Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 septembre 2017

Elle aide bénévolement les enfants d'ici et d'ailleurs par la massothérapie

Selon la professionnelle, le toucher sain possède plusieurs bienfaits pour les enfants                                

©Photo - gracieuseté

BÉNÉVOLAT.  Une massothérapeute de 38 ans de Rawdon se dévoue corps et âme pour les enfants d'ici et d'ailleurs qu'elle a choisis d'aider gratuitement en se servant de sa pratique. En plus d'un voyage humanitaire au Pérou où elle est intervenue auprès d'enfants de la rue, elle donne des ateliers sur le toucher sain dans des écoles de la région et est bénévole au Centre de pédiatrie sociale de Lanaudière.  

« Le bénévolat me permet de me réaliser. Certains font ça en créant, moi, c'est en aidant, souligne Catherine Mondor. C'est de mettre une autre paire de lunettes. L'aide humaine, ça fait partie de moi. »

Son cheval de bataille

Pour elle, l'« aide humaine », ça commence par des petits gestes qui font des différences au quotidien. C'est de faire un sourire à la personne maussade à la station-service. C'est de payer le café au suivant, c'est de remplir sa valise d'objets à donner quand elle va à Cuba.

C'est toutefois le bien-être des enfants qu'elle a choisi comme cheval de bataille. Devenue massothérapeute spécialisée en massage thérapeutique il y a cinq ans, et munie d'une solide expérience en garderie, ces deux formations l'aident énormément dans son bénévolat auprès d'eux.

Lorsqu'elle a obtenu son diplôme de massothérapie, la propriétaire du centre de soins alternatifs Relais Mieux-Être de Rawdon voulait d'abord faire du bénévolat et masser les enfants atteints de leucémie. Or elle a été confrontée à plusieurs embûches administratives.

« J'étais découragée de ça et je me suis rendue dans un parc, se souvient-elle. Il y avait une maman. Elle a pris son enfant et l'a assis sur la balançoire et lui a dit : “s'il y avait quelqu'un qui pouvait te calmer cinq minutes, je ne sais pas ce que je donnerais.” Puis là, je me suis dit : “c'est moi ça!” À ce moment-là, je me suis dit qu'il y avait d'autres enfants sur la planète auxquels je pouvais me dévouer. »

©Photo - gracieuseté

Catherine Mondor

Dans les écoles

Dans sa pratique professionnelle, Catherine Mondor a une clientèle diversifiée, dont des enfants de tous types. En parallèle à son travail, elle se dévoue aux enfants par le bénévolat. Par exemple, elle donne des ateliers de massothérapie dans des écoles primaires de la région.

« C'est venu de ma tête de mule à vouloir partager ça le plus possible avec les enfants », explique-t-elle.

Les parents doivent d'abord autoriser la participation de leur enfant aux ateliers et ce sont les enfants qui font office de donneurs et de receveurs. Ils apprennent aussi des techniques de respiration et d'automassage pour se relaxer eux-mêmes et réguler leurs émotions.

« J'ai vu des petits miracles, raconte-t-elle. Par exemple, il y avait une élève qui avait un touché précis. Je lui ai dit qu'elle était excellente. Elle m'a répondu que je lui disais ça seulement pour lui faire plaisir et je lui ai rétorqué que, non, elle était très bonne. Elle est devenue les yeux pleins d'eau et m'a expliqué qu'elle n'était pas bonne à l'école. »

Des outils

Selon Catherine Mondor, ces techniques apportent divers bienfaits aux élèves. Avec ces outils, un enfant peut, donne-t-elle pour exemple, se calmer avant un examen. Elle croit aussi que ces exercices peuvent contribuer à diminuer l'intimidation entre les élèves.

« Les enfants apprennent aussi le toucher sain, soit qu'on ne peut pas toucher qui on veut de la façon qu'on veut. Il faut demander la permission », souligne-t-elle.

Selon elle, ses explications sur le toucher sain ont déjà amené des enfants à faire des dévoilements.

Aussi en pédiatrie sociale

En plus de son bénévolat dans les écoles, Catherine Mondor travaille aussi gratuitement pour le Centre de pédiatrie sociale de Lanaudière. Là aussi, elle se dévoue aux enfants.

« Ça peut être d'expliquer à un jeune garçon pourquoi ses jambes lui font mal puisqu'il grandit vite pendant que d'autres intervenants s'occupent des autres membres de la famille, explique-t-elle. Ça peut être de jouer avec eux ou, par exemple, simplement de placer une main dans le dos de l'enfant quand il pleure lors d'une situation de gestion de crise. Avec le massage pour enfants, il faut suivre la vague. »

Auprès d'enfants de la rue

Catherine Mondor s'est aussi rendue au Pérou avec cinq compagnons, en janvier 2017, pour faire du bénévolat pendant trois semaines auprès d'enfants de la rue aidés par une fondation.

Munie de pictogrammes montrant les divers types de massages, la massothérapeute a appliqué les techniques de massage auprès de ces enfants.

« Avec les dessins, il n'y a pas de barrières de langues. Or, je parle de plus en plus espagnol parce que je veux aller aider le plus possible », explique-t-elle.

©Photo - gracieuseté.

Catherine Mondor lors d'un toucher thérapeutique avec un enfant au Pérou.

Fin des terreurs nocturnes

Le jour, elle et ses compagnons de voyage jouaient avec les enfants. Puis, le soir par exemple, ils se rendaient dans la chambre des tout-petits où ils s'occupaient d'eux jusqu'à ce qu'ils tombent dans un sommeil profond, en posant une main apaisante sur eux ou en flattant leurs cheveux par exemple.

« Après quelques jours, les terreurs nocturnes de ces enfants ont complètement disparu. Grâce au toucher sain thérapeutique, plus aucun enfant ne se réveillait en hurlant la nuit », se souvient-elle.  

Selon elle, ces enfants ayant souvent vécu des horreurs dans la rue étaient réconfortés par la présence humaine qu'elle et ses collègues leur apportaient.

« Cette présence venait dire : “je suis là. Dors d'un sommeil profond, personne ne va t'attaquer” », commente-t-elle.

Comblée par cette expérience, Catherine Mondor a déjà prévu retourner au Pérou pour aider les enfants en janvier 2018.

« Ça me rend bien plus heureuse que de garder cet argent [économisé] pour me payer des biens matériels », soulève-t-elle.

Cinq bienfaits du massage chez l'enfant*

1. Il contribue à diminuer les tensions musculaires de l'enfant

2. Le massage calme le système nerveux et aide l'enfant à mieux dormir

3. Le massage aide l'enfant à se centrer sur son corps et sa respiration puis augmenter sa concentration

4. Le massage contribue à diminuer l'anxiété et le stress chez l'enfant

5. Un parent qui masse son enfant lui permet de créer un moment privilégié et d'augmenter le lien d'attachement avec lui

*Source: Blogue de Catherine Mondor

Croyez-vous que l’emplacement du club de tir puisse nuire à la sécurité des citoyens?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média