Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 février 2019

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Beaucoup plus qu'un partisan

Fidèle au poste depuis 35 ans

François Caron

©(Photo Guillaume Morin)

François Caron est partie prenante de l’histoire du centre Marcel-Bonin.

REPORTAGE. Figure emblématique du centre Marcel-Bonin, François Caron, aussi connu sous le surnom de Fanfois, n’a plus besoin de présentation pour ceux qui côtoient l’aréna. Fidèle au poste tous les jours depuis les 35 dernières années, ce partisan incontesté fait partie de la vie et des souvenirs des milliers de sportifs qu’il a vus grandir et évoluer. 

Qu’il s’agisse d’une partie de hockey, d’une pratique, d’un tournoi, de patinage artistique ou de patin libre, François est là, assis à sa place habituelle à observer et à encourager. « Dire que les joueurs le respectent est un euphémisme, il est plus important pour eux que n’importe quel autre partisan. C’est une perle ce monsieur, il fait tellement de bien autour de lui sans même le savoir», a évoqué le vice-président administratif de l’Association du hockey mineur de Joliette-Crabtree (AHMJC), François Cardin.      

Il a ajouté que l’homme de 63 ans, atteint d’une déficience intellectuelle, est beaucoup plus qu’un partisan et qu’il ouvre les jeunes à la différence. « Ils apprennent énormément avec lui. J’ai déjà vu des jeunes Bantam défendre François contre d’autres jeunes, c’est beau de voir comment ils l’intègrent et comment ils prennent soin de lui. S’il fallait qu’il arrête de venir à l’aréna, je vous jure que les jeunes s’ennuieraient de leur François!»   

Heureusement pour eux, cela n’est pas près d’arriver. François a sa routine bien précise. Tous les jours, il se rend à l’aréna, vers 13h, un trajet de 1,1 km qu’il fait à pied, et ce, malgré un handicap aux jambes. « Tempête, pas tempête, il met son habit de skidoo et il y va», a expliqué la responsable de sa résidence, Maryline Marien. Cette dernière met toutefois des restrictions quand il y a du verglas. « Quand je lui dis non c’est trop dangereux, il pleure presque. C’est obligé qu’il y aille tous les jours, ça fait partie de lui».  

Lors de ses jours de travail, trois par semaine, François se rend au Couche-Tard de la rue de Lanaudière de 15h à 16h, va souper chez lui et retourne à l’aréna vers 18h. Le soir, il revient en transport adapté pour sa sécurité et quand il revient de l’aréna, il écoute les Canadiens de Montréal à la télévision. Il est d’ailleurs rempli d’une immense fierté de dire qu’il connaît Dominique Ducharme et de montrer ses photos avec ce dernier.   

François Caron

©(Photo Guillaume Morin)

Souvenirs 

Des buts, des victoires et des défaites, il en a vu et il a souvent été impliqué dans les performances des équipes de Joliette. Benoît St-Jean, entraîneur pour les Cyclones Junior B, l’amène même dans la chambre avant et après les parties afin que François y fasse son « speech ». « Je rentre dans la chambre et Benoit me dit lève-toi pour ton speech, parce que je ne le fais pas assis et je dis aux gars réveillez-vous, on va gagner ça», a commenté celui que Benoît St-Jean décrit comme son entraîneur adjoint.  

De son côté, l’ancien entraîneur du National, Jacques Laporte se souvient très bien de la danse de la victoire de François. « Il était là à toutes nos parties et il nous attendait même à l’aréna quand on revenait d’un match sur la route vers minuit, il attendait l’autobus!»  

Quand on lui demande pourquoi il aime autant le hockey, François répond simplement que c’est bon pour lui! Et à voir la vague d’amour qu’il reçoit des entraîneurs et des joueurs quand il va à l’aréna, on peut comprendre qu’il s’y sente comme chez lui. 

Plusieurs coachs ont amené François à des matchs et des tournois sur la route au cours des dernières années et certains, comme Martin Sylvestre, l’ont amené à des matchs des Canadiens de Montréal. Le partisan reçoit aussi fréquemment des cadeaux. Il a d’ailleurs montré à L’Action, avec enthousiasme, sa riche collection. Celle-ci contient des trophées «porte chance» ou «meilleur partisan» de football, de baseball et de hockey, des rondelles autographiées, des photos (plusieurs avec des joueurs de L’Action), des jerseys autographiés, des billets de hockey, des manteaux, des tuques et des gourdes officiels.   

L’un des bons souvenirs qu’il garde en tête est lorsque L’Action de Joliette a remporté la coupe Napa. « On l’a laissé venir soulever la coupe et prendre la photo d’équipe! Il était vraiment heureux et fier de nous», se souvient David Poulin qui évolue maintenant pour les Sportifs de Joliette et qui est le joueur préféré de François au cœur de cette formation.  

François Caron

©(Photo gracieuseté)

L’un des plus beaux souvenirs de François Caron.

«Il aime rendre service» 

Quand il va aux pratiques des joueurs de l’école secondaire Barthélemy-Joliette, François prend bien soin de remplir les bouteilles d’eau des athlètes. « Il est toujours là pour nous et c’est notre seul partisan lors de nos pratiques! Les gars l’aiment beaucoup et quand il n’est pas là on s’inquiète», a mentionné le responsable de la concentration hockey depuis 15 ans, Martin Casaubon. Il a ajouté que jamais François ne va quitter sans les avoir salués, «c’est vraiment important pour lui de le faire!» 

Comme il se cherchait une autre petite tâche à effectuer, les gens de l’AHMJC lui ont donné comme mandat de s’occuper de la porte du banc des pénalités, ce qu’il fait avec assiduité. «Mon banc c’est celui juste à côté du banc des pénalités des visiteurs et je m’occupe de refermer la porte derrière eux», a-t-il raconté avec fierté. La concentration hockey invite toujours François lors de ses galas tout comme l’AHMJC.      

L’été, François aime aller sur les terrains de balle, où il fait le même travail, il remplit les bouteilles d’eau et ramasse les bâtons. Il a d’ailleurs déjà joué au baseball quand il était plus jeune au parc Saint-Jean-Baptiste, mais il ne courait pas en raison de ses jambes, «je frappais et quelqu’un courait à ma place! »  

Il a aussi déjà fait du ski et est un grand adepte des grosses quilles, il y joue chaque dimanche. Comme autre passe-temps, il aime aller aux café-rencontres avec des regroupements pour des personnes avec une déficience intellectuelle ou des troubles de santé mentale. Finalement, François aime plus que tout sa famille, ses frères et sœurs, ses neveux et nièces et leurs enfants. « Il a toutes leurs photos dans son portefeuille. » 

François Caron

©(Photo Mélissa Blouin)

Quelques-uns des trophées de François.

« François c’était un grand partisan du National, mais c’est aussi un grand ami de l’école de hockey. Il aime tout le monde et aime que les gens lui portent attention! Il fait partie des meubles à l’aréna et tout le monde s’est attaché à lui, c’est notre François national. Il est sans malice, il ne veut que du bien et un rien lui fait plaisir. » - Jacques Laporte     

« Les samedi et dimanche, François mange toujours la même chose à la même heure. Un cheeseburger avec une poutine et avant un pepsi, mais maintenant il a changé pour un jus de pommes! François c’est vraiment une bonne personne et le supporteur #1 de toutes les équipes! » (François a mentionné qu’il s’agissait de la meilleure poutine en ville). - Roger Leroux, propriétaire du restaurant de l’aréna depuis huit ans

« Depuis que je suis tout jeune que je le connais! Il a une mémoire phénoménale. Même si ça fait dix ans qu’il ne t’a pas vu, quand il te revoit il se souvient encore de ton nom et est toujours content de te revoir!»- Nick Majeau, joueur et propriétaire des Sportifs de Joliette  

«François nous fait bien rire dans les ligues adultes, on dit que c’est un instructeur gagnant, car quand il décide qu’il coache une équipe, il va toujours choisir celle qui est en train de gagner. Il peut même changer de côté en cours de partie!» - Martin Casaubon   

François Caron

©(Photo gracieuseté)

François Caron a connu de nombreuses équipes et plusieurs joueurs.

«Il n’y a pas moyen de sortir dehors sans qu’il y ait 3-4 personnes qui nous arrêtent pour venir voir François. Des jeunes, des plus âgés, tout le monde le connaît. » - Maryline Marien  

« Il est toujours positif, quand les gars perdent il vient dans la chambre et leur dit ce n’est pas grave les gars vous avez bien travaillé!» - Benoît St-Jean 

« Tous les soirs, François vient me voir pour que je lui appelle son transport adapté! Qui ne connaît pas François à l’aréna ? Il est tellement sociable et il est toujours là pour encourager les jeunes. » - Joslyn Houle, Registraire AHMJC   

Commentaires

27 fvrier 2019

Denise

Salut mon beau François moi je te connais depuis le début car mon fils Karl Dansereau jouais au hockey et tu étais toujours là et encore la car aujourd'hui c'est est mon petit fils kaylen qui joue maintenant et je te vois tout le temp on ytadore tous j espère que tu restera encore longtemps Denise clavet maman de Karl Dansereau et la mamie de kaylen Dansereau

27 fvrier 2019

Luce Daoust

Bravo à vous

27 fvrier 2019

benoit tremblay

serais bien de lui faire un hommage a l arena ...comme une chambre a son nom ...

28 fvrier 2019

samuel jeanson

François est une légende à l'arena de Joliette et je suis d'accord d'accord qu'il devrait y avoir une chambre ou un chandail retiré en son honneur! Merci François d'avoir rempli nos gourdes, de nous avoir encouragé et supporté toutes ces années :)

2 mars 2019

Mélanie Chaput

C'est un si bel hommage à lire. Mr François je vous ai reconnu tout de suite sans pourtant qu'on se connaisse. J'ai habité de 0 à 11 ans sur la rue St-Antoine et passais beaucoup de temps à l'Aréna au patin libre ou à regarder des match moi aussi. Je vous souhaite encore plein de belles parties de hockey et d'être aussi bien entouré d'amour. Bravo à tous pour cette belle implication sportive et fraternelle!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média