Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

15 avril 2020

Étudiant Cégep de Joliette - infolanaudiere@lexismedia.ca

Coronavirus : L’enclos des inégalités

Lettre ouverte

Cette crise sanitaire rend la société vulnérable. Tout le monde est touché.  Le virus ne voit pas la différence entre les travailleurs, les étudiants, les différentes cultures, les riches, les pauvres, mais, encore une fois, les mieux nantis ont une longueur d’avance. Les professeurs et les élèves du primaire et du secondaire d’école publique sont abandonnés à leur sort. Le Ministère de l’Éducation n’a mis en place aucune mesure concrète qui permettrait aux élèves de poursuivre leur cours à distance. Pourtant, les élèves d’écoles privées ont déjà recommencé l’école avec de nombreux travaux depuis un certain temps. Incohérence grave!

Il est vrai que plusieurs professeurs d’institution publique ont envoyé de la matière à leur élève, mais rien de précis. M. Legault affirme qu’il est trop difficile pour ceux-ci d’avoir des cours virtuels. Le premier ministre sous-estime le talent de ses travailleurs qui pourraient très bien construire un plan d’action pour continuer d’éduquer nos jeunes. Comment les écoles privées en sont venues à une solution aussi précoce? Considérant la délicatesse de cette période, il est important de transmette à nos enfants les valeurs de l’égalité de et la justice. Il est déplorable que l’on puisse alors constater une si forte inégalité des chances entre ceux-ci.

De plus, il est important pour le développement du cerveau d’un enfant ou d’un adolescent de continuer d’être stimulé intellectuellement. Donc, si on permet aux élèves de poursuivre leur année scolaire de façon allégée, ceux-ci subiront moins de difficulté en septembre prochain.

Plusieurs parents travaillent présentement dans des services essentiels. Parfois, leurs enfants restent seuls à la maison et même si ce n’est pas le cas, ce ne sont pas tous les parents du Québec qui ont les capacités d’enseigner à leur progéniture. Depuis 3 semaines, je remarque que mon petit frère de secondaire deux est justement dans cette situation. Il a de la difficulté à se faire cuire un œuf. Je ne peux que constater que ce n’est pas sa PS4 qui va lui permettre d’obtenir son diplôme.

Akyléa Beaucaire

Étudiante en sciences humaines au Cégep régional de Lanaudière à Joliette

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média