Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

18 avril 2019

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Apprendre à contrôler son mammouth

Sonia Lupien

©Photo gracieuseté - Jean Chevrette - L'Action

Sonia Lupien.

AFFAIRES. C’est Sonia Lupien qui a clôturé la saison des Matinées lanaudoises, le 17 avril, avec sa conférence « Quand le mammouth rentre au travail ».

Sonia Lupien étudie l’effet du stress sur le cerveau humain depuis 25 ans. Elle détient un doctorat en neurosciences de l’Université de Montréal et est chercheuse scientifique.

Elle a affirmé que malgré les recherches, le milieu de travail vivait beaucoup d’absentéisme lié au stress.

« Les chercheurs se sont donc penchés sur quels seraient les facteurs qui induisent du stress. »

« Je pense qu’on pense qu’on sait, mais qu’on se trompe sur ce qu’est le stress », a-t-elle déclaré.

Selon elle, le premier mythe à défaire est que le stress est lié à la pression du temps.

La conférencière a expliqué les mécanismes du cerveau et du corps lorsqu’un stress est détecté. Il réagit comme lorsque nos ancêtres apercevaient un mammouth. « Si vous voulez survivre, il faut combattre ou fuir. »

« Quand on sait comment fonctionne la bête, il est assez facile de la contrôler », a-t-elle affirmé.

« Le stress n’est pas négatif. La réponse de stress aiguë est nécessaire à la survie », a enchaîné Sonia Lupien.

Le seul problème, a-t-elle expliqué, c’est quand la réponse de stress devient chronique et « qu’il y a trop de mammouths ». « Les hormones de stress vont venir modifier la façon dont on interprète les choses. »

La chercheuse se demande pourquoi les gens sont si stressés alors « qu’il n’y a plus de mammouth » et qu’on vit dans un pays riche et en santé.

« La dépression liée au stress chronique va devenir la deuxième cause d’invalidité au monde en 2020. L’humain n’a jamais été autant en sécurité, mais il n’a jamais autant souffert. »

Le stress survient lors de situations nouvelles, imprévisibles ou lorsque l’ego est menacé. « Chaque fois qu’il y a une réponse de stress, vous mobilisez de l’énergie et ça va toujours sortir en colère spontanée. »

Sonia Lupien a abordé les facteurs de stress en milieu de travail, que ce soit au niveau de l’environnement (lumière, chaleur), des interactions sociales ou de la personnalité de chacun.

Elle a parlé des différents types de stress et du fait que les éléments qui affectent les hommes et les femmes ne sont pas nécessairement les mêmes.

Sonia Lupien a également différencié le stress de l’anxiété. « Le stress c’est quand le mammouth est devant toi, l’anxiété c’est quand il est dans ta tête. La différence entre les deux, c’est la localisation du mammouth. »

La conférencière a vanté les bienfaits de la thérapie cognitivocomportementale pour combattre l’anxiété.

La clé, pour contrôler son stress, c’est d’apprendre à déconstruire son stresseur et à en reconnaître la source. « Il faut couper le problème à son origine, établir un plan B. Seul le fait d’avoir un plan B donne du contrôle même si on ne le met pas en application. Un plan B, c’est comme une lance devant un mammouth. »

Prendre soin de son physique, respirer, bouger sont d’autres manières de combattre le stress. « Le corps crée le stress, mais il peut aussi l’arrêter. »

Sonia Lupien

©Photo gracieuseté - Jean Chevrette - L'Action

La conférencière a clôturé la saison.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média