Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 février 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

La MRC de Matawinie embauche une conseillère au développement en immigration

Conditions d’accueil favorables

Marie-Christine Fournier

©Photo gracieuseté - L'Action

Marie-Christine Fournier.

La MRC de Matawinie a récemment procédé à l’embauche d’une conseillère au développement en immigration, soit Marie-Christine Fournier, qui est très investie dans cette cause et qui oeuvre actuellement à l’organisation d’ateliers d’informations pour les entreprises. 

L’embauche de cette nouvelle ressource a été rendue possible grâce à l’aide financière accordée par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration par l’entremise de son programme Mobilité-Diversité.  

En entrevue avec L’Action, Valérie Pichot, directrice du Service de développement local et régional de la MRC de Matawinie, explique les facteurs qui ont mené la MRC à soumettre sa candidature dans le cadre de ce programme. 

« Ce qui nous a amenés à le faire, c’est notamment la pénurie de main-d’œuvre, qui est partout au Québec mais particulièrement criante en Matawinie. » 

Mme Pichot souligne que dès 2020, seulement 40,8 % des travailleurs retraités seront remplacés sur le territoire. Une donnée qu’elle qualifie d’alarmante. 

« Miser uniquement sur la productivité pour que les entreprises maintiennent leurs activités est illusoire, 55 % de la population dans la MRC a plus de 50 ans, ce qui explique le faible taux de remplacement. » 

Valérie Pichot ajoute que le taux de chômage en Matawinie est de 9,7 %, que l’écart entre le nombre de postes vacants et les candidatures est énorme (1595 versus 320 entre le 1er avril 2019 et le 1er janvier 2020) et que les jeunes qui quittent pour étudier et qui se trouvent un emploi ne reviennent pas. « Il faut arriver à briser ce cercle et il faut être ingénieux. La main-d’œuvre immigrante est l’une des solutions. » 

Malgré le fait que la Matawinie soit une terre d’accueil depuis 1920 puisqu’elle compte pas moins de 25 nationalités différentes au sein de la population de Rawdon, Mme Pichot mentionne que seulement 3 % de la population du territoire est immigrante. « Ce chiffre est de 10 % au Québec, il y a quelque chose à faire. À Rawdon, le multiculturalisme est une richesse indéniable de la municipalité. Il faut le faire comprendre à la population, parler de ce qui va bien. »  

C’est dans ce contexte que Marie-Christine Fournier a été embauchée. Son mandat, au sein de la MRC, consiste notamment à collaborer avec les municipalités et la population afin de mettre en place des conditions d’accueil favorables pour les personnes immigrantes.  

« L’attraction et la rétention d’une main-d’œuvre immigrante ne se font pas en claquant des doigts, il faut savoir leur parler, les intégrer…» 

Parmi les premières actions qui seront mises de l’avant, il y a des ateliers de sensibilisation et d’information pour les entreprises et les citoyens. Trois sont déjà planifiés, soit le 3 mars à Rawdon, le 10 mars à Saint-Michel-des-Saints et le 13 mars à Saint-Félix-de-Valois. Il est possible de s’informer via la page Facebook et le site de la MRC de Matawinie. 

Que pensez-vous du contrôle policier mis en place dans le Nord de Lanaudière?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média