Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

07 Février 2018

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Un voyage de plaisance qui a changé plusieurs vies

Les Petits sourires d'Haïti 

Un voyage de plaisance qui a changé plusieurs vies

©(Photo gracieuseté)

PROJET HUMANITAIRE. En avril 2016, le voyage de plaisance de Christine Beaulieu a pris une tournure déterminante, alors qu'elle a décidé d'aider ceux qui vivent dans la pauvreté. Depuis, elle et son association Les Petits sourires d'Haïti ont distribué plus de 10 000 $ en nourriture et en dons dans des orphelinats et des écoles du pays. « Nous ne changerons pas l'univers, nous ne réglerons pas tous les problèmes d'Haïti, mais nous faisons naitre des sourires d'enfants», a déclaré Mme Beaulieu.  

Le groupe Les Petits sourires d'Haïti, composé de dix membres de tous les âges dont huit Lanaudois, se prépare pour son sixième voyage dans ce pays. Au cours de celui, qui se tiendra du 28 mars au 12 avril, plus de 750 kilos de dons seront distribués. « Nous faisons des collectes, amassons tout ce que nous pouvons et allons les porter directement. Mon sous-sol ressemble à une vraie friperie», a ajouté la résidente de Saint-Jean-de-Matha.

Comme Haïti est un pays qui a eu des problèmes par le passé, la compagnie aérienne permet aux passagers d'amener deux valises de 25 kilos. De plus, le groupe a eu l'autorisation d'Air Transat d'amener une troisième valise par passagers.

« Nous partirons donc avec trente valises remplies de vêtements, de souliers, de produits d'hygiène corporelle, de jouets et d'articles scolaires. Je vous jure que dans 25 kilos sous vide, il en rentre du linge! » Et ça, c'est sans compter leur bagage à main.

Une fois sur place, ils profiteront de leur tout-inclus et de la plage avant de se rendre à l'orphelinat avec leurs dons et de la nourriture. « On combine l'agréable à l'humanitaire, j'appelle ça de l'humanitaire de luxe!»

Des liens particuliers

Au début, les enfants avaient une réserve à l'égard des vacanciers, mais maintenant, lorsqu'ils les voient arriver avec leur chandail des Petits sourires, ils se jettent dans leurs bras et savent que ce sera la fête et qu'ils auront un plus gros repas qu'à l'habitude.

En deux ans et demi, de forts liens ont eu le temps de se tisser entre le groupe et les enfants. « La première fois que nous y sommes allés, un garçon d'environ 12 ans m'a pris par la main. Depuis, il revient toujours vers moi chaque fois», raconte Mme Beaulieu.

Ils voient les jeunes grandir et sont des témoins privilégiés de leur parcours. « Tu réalises que tu as fait une petite différence dans leur vie et c'est valorisant. Nous le faisons presque pour nous maintenant. C'est la meilleure thérapie, ça remet les pendules à l'heure. Ils vivent dans la misère, mais sont toujours souriants et reconnaissants. »

Christine Beaulieu se souvient d'être allée visiter un orphelinat où les enfants dormaient par terre. Les Petits sourires d'Haïti ont donc fait une collecte en argent afin d'acheter des matelas. « Ils étaient tellement habitués de dormir par terre, qu'une fois les matelas installés, les enfants n'allaient même pas dessus. Quand nous les avons mis sur leur lit, ils ne bougeaient plus et étaient persuadés que nous allions repartir avec les matelas. »

Un autre moment marquant dont elle se rappelle est quand ils ont acheté de la nourriture pour tous les enfants du camp de jour en plus d'amener des sacs d'école, des ballons et des chandails de soccer. Ils servaient la nourriture et plus la journée avançait, plus les gens arrivaient de partout et ce n'était plus seulement des jeunes. Ils ont arrêté de compter après avoir servi 150 assiettes. 

Un mouvement qui prend de l'expansion

©(Photo gracieuseté)

Quand ils les voient arriver, les enfants savent que ce sera la fête.

Quand Mme Beaulieu revient d'un voyage, elle fait tous les états financiers. S'ils ont amassé 6000 $ de dons, elle veut avoir 6000 $ de factures. « Nous avons toutes les preuves de nos dons et c'est important pour nous d'être transparents avec ceux qui donnent, car il y a tellement de corruption en Haïti. » De plus, pour faire partie des Petits sourires, chaque membre doit payer toutes ses dépenses personnelles, billets d'avion, hôtel et transport. « C'est donc 100 % de l'argent remis qui va pour les dons. »

Le groupe essaie également de faire des achats qui favoriseront l'autonomie des Haïtiens. Par exemple, ils ont acheté une génératrice et un moulin à coudre pour que la femme du directeur puisse faire des uniformes et donner des cours. Ils ont aussi amené des robes de mariée et des parures de tête au pasteur de l'orphelinat afin qu'il se lance un commerce de location et puisse amasser un peu de sous pour nourrir les enfants.  

De plus en plus, le mouvement prend de l'expansion et des gens d'autres villes, et même d'autres pays comme la France, entendent parler d'eux et les contactent. « Il  y a une dame de Shawinigan et une de Victoriaville qui ont été inspirées par nous et qui ont décidé de faire la même chose pour d'autres orphelinats. »

Chaque fois, ils agrandissent leur réseau de contacts en Haïti et aimeraient, à l'avenir, entamer des travaux de construction pour ériger une salle de classe. Ils espèrent que leur histoire motive les gens qui voyagent à amener eux-mêmes des dons. « Nous sommes tellement une société de consommation, nous avons tous des choses à donner. Nous avons déjà donné un pantalon, une chemise et une cravate à un monsieur et il était tellement heureux, car il pouvait les mettre pour aller à l'église. »

Les gens peuvent contribuer à la cause en donnant des vêtements, des produits d'hygiène ou des articles scolaires en passant par la page Facebook de l'association. Ils peuvent également faire des dons en argent.

Comment tout a commencé

©(Photo gracieuseté)

Les Petits sourires d'Haïti font la différence dans la vie des enfants.

En Avril 2016, Christine Beaulieu voulait effectuer un voyage avec son mari et sa sœur dans un tout-inclus. Au cours de leurs vacances, ils ont visité des orphelinats et des écoles et ont vu tous les besoins qu'il y avait. « Nous avons donné un peu de ce que nous avions, mais nous nous sommes promis que nous allions revenir avec plus de stock.» Ils ont entamé une collecte sur Facebook et y sont retournés en juillet 2016 avec un couple d'amis très réticent à cette idée. « Nous les avons finalement convaincus de venir avec nous à l'orphelinat et pendant la visite je voyais l'émotion dans leurs yeux» Finalement, l'homme du couple, qui ne voulait rien savoir d'aller en Haïti a déclaré, «on laisse tomber la croisière l'an prochain et on revient ici». C'est de cette façon que Les Petits sourires d'Haïti ont vu le jour.     

©(Photo gracieuseté)

Les Petits sourires d'Haïti font la différence dans la vie des enfants.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média