Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

03 juillet 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

« J’avais vraiment le sentiment d’être là où je devais être »

Bilan de session de Véronique Hivon

Véronique Hivon

©Photo gracieuseté - L'Action

La députée de Joliette, Véronique Hivon.

La députée de Joliette, Véronique Hivon, vient de faire le point à la suite de la dernière session parlementaire qui a été marquée par la pandémie de la Covid-19.

« De mes 11 années en tant que députée, je ne me suis jamais sentie autant utile ou proche des citoyens. J’ai senti toute l’importance que revêt le rôle de députée. »

Les derniers mois ont été d’une grande intensité.

« J’ai été connectée aux gens et à leur réalité. J’avais vraiment le sentiment d’être là où je devais être. »

Avec la pandémie, les demandes acheminées au bureau de circonscription ont explosé. « On était à l’œuvre sept jours sur sept. On a accompagné les citoyens, les entreprises. Au début, ce fut le milieu culturel, ensuite les travailleurs et les proches des gens en fin de vie et en CHSLD. » 

Véronique Hivon confie qu’elle a vraiment été aux premières loges pour comprendre la détresse humaine et aider les gens à dénouer leurs problèmes.

« Parfois, c’était au niveau de l’information qui manquait, par exemple les gens ne savaient pas où ils devaient se faire dépister. Ou alors j’aidais la famille d’un enfant handicapé à récupérer ses orthèses-prothèses laissées à l’école. »

Dans la circonscription, plusieurs projets ont été mis de l’avant, notamment pour permettre aux gens d’intégrer des maisons d’hébergement en toute sécurité ou alors pour accueillir des personnes itinérantes dans le sous-sol de l’église du Christ-Roi.

« À la fin mars, quand les entreprises ont fermé, nous les avons accompagnées dans leur transition vers l’achat en ligne ou pour démêler ce qui pouvait rester ouvert ou non. À travers tout ça, j’ai senti beaucoup de solidarité. »

La députée de Joliette souligne que plusieurs citoyens, par leurs revendications, ont permis de faire avancer des dossiers au niveau national, concernant certaines directives de l’aide sociale par exemple ou alors la tenue d’une journée spéciale pour les finissants du secondaire.

Au sujet de la possibilité de visiter des proches en fin de vie, Mme Hivon mentionne : « Je suis sortie publiquement sur le sujet et les choses ont ensuite été clarifiées. On était tout simplement en train de déshumaniser la fin de vie. »

La députée remercie les gens de l’avoir autant sollicitée et d’avoir permis de faire changer les choses.

Au cours des derniers mois, Véronique Hivon a aussi interpellé la Santé publique et le Centre intégré de santé et de services sociaux au sujet de nombreuses situations difficiles. La création de zones tampons dans les milieux de santé pour éviter la multiplication des cas fait aussi partie de ses réalisations.

Dans le milieu des affaires, elle a participé avec la Chambre de commerce du Grand Joliette au lancement d’une page Facebook pour l’achat local qui a permis de faire découvrir les entreprises d’ici.

La députée souligne être demeurée en mode constructif quand la session a repris, avec l’adoption du projet de loi pour l’abolition des délais de prescription pour les victimes de violence sexuelle et le congé de maternité pour les élues qui sera créé d’ici décembre.

Au niveau de l’éducation et des familles, Véronique Hivon dénonce les ratés et la confusion des derniers mois. « Il faut s’occuper des élèves en difficulté et je continuerai de plaider en ce sens. »

Le projet d’escouade de soutien psychosocial pour les élèves du secondaire qui ne sont pas retournés à l’école lui tient aussi à cœur.

« Concernant les outils technologiques, nous ne devons pas revivre toute la désorganisation du printemps. Nous avons mis de côté des milliers d’élèves. »

En cette période de négociations, Mme Hivon juge essentiel et urgent de valoriser la profession d’enseignant, mais aussi d’éducatrice à la petite enfance, secteur où elle craint une pénurie. « Il ne faudrait pas vivre là les mêmes difficultés qu’on connaît en CHSLD. »

L’importance de planifier

Pour la suite des choses, Véronique Hivon déclare que le gouvernement de François Legault doit mieux planifier les choses.

« C’est un gouvernement qui donne dans la communication, mais moins dans la planification. Il a l’habitude d’improviser. Il doit faire attention aux pointes d’arrogance. Quand on compte de plus de 5000 décès, je ne peux pas accepter qu’on parle d’un succès et d’un échec. »

Mme Hivon s’attend à un vrai bilan transparent de la part du gouvernement.

Elle s’explique mal qu’après les derniers mois, on assiste encore actuellement à des transferts d’employés dans le réseau de la santé.

« Advenant une deuxième vague, je ne serai pas aussi indulgente, on ne peut plus se contenter d’approximations. »

Se réinventer

Au point de vue local, Véronique Hivon insiste sur l’importance de demeurer vigilants. « Les entreprises se sont réinventées, mais nous devrons soutenir leur transition technologique. On doit aussi miser sur la souveraineté alimentaire avec notre richesse au niveau de l’agriculture. »

La députée de Joliette confie qu’elle ressent beaucoup d’épuisement sur le terrain, tant des travailleurs, des organismes, des entreprises que des familles.

Elle insiste finalement sur le fait que les directives qui émanent du gouvernement et de la Santé publique doivent être claires. Elle cite en exemple l’obligation du port du masque dans les transports en commun qui tarde à être imposée et les consignes de distanciation. « Si on laisse du lousse il faut le dire, si on est stricte il faut le dire aussi, mais ça ne peut pas être entre les deux. Tous nos gestes ont des impacts collectifs. »

 

Participeriez-vous à une mission humanitaire?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

6 juillet 2020

Jean-René Gauthier

Bravo pour votre excellent travail.

6 juillet 2020

Camille Girardot

Nous avons besoin de femmes comme Madame Hivon. Elle nous manque tellement. Dans le moment on ne voit pas de planifications positives en santé et en éducation. De toutes façons en avant ce sont comme autrefois des hommes. Même au PQ pas de place aux femmes

7 juillet 2020

Isidore Bergeron

Merci de votre grande implication. . Nous te savons être une Grande Femme de Coeur

7 juillet 2020

Sylvain Daneault

Bravo à toi et à toute ton équipe. Merci beaucoup

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média