Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

30 janvier 2019

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

Favoriser une approche naturelle de la contraception

Seréna Québec

©(Photo gracieuseté)

Gabrielle Turcotte, formatrice pour Seréna et son conjoint. Mme Turcotte donnera des formations à Saint-Michel-des-Saints.

COMMUNAUTAIRE. En février prochain, l’organisme Seréna offrira des ateliers aux couples lanaudois dans le but « d’apprivoiser leur fertilité » et de proposer des alternatives naturelles aux moyens de contraception hormonale. En marge de ces ateliers, L’Action vous propose un survol de cet organisme établi au Québec depuis plus de 60 ans et de sa philosophie.  

COMMUNAUTAIRE. En février prochain, l’organisme Seréna offrira des ateliers aux couples lanaudois dans le but « d’apprivoiser leur fertilité » et de proposer des alternatives naturelles aux moyens de contraception hormonale. En marge de ces ateliers, L’Action vous propose un survol de cet organisme établi au Québec depuis plus de 60 ans et de sa philosophie.  

Seréna Québec se définit comme étant le seul organisme au Québec à proposer et valoriser une approche naturelle de la fertilité et de la contraception. Fondé au Québec en 1955 afin d’aider les femmes à éviter une grossesse qui pourrait s’avérer dangereuse, l’organisme s’est étendu au fil des ans à l’ensemble du Canada et propose, au moyen de formations et d’ateliers, une méthode dite Sympto-thermique qui vise, par l’observation du cycle menstruel et à la prise de la température corporelle, à déterminer les moments de fertilité et ceux moins à risque de provoquer une grossesse non souhaitée.  

Pionnières dans le domaine de la contraception 

Petit retour en arrière, le service de régulation des naissances (Seréna) est né de l’initiative de Rita Henry Breault et de son mari Gilles Breault, un couple de la région de Lachine. À une époque où les moyens de contraception sont rudimentaires et l’acte même de la contraception est illégal et jugé immoral par le clergé, ce couple, désireux d’éviter des grossesses supplémentaires qui auraient pu être fatales pour la femme, a développé une méthode naturelle de régulation des naissances qui se distingue de la méthode du calendrier, peu fiable et seule méthode alors acceptée par l’Église.  

Cette nouvelle méthode est accueillie favorablement par l’Église. Les premières formations sont alors données au sein des paroisses et parrainées par un abbé.  

Pour l’historienne Denyse Baillargeon, professeure retraitée au département d’histoire de l’Université de Montréal, cet organisme, lors de sa fondation, représente une amorce, voire un pas en avant dans la quête d’émancipation des femmes. Il s’agissait selon elle d’une voie mitoyenne entre un désir des femmes de prise en contrôle de leur fertilité et de leur corps et le respect de leurs valeurs et de leur foi catholique.  

Selon Émelie Charron, responsable des communications chez Seréna, la conception religieuse qui animait à l’origine l’organisme s’est dissipée avec le temps. De nos jours, bien que proposant une alternative naturelle, l’organisme se dit partie prenante du courant féministe, ne rejette pas les moyens de contraception modernes et ne s’oppose pas au choix de l’avortement.  

Une méthode efficace? 

La méthode Sympto-thermique, conçue par les fondateurs de l’organisme et développée au fil des ans, consiste en la connaissance du cycle menstruel et l’observation de la température du corps de la femme afin de déterminer les périodes de fertilité et les périodes moins à risque de provoquer une grossesse. Cette méthode est enseignée à travers des ateliers offerts par des couples-moniteurs. Ces derniers sont formés par l’organisme via un programme national.  

Selon les informations présentes sur son site web, Seréna soutient que l’efficacité de cette méthode est comparable, lorsque pratiquée adéquatement, à la pilule contraceptive et a l’avantage de ne pas causer d’effets secondaires à long terme. L’Organisation mondiale de la Santé considère cette méthode efficace à 98% lorsqu’utilisée de façon correcte et régulière.  

L’organisme met l’accent sur la prise en charge de la fertilité non pas seulement par la femme, mais par le couple. Les ateliers, offerts par des couples-formateurs s’adressent donc autant aux femmes qu’aux hommes. « C’est une méthode écologique, économique, efficace qui permet le partage de la charge contraceptive entre les partenaires » souligne d’ailleurs Marie-Hélène Viau, la directrice de l’organisme, par voie de communiqué. En plus de la méthode Sympto-thermiques, les ateliers véhiculent de l’information diverse sur la fertilité et l’organisme offre des suivis individuels.  

Une méthode peu connue 

L’organisme et l’approche qu’il préconise sont reconnus par le ministère de la Santé et des Services sociaux et des médecins et spécialistes de la santé œuvrent au sein de Seréna. Mme Charron souligne cependant la persistance d’une certaine méfiance chez de nombreux intervenants du milieu de la santé. Selon elle, cette méfiance s’explique par la confusion entre la méthode sympto-thermique et d’autres méthodes telles que celles du calendrier ou du coït interrompu. «On n’est pas opposés aux autres méthodes, on souhaite simplement que les informations concernant les méthodes naturelles soient également présentées aux gens, ce qui n’est pas toujours le cas» souligne-t-elle. Mme Charron indique que la méthode sympto-thermique, comparativement aux précédentes, a démontré son efficacité en matière de contraception et gagne à être connue.  

L’organisme tiendra un premier atelier sur la contraception naturelle le 3 février prochain à Joliette. Des ateliers devraient également avoir lieu ailleurs dans la région, dont Saint-Michel-des-Saints.  

Pour plus d’information : http://fr.serena.ca/

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média