Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

31 janvier 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Un projet artistique par la communauté sourde

Au Musée d’art de Joliette

ASL Lanaudière

©Photo gracieuseté - L'Action

Michel Desjardins, président de l’ASL, Sarah Lafrenière et Dominique Lemay, président de la Société culturelle québécoise des Sourds, lors du montage de la salle d’exposition le 26 janvier 2020.

L’Association des Sourds de Lanaudière (ASL) invite l’ensemble de la population à venir visiter son projet artistique sur la culture sourde intitulé « Et si on s’entendait ? », présenté au Musée d’art de Joliette jusqu’au 9 février 2020 et dont le vernissage aura lieu le 1er février prochain.

Fruit d’un partenariat entre l’ASL et le Musée, ce projet se veut un prétexte pour réfléchir l’inclusion sociale des personnes sourdes en amenant le visiteur à comprendre quelles différences opposent l’entendant et le Sourd, et, surtout, quels éléments les rassemblent.

Les membres de l’ASL qui ont participé au projet souhaitaient axer leur démarche sur la célébration des aspects positifs de la culture sourde, plutôt que sur la dénonciation des éléments qui les placent en situation d’exclusion sociale. Ainsi, si les revendications que porte la communauté se font bien sentir, le visiteur est surtout amené à apprécier la valeur d’un élément central de la culture sourde, à savoir la langue des signes québécoise (LSQ).

« Le point de départ de l’ensemble de nos réflexions, c’est une publication Facebook de Richard Martineau, qui remonte à août 2018, dans laquelle lui et ses abonnés démontraient une grande ignorance de ce qu’est la communauté sourde et de ce que représente la LSQ pour elle, explique Sarah Lafrenière, chargée de projets à l’ASL et instigatrice du projet artistique. On a décidé de prendre la colère que les commentaires méprisants et ignorants ont suscitée pour faire quelque chose de positif, plutôt que de pointer un index réprobateur sur les comportements qu’on déplore. On a voulu célébrer la beauté du mode de communication gestuel des Sourds au lieu de présenter la langue comme une barrière entre le monde sourd et le monde entendant. »

Une invitation officielle à venir visiter le projet a d’ailleurs été envoyée à M. Martineau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média