Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

14 mars 2017

4 cas de la maladie de Lyme dans Lanaudière en 2016

SANTÉ. Lanaudière fait partie des régions du Québec où la présence de tiques potentiellement porteuses de la maladie de Lyme a été constatée. Le risque qu'un humain soit infecté, toutefois, est évalué comme « faible », selon une étude effectuée par l'Institut national de santé publique.

À lire aussi: Atteinte de la maladie de Lyme... mais aux États-Unis seulement.

En 2016, quatre cas de personnes ayant contracté la maladie ont été recensés sur le territoire lanaudois, soit une infime proportion du nombre de cas à travers la province qui s'élève à 178. Quelque 160 cas avaient été détectés en 2015 à l'échelle du Québec, mais aucun dans la région.

Soulignons que la maladie de Lyme est causée par une bactérie qui se transmet par la piqûre d'une tique infectée.

« L'interprétation qu'on peut faire de ces chiffres, c'est qu'il n'y a rien d'alarmant. Certaines municipalités de Lanaudière ont une cote de "risque faible" quant à la transmission de la maladie de Lyme. On peut dire qu'il y a une présence connue de tiques sur le territoire, mais qu'elle n'est pas suffisamment importante pour qu'on considère la région comme étant endémique. Et les tiques ne sont pas nécessairement infectées par la maladie », nuance le médecin conseil à la Direction de santé publique de Lanaudière, Dr Daniel Paquette.

Il ajoute que des évaluations effectuées partout au Québec déterminent le niveau de risque selon une échelle de 1 à 5. On détermine ainsi si le risque est « inconnu », « possible », « faible », « modéré » ou « élevé ».

Quatre secteurs de la région ont un indice « faible », soit la ville de L'Assomption, les municipalités de Rawdon et de Lanoraie ainsi que Lac-des-Dix-Milles, un territoire non organisé du nord de Lanaudière.

« Les trois premiers paliers, soit ceux allant de "risque inconnu" à "risque faible" ne sont pas considérés importants. Les régions endémiques sont celles qui ont des secteurs cotés "risque modéré" ou "risque élevé" et Lanaudière n'en présente aucun », fait valoir Dr Paquette.

Certaines régions du Québec, telles que l'Estrie et la Montérégie, présentent des indices de risque « modéré » et « élevé ». La Mauricie et le Centre du Québec, la région de Montréal et les Laurentides, à l'instar de Lanaudière, présentent des risques faibles.

Qu'est-ce que la maladie de Lyme?

« La maladie se soigne bien lorsqu'elle est détectée rapidement. Si elle met du temps à être traitée, par contre, elle peut entraîner des complications, telles que des problèmes cardiovasculaires, neurologiques ou articulaires », explique Dr Paquette.

Le symptôme le plus courant de la maladie de Lyme, selon le portail santé du gouvernement du Québec, est une rougeur sur la peau, à l'endroit de la piqûre. Celle-ci s’étend rapidement pour atteindre plus de 5 centimètres et elle peut être en forme d’anneau ou de cible. Des plaques peuvent aussi apparaître à plusieurs endroits sur le corps en plus d'être accompagnées de maux de tête, de fièvre, de fatigue ou encore de douleurs musculaires et articulaires.

On suggère de consulter un médecin ou de contacter Info-Santé 811 si des symptômes se manifestent dans les 3 à 30 jours après avoir été piqué. Des antibiotiques peuvent être prescrits.

Pour en savoir davantage quant aux mesures de prévention: http://sante.gouv.qc.ca/problemes-de-sante/maladie-de-lyme/.

Quel genre de spectacle préférez-vous?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média