Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

12 septembre 2019

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Francis Desrochers ouvre la saison 2019-2020

Chambre de commerce du Grand Joliette

Francis Desrochers

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Francis Desrochers, propriétaire de Maxi-Sol, entreprise située à Saint-Paul.

AFFAIRES. Le premier dîner mensuel de la Chambre de commerce du Grand Joliette a eu lieu le 9 septembre. C’est Francis Desrochers, président provincial des producteurs de pommes de terre du Québec et propriétaire de Maxi-Sol, entreprise de Saint-Paul, qui était le premier conférencier de la saison 2019-2020.

M. Desrochers a notamment abordé l’importance de la culture de pommes de terre dans la région et au Québec, ainsi que la place de l’agriculture dans l’économie régionale et provinciale. 

Lors de sa conférence, Francis Desrochers a souligné que l’agriculture dans Lanaudière, c’est 1500 entreprises, dont 234 dans la MRC de Joliette. Les emplois en agriculture représentent 9 % des emplois dans la région. 

M. Desrochers a également parlé de Maxi-Sol, entreprise qui a vu le jour en 2009 et qu’il dirige avec sa conjointe Ninon Perreault. Le producteur a repris la ferme familiale : « J’ai grandi dans le tabac et les pieds dans le sable! » 

Au départ, Maxi-Sol cultivait des pommes de terre destinées à la production de croustilles. Actuellement, l’entreprise pauloise possède 1100 acres, principalement pour la culture de pommes de terre dédiées au marché de table. « Nous nous sommes positionnés sur le marché de table, avec la pomme de terre jaune. » 

Maxi-Sol a aussi développé un marché du côté américain et on retrouve de ses pommes de terre jusqu’au Texas. 

Lors de la conférence, Francis Desrochers a vanté les bienfaits de la pomme de terre, légume polyvalent aux valeurs nutritives importantes et qui est aussi le légume le plus consommé en Amérique du Nord. 

« La pomme de terre représente le tiers de toute la consommation de légumes en Amérique du Nord, les gens consomment personnellement en moyenne 51 kilos de patates par année. » 

Francis Desrochers est le président provincial des producteurs de pommes de terre du Québec. Le syndicat a pour but de défendre cette industrie et de réunir les producteurs. Cette concertation permet de faire des représentations dans des dossiers d’importance. Le conférencier a cité celui des rabais offerts aux consommateurs qui sont maintenant assumés par les bannières et non par les producteurs, comme c’était le cas auparavant. 

La culture de pommes de terre au Québec représente 17 400 hectares en termes de superficie. Le Québec se positionne au second rang avec 21 % de la superficie au pays. Soixante pourcents de la production est destiné à la table. 

La région possède 30 entreprises qui cultivent la pomme de terre, dont 11 sont dans la MRC de Joliette. « Il y en a déjà eu 45 », a toutefois précisé le conférencier. 

« Nous sommes soucieux de la nature et de l’environnement », a-t-il ajouté. 

Il a mentionné que 57 entreprises de pommes de terre sont certifiées biologiques, mais que c’est un grand défi puisque c’est une culture à risque et sensible. 

« On met tout en place pour diminuer les intrants, socialement on a une responsabilité. On veut être proactif et on prend les devants. » 

Un autre enjeu pour la culture de pommes de terre est l’eau. « L’irrigation est un élément déterminant pour la productivité. » 

M. Desrochers a notamment abordé certaines règles qui pourraient entrer en vigueur et empêcher l’approvisionnement dans les tourbières. « On parle d’entreprises qui deviendraient en péril. Partout où on est irrigué on doit faire une étude d’impact environnemental. On est innovant, mais ce n’est pas toujours reconnu. » 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média