Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

09 avril 2019

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Un défi de taille pour l’Académie Antoine-Manseau

Le Roi lion, une comédie musicale grandiose

©(Photo Mélissa Blouin)

Il s'agira d'une expérience qui sort de l'ordinaire.

THÉÂTRE.  Après plusieurs mois de travail acharné, les élèves de l’Académie Antoine-Manseau présenteront leur comédie musicale annuelle les 12 et 13 avril à la salle Rolland-Brunelle. Cette année, c’est dans la jungle et la savane africaine qu’ils transporteront leurs spectateurs en les plongeant dans l’univers du Roi lion. Une production légendaire avec laquelle venait plusieurs défis.

« Cela faisait quelques années que l’on repoussait le choix du Roi lion, car nous savions que c’était pour être tout un défi, mais à ce point-là ? Jamais!», a commenté l’enseignante en théâtre, Maryse Drainville, avant d’ajouter que tous les aspects de cette production étaient complexes, comme la personnification d’animaux.

« Non seulement les comédiens doivent apprendre leur texte, les chansons, qui ont souvent des dialectes africains, et les mouvements de la chorégraphie, mais en plus, ils doivent personnifier une hyène, un lion, un zèbre, une gazelle ou un oiseau! »

Avec tous ces animaux vient évidemment un lot de costumes et de maquillages. Pour le spectacle, cinquante-huit costumes ont été cousus par Marie Quirion et son équipe de jeunes. Ces derniers ont passé deux mois à coudre les 860 petites plumes des costumes d’oiseaux. Chaque représentation demande quatre heures de maquillage et de préparation.

C’est Jade Bruneau, maquilleuse professionnelle pour le Cirque du Soleil et ancienne étudiante de l’Académie, qui a fait toute la conception du maquillage et qui l’a enseignée aux élèves responsables de ce volet.

À elles seules, les équipes techniques des costumes et du maquillage comptent plus de trente élèves. Une première pour les productions de comédies musicales à l’Académie Antoine-Manseau. Christian Nadeau, Carole Landreville et leurs équipes d’élèves s’occupent quant à eux des décors.

©(Photo Mélissa Blouin)

Victoria Sansregret (Nala), Théo Lessard (Simba) et Camille Dénommée-Parent (Zazu).

Les défis de la distribution

Afin d’interpréter les rôles de Simba et de Nala quand ils sont jeunes, des étudiants du premier cycle ont été choisis pour les rôles principaux, ce qui est très rare. Un grand accomplissement pour Victoria Sansregret (Nala) qui est en secondaire 1 et qui avait choisi de s’inscrire à cette école justement pour la réputation de la comédie musicale.

« Ce que j’ai trouvé difficile au départ, c’est que je ne connaissais pas du tout Théo (Simba) et comme nous jouons des amis dans la pièce, nous devions apprendre à nous connaître et développer une certaine complicité avant de pouvoir jouer nos rôles.»

Les élèves consacrent énormément d’heures, de façon parascolaire, à cette pièce et doivent être disciplinés afin de concilier cette charge de travail à leurs études. Pour Victoria, c’est beaucoup de stress, mais elle le qualifie de « bon stress».

Son plus grand défi dans la pièce sera la chanson Je voudrais déjà être un roi puisqu’ils doivent bouger énormément, danser et chanter, tout ça à la fois.

Pour Théo Lessard (Simba) la scène qui lui a demandé le plus de travail est celle où son père Mufasa vient de mourir. « Il faut que je transmette l’émotion au public. D’habitude quand on pleure on est plus renfermé sur soi, mais là je dois projeter ma voix.»

De son côté, Emma Poulin, qui participe à la comédie musicale de l’Académie depuis cinq ans, interprétera le méchant Scar et il s’agit d’un beau défi pour elle de personnifie un personnage aussi manipulateur et mesquin. Maryse Drainville a aussi tenu à préciser que le duo de Timon et Pumbaa est assez extraordinaire « ça n’a aucun bon sens comment ils sont drôles».

La musique, un personnage en soi

La musique percussive aux rythmes africains complexes occupe une grande place dans cette production et demande un grand niveau de recherche dans les sonorités et le jeu instrumental. C’est l’enseignant Claude Joly qui est responsable de ce volet avec son équipe d’étudiants.

« J’ai réalisé à quel point ça devait être strict, parce que la chorégraphie et le chant, tout est synchronisé avec notre musique. Cette année, j’ai appris plus de choses niveau technique que toutes les autres années», a commenté Charles-Antoine Séguin qui fait la guitare, la basse et les percussions.

Au total, c’est plus de cent élèves, accompagnés d’adultes passionnés, qui travaillent sans relâche afin de présenter un spectacle de qualité, dans la riche tradition des comédies musicales à l’Académie.

« On s’est embarqué dans quelque chose de vraiment gigantesque, mais je sais très bien que Maryse va livrer la marchandise de façon exceptionnelle. Chaque année elle le fait et je pense que cette année, ça sera une expérience qui sort de l’ordinaire», a terminé le directeur général de l’Académie Antoine-Manseau, Robert Cyr.

Les gens qui souhaitent se procurer des billets peuvent le faire en se présentant à la réception de l’école ou en téléphonant au 450-753-4271.

©(Photo Mélissa Blouin)

Toute l'équipe qui a participé à ce grand projet.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média