. Ce contexte vise à favoriser l’entraide, la reconnaissance des forces de chacun, la connaissance de ses capacités ainsi que le développement de la confiance en soi. Le groupe sera composé d’une vingtaine d’enfants et, déjà, le centre de Saint-Jean-de-Matha est complet.  

« Nous voulions faire des petits groupes afin d’avoir le moins d’impacts possible sur la forêt, mais le fait que j’aie déjà beaucoup de noms sur ma liste d’attente prouve que nous répondons à un besoin qui était bien présent. Je pense que ça va grossir vraiment vite et nous pensons déjà ouvrir un centre dans une autre ville de Lanaudière qui inclura les adolescents.» 

CALEFA

©(Photo gracieuseté- Jessica Lambert)

Un apprentissage initié par l’enfant 

Au cœur du centre, les apprentissages seront presque tous initiés par l’enfant lui-même grâce à des projets personnels. «Lorsque les activités se rapprochent de ses intérêts et de ses besoins, sa motivation à apprendre et à développer de nouvelles habiletés est plus grande. » L’objectif étant que l’élève puisse être autonome et se responsabiliser. 

Des adultes seront présents et agiront à titre de facilitateurs. L’initiatrice mentionne avoir choisi des gens de cœur qui pourront apporter de belles choses aux enfants. Ceux-ci utiliseront des méthodes d’apprentissage basées sur le milieu, le jeu et initiées par la curiosité. Des parents seront aussi sur place. Des liens significatifs pourront ainsi se créer entre les enfants et les adultes.   

Comme la sociocratie sera priorisée, les décisions seront prises par consensus afin que tous puissent développer des habiletés décisionnelles et des stratégies de communication saines. Selon l’initiatrice, cela contribuera à créer des citoyens engagés, confiants, débrouillards, ouverts et respectueux. 

«Il y a d’autres centres d’apprentissage libre, mais avec nos couleurs à nous qui sont basées sur la forêt, la promotion de la permaculture et avec la yourte, nous sommes les seuls», a ajouté la résidente de Saint-Damien.  

Cette idée, d’un milieu social pour ses enfants, inspiré par les écoles démocratiques et les «Forest school», lui trottait dans la tête depuis longtemps et cela fait environ un an et demi qu’elle travaille sur le projet.  

Avec l’appui de parents et du réseau des écoles démocratiques au Québec (REDAQ), elle a élaboré son idée et le 1er juin, les inscriptions commençaient à se finaliser. Son souhait pour l’avenir serait que le camp devienne plus abordable et qu’il soit accessible à toutes les familles. «Je m’attends à ce qu’il se développe plein de centres d’apprentissage libre en forêt et à ce que les gens commencent à s’organiser autrement! »    

Finalement, le centre Arborescence souhaite, à plus long terme, contribuer à la guérison des sols et à l’amélioration de la qualité de l’air et de l’eau. «On protège ce que l’on aime et pour aimer la forêt, il faut passer du temps dedans! » 

CALEFA

©(Photo gracieuseté- Jessica Lambert)

Les gens qui désirent inscrire leur enfant peuvent le faire par courriel au libreenforet@hotmail.com. Il est aussi possible de visiter la page de sociofinancement et le Groupe Facebook Centre d’apprentissage libre en forêt arborescence. 

CALEFA

©(Photo gracieuseté)

La yourte servira de bâtiment principal.

CALEFA

©(Photo gracieuseté- Jessica Lambert)

Que pensez-vous de l’entrepreneuriat avant 18 ans?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média