Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Personnalités de l'année

Retour

09 janvier 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

« Ils changent le monde à leur façon »

Personnalité de l'année 2019 de la section Vie communautaire

Adaptation scolaire

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Geneviève Bastien, Simon St-Hilaire, Coraly Morin-LeClair, deux élèves, Jennifer Blais et Xavier Beaudry-Maisonneuve.

Au cours de l’année 2019, les élèves, les enseignants et toute l’équipe de l’adaptation scolaire et sociale de l’École secondaire Thérèse-Martin n’ont cessé de se démarquer par leur persévérance et leurs projets audacieux, allant jusqu’à remporter deux prix lors de la finale régionale du Défi OSEntreprendre. Pour toutes ces raisons, L’Action les a nommés Personnalité de l’année.

En entrevue avec L’Action, Xavier Beaudry-Maisonneuve, directeur adjoint d’établissement, souligne que tous les projets entrepreneuriaux sont une manière de favoriser l’inclusion des élèves en adaptation scolaire.

Thérèse-Canin, qui a vu le jour il y a environ cinq ans et qui propose des biscuits santé pour chiens, est le doyen de ces projets.

« Ça nous permet de voir de la matière autrement et au fil des années, les idées ont afflué », explique Jennifer Blais, enseignante en formation préparatoire au travail renfort (clientèle ayant une déficience intellectuelle).

 « On vise le développement et le plein potentiel des élèves à travers divers contextes, le volet entrepreneuriat est une valeur ajoutée », commente le directeur adjoint.

L’enseignante Geneviève Bastien affirme que tout le monde est gagnant à l’issue de ces projets, tant le secteur de l’adaptation scolaire et sociale que le reste de l’école. « Les élèves sont attachants et merveilleux et ils sont appréciés de tout le monde. »

Jennifer Blais insiste sur le fait que la nomination de Personnalité de l’année est une distinction qui rejaillit sur toute l’école et aussi sur tout le milieu scolaire : « Ça ne se fait pas tout seul et ça donne juste envie d’aller encore plus loin. »

L’un des projets qui a retenu l’attention cette année est le Bistro émotif. Ce projet entrepreneurial a d’abord vu le jour dans le cadre de la classe avec un service de collation. Il s’est par la suite transformé en service de restauration complet. Les repas sont préparés par Mme Bastien et les élèves du groupe de soutien émotif. Ce sont les élèves du groupe de Jennifer Blais qui effectuent le service.

« Tout le monde est fier du Bistro, des élèves du régulier demandent à venir s’y impliquer et le conseil des élèves se fait un devoir de venir y dîner. »

Le Bistro Émotif continue aussi de se développer. Deux tables ont dû y être ajoutées et un service de traiteur a été lancé. « Mon rêve, c’est d’ouvrir un restaurant à temps plein avec des élèves », dévoile Geneviève Bastien.

Le Bistro Émotif a notamment remporté le prix régional Persévérance scolaire lors du Défi OSEntreprendre. « C’est bien mérité, parce que le bistro empêche les jeunes de décrocher et développe leurs habiletés », explique Geneviève Bastien.

Jennifer Blais souligne que ce fut un prix marquant : « Ce fut une fierté parce que les élèves ont été récompensés au même titre que les autres projets scolaires. »

Un milieu ouvert

L’intégration au sein de l’École Thérèse-Martin est vraiment un exemple à reproduire. Les projets en adaptation scolaire ont aussi des retombées pour les élèves du régulier et les incitent à s’impliquer pour certaines causes, telles que la Fondation Mira.

« Toutes ces formes d’inclusion font en sorte que les élèves en adaptation scolaire ne vivent pas d’intimidation », exprime Geneviève Bastien.

Jennifer Blais mentionne que l’ouverture se manifeste aussi dans la communauté : « Les entreprises sont de plus en plus ouvertes concernant les stages par exemple. »

Certains projets sortent aussi des murs de l’école Thérèse-Martin, tels que celui de maillage avec la Société d’Alzheimer de Lanaudière. « Les élèves avaient envie de donner du temps. Ça a été un coup de foudre, on s’est senti aimés et accueillis. Certains élèves n’ont jamais connu leurs grands-parents…»

Les projets mis de l’avant permettent aux élèves de développer des habiletés sociales, leur autonomie et la confiance en eux. « Ça les force à aller vers l’inconnu et ça les fait grandir. Ça leur montre qu’ils ont leur place dans la société et que leurs difficultés ne les empêchent pas d’y avoir un rôle », exprime Jennifer Blais.

Geneviève Bastien ajoute que l’idée, c’est de leur faire vivre des réussites afin qu’ils soient fiers d’eux. « Les voir réaliser leurs rêves me donne le goût de réaliser les miens », confie de son côté Mme Blais.

Les deux enseignantes affirment que les différents projets leur ont permis de prendre de l’expérience et d’ensuite se demander ce qui pouvait être fait de plus et ainsi de suite : « Sky’s the limit! »

Et concernant leurs élèves, elles concluent : « Ils sont de très bons alliés, attachants, toujours prêts à aider. Ils font don de soi et changent le monde à leur façon. »

 

Bistro émotif

©Photo Mélissa Blouin - L'Action

Les élèves impliqués au sein du Bistro Émotif.

Finalistes

Louise Mathieu-Mills

Elle est la fondatrice de la Maison du Pain d’Épices, qui poursuit une mission éducative auprès des enfants. Elle a aussi mis sur pied la Fondation de la Guilde du Pain d’Épices et l’entreprise d’économie sociale La Fournée du Pain d’Épices. Au cours de l’année 2019, elle a annoncé qu’un centre de pédiatrie sociale en communauté pourrait bientôt se greffer à l’organisme.

Sophie Paradis

L’étudiante de Saint-Félix-de-Valois a choisi de faire une différence dans la vie des gens qui vivent dans la rue et souhaite leur apporter du réconfort. En effet, depuis plus de trois ans, elle prépare avec soin des sacs de vêtements chauds, de nourriture et d’articles d’hygiène qu’elle distribue aux gens dans le besoin.

La Manne quotidienne

Au cours de l’année 2019, l’organisme a annoncé un investissement de 439 000 $ et inauguré ses nouveaux locaux qui permettront de mieux répondre à ses besoins ainsi qu’à ceux de sa clientèle. Ce projet a été rendu possible à la suite de la campagne de financement « Grandir Ensemble ». L’objectif était de réduire la perte de denrées en raison notamment du manque d’espace.

 

 

 

 

 

©Photo Steven Lafortune - L'Action

L'inauguration des nouveaux locaux de la Manne quotidienne.

©Photo Christian Belhumeur-Gross - L'Action

Louise Mathieu-Mills de la Maison du Pain d'Épices.

©Photo gracieuseté - L'Action

Sophie Paradis alors qu'elle distribue des effets aux plus démunis.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média