Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 juillet 2019

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

Alexis Nantel et le Denali:, mission accomplie

Sur le toit de l’Amérique du Nord

Alexis Nantel

©(Photo gracieuseté)

Alexis Nantel au sommet du Denali.

ALPINISME. Le Charlois Alexis Nantel a réussi, en juin dernier, à sa deuxième tentative, l’ascension du plus haut sommet de l’Amérique du Nord, le Denali en Alaska. L’alpiniste d’expérience était à la tête d’une équipe de six grimpeurs pour cette ascension qui ne fut pas sans quelques difficultés. Retour sur le périple d’un Lanaudois sur l’une des montagnes les plus exigeantes au monde. 

Rencontré par L’Action quelques jours après son retour, malgré la fatigue et les aléas du retour à la vie normale, Alexis s’est dit très fier d’avoir finalement atteint le sommet du Denali. « En plus d’être en autonomie complète, on s’attaquait à une montagne très exigeante où il faut être totalement engagé. L’ascension est très technique et les distances entre les camps de base sont énormes, ça été très demandant. Donc oui, je suis assez fier de ce qu’on vient d’accomplir ». Avec cette expédition, Alexis complète le 4e des sept grands sommets de chacun des continents.  

Une montagne difficile 

Culminant à 6 193 mètres, le Denali présente de nombreux défis techniques. En plus d’être située à l’intérieur du cercle arctique et de présenter l’un des sommets les plus froids au monde, de nombreuses crevasses doivent être négociées tout au long de l’ascension de cette montagne. Même si le sommet est situé sous la barre des 7 000 mètres d’altitude et que les bombonnes d’oxygène ne sont pas nécessaires, la raréfaction de l’air reste également un défi de taille pour les alpinistes dans la quête du sommet du Denali. 

Alexis et son équipe ont profité d’une météo fort clémente avec de nombreuses journées de beau temps, ce qui a maximisé leurs chances de réussite. Lors de sa première tentative, en 2018, la météo difficile avait été un facteur critique. Étant en autonomie complète et voyageant sans guide, chaque membre devait transporter près de 125 lb de matériel et de provisions. Vu les distances importantes entre les différents camps de base, mais également les forts vents, les journées furent longues et épuisantes pour les grimpeurs. « Sur le Denali, ce sont des journées de 7 à 8 heures de travail. Ce n’est pas comme sur l’Everest où une partie du travail est faite par les sherpas. Chaque journée, en plus des déplacements, on doit monter le camp, ériger des protections contre le vent et préparer les repas. C’est très prenant » souligne Alexis.  

Avec un peu de chance 

Lors de cette ascension, Alexis dit avoir joué de chance et cette deuxième tentative aurait pu être vaine. Lors de la journée d’ascension finale vers le sommet, il a dû rebrousser chemin afin de ramener vers le dernier camp de base un de ses coéquipiers qui ne grimpait pas assez vite. « À ce moment, j’ai réalisé que je ne gravirais peut-être pas le sommet du Denali. Comme chef d’expédition, on doit penser à la sécurité des membres de l’équipe et on doit parfois prendre des décisions difficiles. »  

Jouant de chance, à son arrivée au camp de base, il croisa deux autres alpinistes québécois qui s’apprêtaient à attaquer le sommet. Alexis a saisi sa chance et s’est joint à eux. Finalement, à 21 h 30 le 14 juin, Alexis a atteint le sommet du Denali.  

Aide à d’autres alpinistes 

Lors de la dernière journée, Alexis et son équipe, qui descendaient alors la montagne, ont dû venir porter assistance à un groupe d’alpinistes japonais. Visiblement mal en point, un des membres du groupe semblait souffrir d’un œdème cérébral causé par la haute altitude. Après avoir porté assistance immédiate, Alexis et ses collègues ont aidé l’alpiniste à atteindre le camp de base 3 afin d’être évacué par hélicoptère.  

Dans l’ensemble, Alexis garde un souvenir très positif de cette deuxième expérience sur le Denali. Pour la suite des choses, il prévoit une expédition en août prochain dans les Dolomites en Italie. D’autres expéditions sur les plus grands sommets du monde figurent également dans ses plans futurs.  

Combien avez-vous dépenser lors du Vendredi fou ?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média