Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

10 juillet 2019

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Anne Champagne devient championne canadienne

Anne Champagne

©(Photo gracieuseté- Québec Méga Trail)

Anne Champagne a été récompensée pour ses nombreuses heures d’entraînement.

EXPLOIT. L’athlète de Saint-Charles-Borromée Anne Champagne est devenue championne canadienne d’Ultra-Trail le 29 juin dernier. Elle a terminé première chez les femmes lors de l’épreuve reine du Québec Méga Trail qui se déroulait entre le Massif de Charlevoix et le mont Sainte-Anne. Il s’agissait d’un parcours de 110 km en montagne qui atteignait 4800 mètres de dénivelé positif. 

« Quand j’ai pris le lead de la course, je me suis rendu compte que c’était possible pour moi de la remporter. Tout s’est bien passé et quand j’ai fini, c’était assez fou le feeling! Je commence à peine à réaliser que je suis championne canadienne, mais ça fait longtemps que je m’entraîne, alors je me dis que c’est la récompense de tous mes efforts», a commenté l’athlète de 25 ans en entrevue avec L’Action.          

Elle a terminé ce parcours, qui regroupait les meilleurs coureurs du pays, en 13h 8min avec une avance de 22 minutes sur sa plus proche rivale. « C’était très technique comme épreuve. Après 80 km, il y avait une montée considérable, c’était physique et mental. » Les athlètes doivent bien gérer leur alimentation et leur dépense d’énergie. « Quand il y a de grosses montées, c’est plus économe de marcher et quand c’est technique, on ralentit.» 

Au total, il y avait seulement huit points de ravitaillement sur ce parcours de 110km, d’où l’importance d’une bonne gestion, d’autant plus que les conditions n’étaient pas idéales lors de cette journée où l’humidité, la chaleur, la pluie et les orages se sont côtoyés.  

L’athlète explique qu’il y a fréquemment des blessures et que ce ne sont pas tous les coureurs qui terminent l’épreuve. « Parfois, c’est 50% des coureurs qui ne finissent pas, ça dépend de la course et de la difficulté. Il y a aussi des temps limites, par exemple les coureurs qui ne sont pas arrivés au point de ravitaillement quatre, après un certain laps de temps, seront retirés du parcours par sécurité. » 

Pour la Charloise, la course s’est bien déroulée. Pendant ces 13 heures d’efforts elle a seulement dû faire un petit arrêt pour faire soigner une ampoule qui la faisait souffrir. Cinq minutes plus tard, avec un pansement, elle était prête à repartir. Au total, les participants avaient 24h pour compléter ce parcours, certains ont donc couru toute la nuit.  

 

Anne Champagne

©(Photo gracieuseté- Québec Méga Trail)

Championne à sa première saison 

Il s’agissait de la première fois que la Lanaudoise effectuait une aussi grande distance en compétition. En effet, Anne Champagne est nouvelle dans le circuit et il s’agissait de sa première vraie saison de course en sentiers. « L’année dernière, je faisais quelques courses à obstacles aussi, donc c’était vraiment la première année que je me consacrais entièrement à la course en sentiers.» 

L’athlète a commencé à courir avec le programme de triathlon de l’Académie Antoine-Manseau au début de son secondaire. Elle a expérimenté plusieurs types de courses comme la course sur route, le cross-country et la course à obstacles, mais c’est finalement la course en sentiers qui la rejoint le plus.  

« La course sur route c’est très calculé, les coureurs regardent toujours leur montre et je trouvais que c’était tellement stressant de toujours viser un temps. Avec la course en sentiers, il y a tellement d’aspects qui entrent en compte que tu ne peux pas nécessairement prévoir un temps, tu es un peu plus libre. En plus tu es en pleine nature et tu peux te retrouver seule pendant plusieurs kilomètres tellement le peloton s’élargit.»  

Malgré un horaire bien rempli, avec son métier de physiothérapeute, Anne profite du fait qu’elle n’a pas encore d’enfants pour s’entraîner dès qu’elle le peut. « Je cours le matin très tôt et je me rends au travail en courant. Le soir, je m’entraine au gym et la fin de semaine je fais des sorties en montagnes. C’est une grosse partie de ma vie, mais ça me convient, c’est ce que j’aime!»  

Dans la région, la Forêt Ouareau est son terrain de jeu. Elle adore aller s’entraîner dans cette forêt au territoire élargi. L’hiver, elle continue son entraînement, mais ne court pas, « je ne voudrais pas que ça devienne comme une obligation et faire du 12 mois par année ». Elle prend aussi bien soin d’espacer ses courses afin d’être au maximum de sa forme physique à chacune d’entre elles, même si l’athlète a une excellente récupération. 

« Aujourd’hui (quatre jours après la course) je suis allée courir et c’était comme si je n’avais rien fait. C’est sûr qu’il faut davantage écouter notre corps dans les jours qui suivent, car il a besoin de récupérer, mais il y en a que ça peut prendre jusqu’à un mois avant de revenir à 100% .» 

Cette année, elle voulait rester au pays pour voir où elle se situait par rapport aux autres athlètes, mais elle pense déjà à l’international pour la prochaine saison. Le fait de gagner cette importante compétition lui a amené plusieurs belles opportunités en plus de se faire connaître davantage. Elle a d’ailleurs été invitée au Grand Raid de l'île de La Réunion qui se tiendra en octobre prochain.  

 

Résultats 

Anne Champagne – 13 h 08 : 39 

Ailsa McDonald – 13 h 30 : 15 

Élisabeth Cauchon – 14 h 59 : 55 

Anne Champagne

©(Photo gracieuseté- Québec Méga Trail)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média